Quelques contes du Bénin

Le boa et la tortue
" Oh , petite souris ! Je t’en supplie ! Délivre-moi de ce piège affreux ! "

Mais connaissant bien le serpent, la souris répliqua:

" Si je te sauvais, tu me mangerais. J’en suis sûre ! " Et elle continua son chemin.

Un peu plus tard, une tortue vint à passer près de l’endroit où le boa était captif. Dès qu’il la vit, le boa lui demanda son aide :

" Sauve-moi, chère tortue, je t’en supplie. Vois comme je suis malheureux prisonnier de ce piège ! "

Insensible à ses plaintes, la tortue lui répondit :

" Tu es un danger pour moi. Si je te sauvais, je suis sûre que tu me mangerais ! "

Mais le boa trouva les mots qu’il fallait pour rassurer la tortue et affirma qu’il ne la mangerait pas si elle le faisait sortir de sa prison. Convaincue par les bonnes paroles du serpent, la tortue consentit à ouvrir le piège et le boa se dégagea le plus vite qu’il put.

Bien sûr, dès qu’il fut libre, il oublia ses promesses et dit à la tortue :

" Voilà deux mois que je n’ai rien pu avaler. Je suis terriblement affamé et il faut que je te mange !..."

A peine eut-elle entendu ces derniers mots que la tortue s’écarta aussi vite qu’elle put en s’écriant :

" N’est-ce pas ce que j’avais d’abord prévu ? Vraiment, personne ne peut te faire confiance ! Mais je ne me laisserai pas faire, crois-moi ! "

Et elle détala comme on n’avait jamais vu une tortue le faire. Le boa se mit aussitôt à la poursuivre quand ils rencontrèrent l’hyène. Etonnée de cette étrange poursuite, elle demanda ce qui leur arrivait.

" J’ai trouvé le boa pris dans un piège depuis deux mois, expliqua la tortue, je l’ai délivré et maintenant il veut me manger !

- Eh, bien laisse-le faire, dit froidement l’hyène et elle reprit son chemin.

Toute éberluée par la réponse de l’hyène, la tortue reprit sa course car le boa arrivait à toute vitesse. C’est alors que le lièvre, toujours curieux, voulut savoir les raisons de cette course effrénée :

" Où allez-vous ainsi ? Que se passe-t-il ? " Après les avoir écoutés attentivement raconter leur histoire,

le lièvre s’enquit encore :

" Comment toi, si petite, as-tu pu retirer ce gros boa d’un piège ? Je n’arrive pas à imaginer comment tu as pu le faire... Pour te croire, il faudrait que je voie comment les faits se sont réellement déroulés depuis le début.

- Alors il faudrait que nous retrouvions le trou et le piège, " reprit la tortue.

Le boa n’osait s’attaquer à sa proie en présence du lièvre car il avait un peu honte de son attitude. Il écoutait le lièvre et la tortue.

" Eh bien, retournons au bord de la rivière et remettez-vous chacun dans la position que tu as décrite. " dit le lièvre.

Approuvant la sagesse du lièvre et pressé de se débarrasser de lui, le boa consentit à rebrousser chemin avec la tortue pour montrer au lièvre ce qui s’était passé. Ils retrouvèrent le piège.

Le lièvre l’ouvrit et demanda au boa de se remettre à l’intérieur. Et, lorsque le serpent fut à nouveau bien serré, le lièvre, s’adressant à la tortue, dit :

" Est-ce bien ainsi que tu as trouvé le boa ?

- Bien sûr que c’est ainsi, lui répondit la tortue.

- Et c’est là qu’il t’a promis de ne pas te manger si tu le délivrais ?

- Oui, c’est ce qu’il a dit.

- Eh bien, reprit le lièvre, maintenant que le boa a repris sa place et que tu ne cours plus aucun danger, reprend tranquillement ton chemin et laisse-le là où il est. "

Et la tortue suivit le bon conseil du lièvre...