Retour aux chapitres

Retour à la page principale

La Bible en fongbe

Nǔnywɛ́xó 17 - Proverbes 17
È ɖu wɔ̌ flú ɖo fí e ayi jɛ ayǐ ɖe ɔ́ nyɔ́ hú è ɖu wɔ̌ kpó lan kpó ɖo fí e jlɛ ɖe é.
17.1 Mieux vaut un morceau de pain sec avec la tranquillité qu’une maison pleine de viandes avec des querelles.

Mɛsɛntɔ́ e bí ganjí ɔ́ ná yí vǐ e nɔ́ dó winnyá mɛ ɔ́ sín tɛnmɛ, bó ná ɖu gǔ xá vǐ winnyádómɛtɔ́ ɔ́ sín nɔví lɛ́ɛ.
17.2 Un serviteur qui a du bon sens domine sur le fils qui fait honte ; il a part au patrimoine au milieu des frères.

Siká kpó kpatágan kpó ɔ́, zo wɛ è nɔ xo dó, bó nɔ́ tunwun ɖagbe kpó nyanya kpó. Amɔ̌, gbɛtɔ́ lɛ́ɛ ɔ́, Mawu Mavɔmavɔ wɛ nɔ mɔ nǔ jɛ ayixa yětɔn mɛ, bó nɔ́ tunwun ayixa ɖagbe kpó ayixa nyanya kpó.
17.3 Il y a un creuset pour l’argent et un four pour l’or ; celui qui sonde les cœurs, c’est le Seigneur.

Gbɛtɔ́ e nɔ́ xo dǎka ɔ́ nɔ́ wlí tó dǎkaxotɔ́ lɛ́ɛ sín xó wú; adingbannɔ nɔ ɖótó xó e nɔ hɛn mɛ gblé lɛ́ɛ.
17.4 Celui qui fait du mal prête attention à la lèvre malfaisante ; le menteur prête l’oreille à la langue perfide.

Mɛ e nɔ ko wamamɔnɔ ɔ́, agɔ tawun wɛ é jɛ dó mɛ e bló wamamɔnɔ ɔ́ é. Mɛ e nǔ wa mɛ ɔ́, é nɔ́ víví n'i ɔ́, è nǎ gɔn tó dɔn n'i ǎ.
17.5 Qui se moque du pauvre outrage celui qui le fait ; qui se réjouit d’une catastrophe ne sera pas tenu pour innocent.

Vǐvú lɛ́ɛ wɛ nyí jɛ̌gbákún ɖo ta nú degénɔ kpikpoe lɛ́ɛ, bɔ tɔ́ lɛ́ɛ nyí susu vǐ yětɔn lɛ́ɛ tɔn.
17.6 La couronne des vieillards, ce sont les petits-fils ; la parure des fils, ce sont les pères.

Xó mímɛ́ sɔgbe xá xlonɔ ǎ; mɔ̌ ɖokpó ɔ́, adingban jɛ xá mɛ e nyí gǎn é ǎ.
17.7 Le langage distingué ne convient pas à un fou ; combien moins à un noble le langage mensonger !

Mɛ e nɔ dó nǔ nu nú mɛ ɔ́ nɔ́ mɔ ɖɔ nǔ xɔ akwɛ́ ɖaxó ɖokpó wa wɛ émí ɖe; é nɔ́ mɔ ɖɔ è dǒ nǔ nu nú mɛ ɔ́, è nɔ mɔ nǔ e ba wɛ è ɖe ɔ́.
17.8 Les présents sont une pierre précieuse aux yeux de ceux qui en disposent ; où qu’ils aillent, ils ont du succès.

Mɛ e sɔ́ hwɛ kɛ mɛ ɔ́, xɔ́ntɔn ba wɛ é ɖe; mɛ e ka fɔ́n ɔ́, é nɔ ɖo flínflín wɛ é ɖo xɔ́ntɔn tɔn lɛ́ɛ nya wɛ.
17.9 Celui qui couvre une offense recherche l’amour ; celui qui la rappelle divise les intimes.

È gbɛ̌ nǔ nú mɛ e nɔ mɔ nukúnnú jɛ nǔ mɛ ɔ́ azɔn ɖokpó géé ɔ́, é xɔ akwɛ́ hú è sɛ́n bǎ nú xlonɔ azɔn kanwe ko (
17.10 Un reproche fait plus d’effet à l’homme intelligent que cent coups à l’homme stupide.

Mɛdídá ɔ́, gǔ fɔ́n wɛ jɛ́n é nɔ́ ɖe, káká bɔ mɛ e ma nɔ kú nǔbláwǔ nú mɛ ǎ ɔ́ nɔ́ jɛ gbě tɔn mɛ.
17.11 Le mauvais ne recherche que révolte ; un messager cruel lui sera envoyé.

