Quelques contes du Bénin

La méchante féticheuse

- Te donner de l’eau, moi ? A toi, un galeux ? Non, je n’ai pas d’eau pour toi. Et d’ailleurs, dans quoi te la servirai-je ? "

Déçu et vexé, le garçon prit une poignée de sable et le lui jeta. Outrée par ce geste irrespectueux envers une féticheuse, celle-ci jeta son canari et enleva tout se qu’elle portait : pagne, collier de perles, cauris et se présenta chez le roi à qui elle raconta :

" En revenant du marigot, j’ai rencontré un garçon qui m’a demandé de l’eau pour se désaltérer. Comme je lui refusais, il m’a sérieusement chicottée (4) si bien que j’arrive dans cet état ! "

Or dans le royaume, personne ne doit en aucun cas frapper une féticheuse. Le roi entra dans une grande colère et ordonna à ses serviteurs de chercher ce garnement et de se débarrasser de lui.

Dès qu’il aperçut les serviteurs royaux, le garçon commença à chanter en disant ce qui s’était passé réellement. Etonnés par le récit du garçon, ils retournèrent au palais, racontèrent au roi ce qu’ils avaient entendu et ils ajoutèrent qu’on ne pouvait pas tuer cet enfant. Un autre groupe fut envoyé près du garçon et il confirma les dires des premiers messagers. L’un d’entre eux avaient été si ému par l’état de cet enfant qu’il pleurait en disant au roi que le garçon demandait à le voir. Intrigué par les paroles de ses différents serviteurs, le roi décida de se rendre auprès de cet enfant.

Conscient de la gravité de sa situation car on ne faisait pas déplacer un roi sans risque, le garçon se remit à pleurer dès qu’il aperçut le roi et recommença sa chanson :

" Les messagers du roi, attendez là, j’ai quelque chose à vous dire ; (bis)

J’avais mangé beaucoup d’ablo,

Quand je rencontrai Achivi, la féticheuse.

Achivi, donne-moi de l’eau !

Achivi refusa de me donner de l’eau.

Je jetai alors un peu de sable sur son corps .

Achivi Ogouton ! Achivi Ogouda !

Achivi brisa le canari, Achivi le jeta ! "

Bouleversé par l’état de l’enfant et par l’attitude de la féticheuse, le roi l’emmena au palais et le fit soigner. Quelques jours après, il était guéri.

Alors, le roi fit appeler la féticheuse et s’écria : " Tu as menti ! Tu seras punie !.. "

Et la féticheuse fut tuée et son sang fut versé sur le fétiche.

C’est depuis ce jour-là qu’on donne du sang au fétiche, qu’on évite de mentir et qu’on ne refuse jamais de donner de l’eau au passant...

  1. les féticheuses sont des femmes qui reçoivent une formation secrète pour célébrer les fétiches.
  2. les fétiches sont des objets ou des animaux auxquels on attribue des propriétés magiques et qu’on honore au cours de cérémonies rituelles encore très suivies dans toute l’Afrique de l’Ouest.
  3. le canari est un récipient dans lequel on peut mettre différentes choses : eau, grains farines. Sa taille est variable et il se porte souvent sur la tête.
  4. Chicotter, c’est frapper avec une chicotte qui est une badine cinglante.