Retour aux chapitres

Retour à la page principale

La Bible en fongbe

Nǔnywɛ́xó 19 - Proverbes 19
È nyǐ wamamɔnɔ bónú ayi mɛtɔn ka ɖo wɛn ɔ́, é nyɔ́ hú è nyǐ adingbannɔ bó nyí xlonɔ.
19.1 Mieux vaut le pauvre qui suit la voie de l’intégrité qu’un homme qui, sous un langage tortueux, est stupide.

Nǔ ba ná wa hawun ma yi agbɔ̌n jí hwɛ̌ ɔ́, è nɔ mɔ nu tɔn ǎ; è ɖo hwlɛ́ndó jí dín ɔ́, nǔ wɛ è nɔ wa nyi do.
19.2 Il n’est pas bon de se méconnaître ; à se précipiter on manque le but.

Xlojijɔ gbɛtɔ́ tɔn nɔ́ kplá ɛ yi dó kɔ́blúmánya mɛ, bɔ é nɔ́ jɛ wunvo ba Mawu Mavɔmavɔ jí.
19.3 L’imbécillité de l’être humain pervertit sa voie ; et c’est contre le Seigneur que son cœur s’irrite.

Nǔ ɖo mɛ sí ɔ́, xɔ́ntɔn nɔ́ sukpɔ́; lo ɔ́, xɔ́ntɔn ɖokpó e wamamɔnɔ ɖó ɔ́ kpó é kpó nɔ́ lɛ́ gblé.
19.4 La richesse augmente le nombre des amis ; le pauvre est tenu à l’écart par son compagnon.

Mɛ e nɔ ɖe kúnnu agɔ ɔ́, è nǎ wá dɔn tó n'i gbe ɖokpó; adingbannɔ ɔ́, è nǎ gɔn tó dɔn n'i ǎ.
19.5 Le faux témoin ne sera pas tenu pour innocent ; celui qui profère le mensonge n’échappera pas.

Mɛ gěgé nɔ́ klɔ́ gbɛtɔ́ nukúnɖéjí lɛ́ɛ; mɛ bǐ nɔ dó xɔ́ntɔn mɛ e nɔ ná nǔ mɛ é.
19.6 Beaucoup de gens cherchent la faveur du noble ; chacun est l’ami de celui qui fait des cadeaux.

Wamamɔnɔ ɔ́, nɔví tɔn lɛ́ɛ ɖésú nɔ gbɛ́ wǎn n'i; xɔ́ntɔn tɔn lɛ́ɛ tɔn sɔ́ nyí ɖiɖɔ ǎ; yě bǐ nɔ́ nɔ zɔ n'i; é nɔ́ mɔ yě mɛ ɖěbǔ bó ná ɖɔ xó xá ǎ.
19.7 Tous les frères du pauvre le détestent ; à plus forte raison ses compagnons s’éloignent-ils de lui ! Il les poursuit de ses paroles, mais ils ne sont plus là.

Nǔ kplɔ́n dó nǔ jí ɔ́, wǎn yí nú mɛ ɖésúnɔ wɛ; mɛ e nɔ ba ná mɔ nukúnnú jɛ nǔ wú ɔ́, nǔ nɔ nyɔ́ n'i.
19.8 Celui qui acquiert la raison s’aime lui-même ; celui qui garde l’intelligence trouve le bonheur.

Mɛ e nɔ ɖe kúnnu agɔ ɔ́, è nǎ dɔn tó n'i; mɛ e nɔ ɖó adingban ɔ́ ná sɔ́ éɖée nyi gbě.
19.9 Le faux témoin ne sera pas tenu pour innocent ; celui qui profère le mensonge disparaîtra.

É jɛ xá ɖɔ xlonɔ ní ɖu gbɛ ǎ; mɔ̌ ɖokpó ɔ́, kannumɔ ɖó ná kpa acɛ nú gǎn tɔn gbeɖé ǎ.
19.10 Il ne convient pas à un homme stupide de vivre dans les délices ; combien moins à un esclave de dominer sur des princes !

Gbɛtɔ́ e bí é nɔ́ yá wǔ sin xomɛ ǎ; wi e ɖo ta tɔn ɔ́ wú wɛ é nɔ́ kpɔ́n dó dó wɔn agɔ e è jɛ dó e lɛ́ɛ.
19.11 Celui qui a du bon sens est patient ; il met son honneur à passer sur une offense.

Axɔ́sú e ɖo xomɛsin jí é dó xɛsi kinnikínní ɖo adǎn jí ɖɔhun; xomɛnyínyɔ́ tɔn ka nɔ wa ɖagbe, ahǔn ja dó gběhan jí ɖɔhun.
19.12 L’irritation du roi est comme le grondement d’un jeune lion ; sa faveur est comme la rosée sur l’herbe.

Vǐ xlonɔ ɔ́, afɔkú wɛ é nyí nú tɔ́ tɔn; nyɔ̌nu jlɛɖɔtɔ́ cí gɔ̌ta e ma nɔ gɔn sin kun ǎ é ɖɔhun.
19.13 Un fils stupide est une calamité pour son père ; les querelles d’une femme sont une gouttière qui ne cesse de couler.

Tɔ́ mɛtɔn sín dɔkun kpó xwé tɔn kpó ɔ́, è hɛn ɔ́, è nǎ ɖu gǔ tɔn; amɔ̌, nyɔ̌nu e ayi tɔn nɔ ɖo te ɔ́, Mawu Mavɔmavɔ ɖokpónɔ wɛ nɔ ná mɛ.
19.14 Une maison et des biens, voilà le patrimoine qu’on reçoit des pères ; une femme qui a du bon sens est un don du Seigneur.

