Retour aux chapitres

Retour à la page principale

La Bible en fongbe

Nǔnywɛ́xó 30 - Proverbes 30
Nǔnywɛ́xó élɔ́ lɛ́ɛ ɔ́, Agúu, Yakɛ ví ɔ́ wɛ ɖɔ. Ityɛ́li wɛ é ɖɔ xó élɔ́ lɛ́ɛ ná; Ityɛ́li kpódó Wukáli kpó wɛ é ɖɔ ná. É ɖɔ:
30.1 Sentences d’Agour. Paroles d’Agour, fils de Yaqé. Sentence, déclaration de cet homme pour Itiel, pour Itiel et pour Oukal.

“Nǔgbó wɛ, un gú hú mɛ bǐ. Un nɔ lin tamɛ gbɛtɔ́ ɖɔhun ǎ.
30.2 Oui, je suis plus bête que n’importe quel homme, je n’ai pas intelligence humaine ;

Un ɖó nǔnywɛ́ ǎ; un tunwun mɛ e nyí mɛ mímɛ́ é ǎ.
30.3 je n’ai pas appris la sagesse, je n’ai pas la connaissance des saints.

Mɛ̌ ká yi jǐxwé, bó wá kpɔ́n? Mɛ̌ ká myɔ́ alɔ dó jɔhɔn kpɔ́n? Mɛ̌ ká wún sin bó blá dó avɔ mɛ kpɔ́n? Mɛ̌ ká ɖó dogbó ayǐkúngban ɔ́ tɔn lɛ́ɛ? Nɛ̌ mɛ ɔ́ ká nyí? Nɛ̌ vǐ tɔn ká nyí? A tunwun hǔn, ɖɔ nú mì.
30.4 Qui est monté au ciel ? Qui en est descendu ? Qui a recueilli le vent dans le creux de ses mains ? Qui a serré les eaux dans un manteau ? Qui a mis en place toutes les extrémités de la terre ? Quel est son nom, et quel est le nom de son fils, si tu le sais ?

“Xó e Mawu ɖɔ lɛ́ɛ bǐ wɛ sɔgbe. Mawu nɔ́ cyɔ́n alɔ mɛ e nɔ gán jɛ wǔ tɔn lɛ́ɛ jí gǎglónú ɖɔhun.
30.5 Toute parole de Dieu est éprouvée. Il est un bouclier pour ceux qui trouvent en lui un abri.

Ma gɔ́ xó ɖé nú xó tɔn ó. É má nyí mɔ̌ ǎ ɔ́, é táá wá gbɛ́ nú we, bɔ è nǎ mɔ ɖɔ hwi nyí adingbannɔ.
30.6 N’ajoute rien à ses paroles, de peur qu’il ne te reprenne et que tu ne sois trouvé menteur.

“Mawu ce, un ɖo nǔ we byɔ́ we wɛ; ma gɔn yě ná mì cóbónú má kú ó.
30.7 Je te demande deux choses ; ne me les refuse pas, avant que je meure !

Sɛ ahizi kpó adingban kpó dó zɔ nú mì; ma ná ya mì ó, ma ka ná dɔkun mì ó; nǎ nǔɖuɖu e un nǎ ɖu bó nɔ gbɛ é mì kpowun.
30.8 Eloigne de moi l’illusion et la parole mensongère ; ne me donne ni pauvreté, ni richesse ; accorde-moi le pain qui m’est nécessaire,

Ényí un ɖó nǔ dín ɔ́, un táá wá hu tɛ́ nú we bó ɖɔ: ‘Mawu Mavɔmavɔ tɛ́! Mɛ̌ wɛ nyí mɔ̌?’ Un ka ɖo ya mɛ ɔ́, un táá ja ajo, bó ná dó hɛ̌n hwi Mawu ce.
30.9 de peur qu’étant rassasié, je ne te renie et ne dise : « Qui est le Seigneur (YHWH) ? » Ou que, pauvre, je ne commette un vol et ne porte atteinte au nom de mon Dieu.

“Ma ɖɔ mɛsɛntɔ́ sín nǔ ɖo gǎn tɔn gɔ́n ó; é má nyí mɔ̌ ǎ ɔ́, é ná dó nu we, bɔ a nǎ mɔ wǔvɛ́ ɖó nǔ e a wa nyi do ɔ́ wú.
30.10 Ne calomnie pas un serviteur auprès de son maître, de peur qu’il ne te maudisse et que tu ne te mettes en tort.

