Quelques contes du Bénin

A chacun selon son destin
goun*. Il ne parlait à personne et sa vie paraissait bien mystérieuse aux gens du village...

Un jour, dans un autre village très éloigné, un père qui avait perdu successivement dix de ses enfants se plaignait amèrement. Voyant son chagrin, ses voisins lui conseillèrent alors d’aller consulter OKOU. Il demanda le chemin et partit...

Arrivé chez la Mort, il l’interrogea :

" Peux-tu me dire pourquoi mes enfants meurent ainsi dans ma maison ! "

OKOU rit longtemps de cette question et demanda à son tour :

" Crois-tu vraiment que c’est moi qui suis l’auteur de la mort de tes enfants ?..."

Et il ajouta :

" Je te propose de devenir mon ami et je te promets que désormais aucun de tes enfants ne mourra plus. Combien d’enfants te reste-t-il ?

- Huit, répondit l’homme.

- Eh, bien ! plus aucun ne disparaîtra ! "

Rassuré, l’homme rentra dans son village. Mais quelques mois plus tard, un enfant attrapa la fièvre. Le père fut à nouveau plein d’inquiétude et il retourna chez OKOU :

" Comment se fait-il que j’ai encore un enfant malade chez moi malgré notre accord ? "

OKOU, la mort, le rassura et confirma que personne ne mourrait chez lui. Alors l’homme regagna son logis. En dépit des promesses de OKOU, l’homme vit mourir son petit malade et un autre de ses enfants attrapa la même fièvre et mourut aussi.

Le père était désespéré. Il s’arma d’un coupe-coupe et retourna chez la mort bien décidé à se venger de Okou qui ne tenait pas ses promesses. Face à lui, il leva son coupe-coupe mais son bras resta suspendu et ne put redescendre sur OKOU, qui, surpris, lui demanda :

"Que veux-tu faire ?

- Je suis venu pour te tuer parce que deux de mes enfants sont morts depuis tu m’as fait la promesse qu’aucun ne mourrait plus désormais ! "

Alors OKOU l’invita à le suivre jusqu’au bord de la rivière où il y avait un grand arbre.

Là, il lui demanda de grimper dans l’arbre pour observer ce qui allait se passer. Un certain temps s’écoula. Puis notre homme vit arriver un piroguier amenant une jeune fille. Celle-ci se présenta à un secrétaire qui enregistra ses voeux. Elle déclara :

" Je veux que ma mère meure au moment de ma naissance ! "

Aussitôt après, c’est un jeune homme qui se présenta et qui souhaita vivre immensément riche et heureux. Il désirait, lui, que la mort le surprenne par accident au cours d’un voyage. Puis un troisième demanda que, le jour de son baptème, un incendie détruise toutes les richesses de ses parents. Enfin, un quatrième formula le voeu que ses parents aient quarante et un enfants avec beaucoup de richesses et sans maladie ni décès.

Perché sur son arbre, l’homme n’en croyait pas ses oreilles. Il en descendit et rejoignit OKOU qui lui expliqua ce qu’il venait de voir :

" Les gens que tu as vus sont des candidats à la naissance et ils ont dit ce qu’ils désiraient vivre !.. Voilà la vérité et rien de plus... "

L’homme était très troublé lorsqu’il retourna dans son village. Mais à son retour, il apprit qu’une maman était morte en accouchant et que, le jour d’un baptème, un incendie s’était déclaré dans une autre famille et qu’il avait détruit tous les biens de ces genslà.

Les autres prédictions se réalisèrent aussi un peu plus tard.

Il en conclut que la Mort n’avait pas menti et se résigna à accepter la disparition de ses chers enfants...


*Le goun est une des langues parlées au Bénin