Fɔnlín ɔ́, amlɔ wɛ é nɔ́ zɔ́n mɛ hwebǐnu; mɛ e ma nɔ wa nǔɖé ǎ ɔ́, xovɛ́ wɛ é nɔ́ nɔ.
19.15 La paresse fait tomber en torpeur ; celui qui est nonchalant aura faim.

Mɛ e nɔ nyi sɛ́n ɔ́ nɔ́ nya xɛ ɖo gbɛ éɖée tɔn jí; mɛ e ma nɔ lin tamɛ cóbó nɔ́ wa nǔ ǎ ɔ́ ná kú.
19.16 Celui qui garde les préceptes se garde lui-même ; celui qui méprise ses voies mourra.

Mɛ e nɔ ná nǔ wamamɔnɔ ɔ́, nǔ wɛ é nya nú Mawu Mavɔmavɔ; Mawu ná ná ajɔ tɔn ɛ.
19.17 Celui qui fait grâce au pauvre prête au Seigneur, qui lui rendra ce qui lui est dû.

Nɔ dɔn tó nú vǐ towe din e a hɛn ɔ́, a nǎ kplɔ́n ɛ é; amɔ̌, ma ɖo xomɛsin jí bó xo ɖó nǎ hu do mɛ ó.
19.18 Instruis ton fils tant qu’il y a de l’espoir ; n’en viens pas à souhaiter sa mort.

Mɛ e sin xomɛ ɖaxó ɔ́, è ɖǒ ná kán akwɛ́ ɖé n'i bɔ é ná sú; nǔ má nyí mɔ̌ ǎ hǔn, kan wɛ è dǒ kan jí n'i.
19.19 Celui que la fureur emporte doit en payer le prix : si tu l’exemptes, tu aggraves encore son cas.

Nɔ ɖótó kplɔ́n; è kplɔ́n nǔ we hǔn nɔ se; énɛ́ ɔ́, a nǎ húzú nǔnywɛ́tɔ́.
19.20 Ecoute les conseils, reçois l’instruction, afin que par la suite tu deviennes sage.

Gbɛtɔ́ nɔ́ lin nǔ gěgé bó ná wa, amɔ̌, jlǒ Mawu Mavɔmavɔ tɔn wɛ nɔ nyí wiwa.
19.21 Il y a dans le cœur de l’homme beaucoup de pensées ; ce sont les projets du Seigneur qui tiennent.

Xomɛnyínyɔ́ wɛ nyí nǔ e ba wɛ è ɖe ɖo gbɛtɔ́ sí é; è nyǐ wamamɔnɔ ɔ́, é nyɔ́ hú è nyí adingbannɔ.
19.22 Ce qu’on désire chez quelqu’un, c’est la fidélité ; mieux vaut un pauvre qu’un menteur.

Sísí ɖó nú Mawu Mavɔmavɔ mɛ wɛ è nɔ mɔ gbɛ ɖe; nǔɖé nɔ́ hwedó mɛ ǎ; zǎn mɛ ɔ́, è nɔ dɔ́ amlɔ ganjí, gbɛwé ɖé nɔ́ xo mɛ ǎ.
19.23 La crainte du Seigneur mène à la vie ; on se couche rassasié, sans être visité par le malheur.

Fɔnlínnɔ zé alɔ dó nǔɖuká mɛ ɔ́, nu sɔ́ yi tɔn nɔ́ nyí azɔ̌ n'i.
19.24 Le paresseux plonge sa main dans le plat ; il ne la ramène même pas à sa bouche.

È xo goyítɔ́ ɖo xlonɔ nukún mɛ ɔ́, xlonɔ sín ayi ná mɔ nǔ; è gbɛ̌ nǔ nú gbɛtɔ́ e ɖó nǔnywɛ́ ɔ́, é nɔ mɔ nǔ jɛ nǔ e è ba ɖɔ é ní tunwun ɔ́ mɛ.
19.25 Frappe l’insolent, et le naïf deviendra avisé ; avertis l’homme intelligent, et il comprendra la connaissance.

Vǐ e nɔ́ sí hun te dó tɔ́ tɔn jí ɔ́, vǐ e nɔ́ nya nɔ tɔn ɔ́, vǐ winnyá dó mɛ tɔ́ wɛ, vǐ hɛ̌ndómɛtɔ́ wɛ.
19.26 Celui qui ruine son père et qui fait fuir sa mère est un fils qui fait honte et qui fait rougir.

Vǐ ce, nú a ma sɔ́ nɔ́ ɖótó te bó nɔ́ yí kplɔ́n e ná we wɛ è ɖe lɛ́ɛ ǎ ɔ́, nǔtunwuntunwun vɛ́ we.
19.27 Cesse, mon fils, d’écouter l’instruction, si c’est pour t’égarer loin des discours de la connaissance.

Kúnnuɖetɔ́ nǔvɔ́nɔ nɔ́ ké ya nú sɛ́n ǎ; mɛdídá lɛ́ɛ ɔ́, alǎnnú ɖiɖɔ wɛ nɔ́ víví nú yě.
19.28 Le témoin sans morale se moque de l’équité avec insolence ; la bouche des méchants dévore le mal.

Goyítɔ́ lɛ́ɛ ɔ́, hwɛ e è nǎ ɖó nú yě é kó ɖo te; xlonɔ lɛ́ɛ ɔ́, nɛgbé yětɔn ɖo te nú bǎ.
19.29 Les jugements sont prêts pour les insolents ; les coups, pour le dos des gens stupides.