“Mɛ ɖé lɛ́ɛ tíin, bó nɔ́ nylá nu dó tɔ́ yětɔn, bó nɔ́ ɖɔ nɔ yětɔn sín xó ɖagbe ǎ.
30.11 Il est une engeance qui maudit son père et qui ne bénit pas sa mère.

“Mɛ ɖé lɛ́ɛ tíin, bó nɔ́ mɔ ɖɔ émí nyí mɛ mímɛ́, yě ká lɛ nǔ kwíji e ɖo wǔtu yětɔn lɛ́ɛ síin vɔ́vɔ́ ǎ.
30.12 Il est une engeance qui se croit pure et qui n’est pas lavée de son ordure.

“Mɛ ɖé lɛ́ɛ tíin, bó nɔ́ mɔ ɖɔ émí ɖokpó jɛ́n tíin, bó nɔ́ hu tɛ́ nú mɛ bǐ.
30.13 Il est une engeance dont les yeux sont hautains et les regards condescendants.

“Mɛ ɖé lɛ́ɛ tíin, bɔ aɖǔ yětɔn nyí hwǐ, aglanká yětɔn nyí jǐví; yě ná tlɛ́n lelenɔ lɛ́ɛ ɖu, yě ná ɖe yě sín ayǐkúngban ɔ́ jí, yě ná sú wamamɔnɔ lɛ́ɛ sín kún dó sín gbɛtɔ́ lɛ́ɛ mɛ.” Nǔnywɛ́xó e mɛ nǔlínlɛ́n ɖe lɛ́ɛ
30.14 Il est une engeance dont les dents sont des épées, dont les mâchoires sont des couteaux, pour dévorer et faire disparaître de la terre les pauvres, et de l’humanité les déshérités. Proverbes numériques

Asán ɖó vǐ nyɔ̌nu we; yě nɔ́ nyí: “Nǎ mì nǎ mì”. Nǔ atɔn tíin; nǔ ɛnɛ wɛ lɔ; yě nɔ́ ɖɔ é kpé émí gbeɖé ǎ:
30.15 La sangsue a deux filles : « Donne ! donne ! » Trois choses sont insatiables, quatre ne disent jamais « Assez ! » :

kútomɛ ɖíe; nyɔ̌nu wɛnsinɔ ɖíe; ayǐkúngban e ɖo sin ba wɛ é ɖíe; myɔ ɖíe; myɔ nɔ ɖɔ é kpé émí gbeɖé ǎ.
30.16 le séjour des morts, la femme stérile, la terre, qui n’est pas rassasiée d’eau, et le feu, qui ne dit jamais « Assez ! ».

Mɛ e nɔ ko tɔ́ tɔn ɔ́, mɛ e ma nɔ se tónú nú nɔ tɔn ǎ ɔ́, avǔnsákɔwó tɔdo mɛ tɔn lɛ́ɛ ná tɔ́n nukún i, bɔ gangan lɛ́ɛ ná vún lan tɔn ɖu.
30.17 L’œil qui se moque d’un père et qui méprise l’obéissance envers une mère, les corbeaux de l’oued le crèveront, les petits de l’aigle le dévoreront.

Nǔ atɔn tíin bó hú gǎn mì; nǔ ɛnɛ wɛ lɔ:
30.18 Il y a trois choses étonnantes qui me dépassent, quatre que je ne connais pas :

un sixú dó mɔ̌ nú gangan gbɔn jɔhɔn mɛ ǎ, un sixú dó mɔ̌ nú dan gbɔn sókan mɛ ǎ, un sixú dó mɔ̌ nú tɔjíhún gbɔn xuzan mɛ ǎ, un sixú dó mɔ̌ nú súnnu e ɖo nyɔ̌nu gúdo é ǎ.
30.19 la trace de l’aigle dans le ciel, la trace du serpent sur le rocher, la trace du bateau au cœur de la mer et la trace de l’homme chez la jeune fille.

Nyɔ̌nu e nɔ́ dó afɔ gbě ɔ́, lě e é nɔ́ wa nǔ gbɔn ɔ́ ɖíe: é nɔ́ ɖu nǔ bó nɔ́ súnsún nu, bó nɔ́ ɖɔ: “Un wa nǔ nyanya ɖé ǎ!”
30.20 Telle est la voie de la femme adultère : elle mange, elle s’essuie la bouche, puis elle dit : « Je n’ai rien fait de mal ! »

Nǔ atɔn tíin bó nɔ́ húnhún ayǐkúngban ɔ́; nǔ ɛnɛ wɛ lɔ, bɔ ayǐkúngban ɔ́ sixú hɛn ǎ:
30.21 A cause de trois choses, la terre tremble, il y en a quatre qu’elle ne peut supporter :

kannumɔ ná wá ɖu axɔ́sú, taɖunɔ ná ɖu nǔ, bɔ é ná kpé e kpo,
30.22 un esclave qui devient roi, un fou qui est rassasié de pain,

nyɔ̌nu e mɛ bǐ sɔ́ wǎn ná ɔ́, ná mɔ asú, nyɔ̌nu mɛsɛntɔ́ ná yí gǎn tɔn sín tɛnmɛ.
30.23 une femme non aimée qui se marie, et une servante qui hérite de sa maîtresse.

Kanlin ɛnɛ tíin ɖo ayǐkúngban ɔ́ jí; yě hwe ɖésú, yě ká ɖó nǔnywɛ́ bɔ é vɛ́ jlɛ́:
30.24 Il y en a quatre qui sont tout petits sur la terre, et suprêmement sages :

Ayǐsínzɛn lɛ́ɛ, yě ɖó gǎn ǎ; é ká su nǔkún-yiya hwenu ɔ́, yě nɔ́ ba nǔ e yě ná ɖu ɔ́ ɖ'ayǐ.
30.25 les fourmis, peuple sans force, préparent en été leur nourriture ;

Agidigbǎnwún lɛ́ɛ, yě ɖó hlɔ̌nhlɔ́n ǎ; lo ɔ́, yě nɔ́ sá xwé nyi sóxo mɛ.
30.26 les damans, peuple sans force, élisent domicile dans les rochers ;

Bɔkle lɛ́ɛ, axɔ́sú ɖě ɖo yě nu ǎ, yě ká nɔ to yěɖée lyɛ̌ngbe lyɛ̌ngbe bó nɔ́ ɖo yiyi wɛ.
30.27 les criquets n’ont pas de roi et ils sortent tous par divisions ;

Alɔ̌tlɔ lɛ́ɛ, è hɛn ɔ́, è nǎ wlí yě kpó alɔ kpó; é ɖo mɔ̌ có yě nɔ́ yi axɔ́sú xwé gbe.
30.28 le lézard, que tu peux attraper à la main, et qui s’introduit dans les palais des rois.

Nǔɖíɖó e ɖó funfún lɛ́ɛ atɔn tíin, ɛnɛ wɛ lɔ, bɔ zɔnlin yětɔn nyɔ́ kpɔ́n, afɔɖiɖe yětɔn wlí yɛ̌yi:
30.29 Il y en a trois qui ont une belle allure, quatre qui ont une belle démarche :

kinnikínní, é wɛ kpan akɔ́n hú lan lɛ́ɛ bǐ; é nɔ́ hɔn ɖo nǔɖé nukɔn ǎ;
30.30 le lion, le plus vaillant parmi les bêtes, qui ne recule devant personne ;

koklósú, é ɖo yiyi wɛ ɔ́, é nɔ́ gó; gbǎgbá kpó, axɔ́sú e ɖo ahwangɔnu tɔn nukɔn, bó ɖo yiyi wɛ ɔ́ kpó.
30.31 le coq aux reins solides, ou le bouc, et le roi au milieu de son armée.

Ényí a ko wa xlonɔnú bó kó yí nugo, abǐ a ɖǒ tito nyanya lɛ́ɛ hǔn, tunwun ɖɔ bɛ́ sín din ɔ́, émí ná nɔ abwɛ̌;
30.32 Si, après avoir eu la folie de t’exalter toi-même, tu as réfléchi, mets la main sur la bouche :

ɖó è xo anɔ̌sin ɔ́, é nɔ́ húzú bɔ̌ta; è dó nǔ awɔntín jí ɔ́, kanjɔ nɔ tɔ́n; xomɛsin dó xomɛ nú mɛ wɛ nɔ dɔn jlɛ wá. Kpɔjitɔ́ ɖé ɖɔ nǔnywɛ́xó dó kplɔ́n nǔ vǐ tɔn
30.33 car la pression du lait produit du lait fermenté, la pression du nez produit du sang, et la pression de la colère produit la querelle.