È yi kpé lɔnmɔ e ba vǐ tɔn kpo ɔ́, é nyɔ́ hú è yi kpé xlonɔ e ɖo xlohwɛ zɛ wɛ é.
17.12 Mieux vaut rencontrer une ourse privée de ses petits qu’un homme stupide dans son imbécillité.

Mɛ e nɔ sɔ́ nyanya dó sú ɖagbe xɔ́ ɔ́, nǔ nyanya nɔ hán ɖo xwé tɔn gbe ǎ.
17.13 Celui qui rend le mal pour le bien, le mal ne s’éloignera pas de sa maison.

È bɛ̌ jlɛ hǔn, è hun ali nú tagba nɛ́; è bo yá wǔ ɖe afɔ sín mɛ cóbónú hun ná bɛ́.
17.14 Commencer une dispute, c’est rompre une digue ; avant que la querelle se déchaîne, retire-toi.

Mɛ e yí hwɛ dó mɛdídá jí é, kpó mɛ e ɖó hwɛ nú hwɛjijɔnɔ é kpó bǐ wɛ Mawu Mavɔmavɔ gbɛ́ wǎn ná.
17.15 Celui qui justifie le méchant et celui qui condamne le juste sont tous deux une abomination pour le Seigneur.

Akwɛ́ jɛ xlonɔ lɔ mɛ ɔ́, ani wɛ é ná dó wa? Nǔnywɛ́ wɛ é ná sɔ́ dó yí ná a? Ayi tɔn sixú mɔ mɔ̌ ǎ.
17.16 Pourquoi une somme d’argent dans la main de l’homme stupide ? Pour acquérir la sagesse ? Mais il n’a pas de raison !

Xɔ́ntɔn nyɔ́ hwebǐnu. È nɔ ɖó nɔví bɔ é ná dó alɔ mɛ adǎngbomɛ hwenu.
17.17 L’ami aime en tout temps ; le frère est né pour la détresse.

Xlonɔ wɛ mɛ ɖěvo nɔ ja axɔ́ ɖu gbé, bɔ é nɔ́ nɔ te n'i bó nɔ́ zin alɔ dó akɔ́n ɖɔ émí ná sú.
17.18 Celui qui est dépourvu de raison prend des engagements, il se porte garant pour son prochain.

Mɛ e yí wǎn nú jlɛ ɔ́, yí wǎn nú hwɛhuhu; lo ɔ́, mɛ e nɔ yí go ɔ́ ná hɛn gbɛ éɖée tɔn gblé.
17.19 Qui aime l’offense aime les brouilles ; qui élève sa porte recherche le désastre.

Mɛ e ɖó ayi hízíhízí ɔ́, nǔɖé nɔ nyɔ́ n'i ǎ; mɛ e nɔ ɖó adingban ɔ́, nǔ wɛ nɔ́ gbo e.
17.20 Un cœur tortueux ne trouve pas le bonheur ; la langue perverse tombe dans le malheur.

Mɛ e ji vǐ xlonɔ ɔ́ nɔ mɔ akpɔ. Mɛ e ji taɖunɔ ɔ́ sixú j'awǎ gbeɖé ǎ.
17.21 Qui donne le jour à un être stupide aura du chagrin ; le père d’un fou ne saurait se réjouir.

Ayi jɛ ayǐ nú mɛ ɔ́, azɔn nɔ yá wǔ gbɔ; wǔ ká kú mɛ ɔ́, gǎn wɛ nɔ hwedó mɛ.
17.22 Un cœur joyeux est un bon remède ; un esprit abattu dessèche les os.

Mɛdídá nɔ ɖu kpa ɖo nǔglɔ́, lobo nɔ húzú hwɛjijɔ xwe.
17.23 Le méchant accepte des pots-de-vin offerts sous le manteau pour faire dévier les sentiers de l’équité.

Gbɛtɔ́ e nɔ́ mɔ nǔ jɛ nǔ mɛ ɔ́, nǔnywɛ́ yíyí wɛ nɔ myá nukún n'i; lo ɔ́, xlonɔ sín nukún nɔ́ ɖo ma ná xɔ xi xwlé wɛ.
17.24 La sagesse est tout près de l’homme intelligent ; mais les yeux de l’homme stupide vont aux extrémités de la terre.

Vǐ xlonɔ nɔ ɖó akpɔ nú tɔ́ tɔn; é nɔ́ nyí linkpɔ́n nú mɛ e zɛn bó ji i é.
17.25 Un fils stupide contrarie son père ; il rend amère celle qui l’a mis au monde.

É nyɔ́ ɖɔ è nǐ dɔn tó nú xomɛvɔ́nɔ ǎ; è dɔn tó nú gbɛtɔ́ e mɛ lɛ́ɛ nɔ sí ɔ́, acɛ wɛ é nyí bɔ è gba.
17.26 Il n’est pas bon de condamner un juste, même à une amende ; frapper les nobles est contraire au droit.

Mɛ e tunwun nǔ ɔ́ nɔ ɖɔ xó dín ǎ; mɛ e sín ayi ɖo te ɔ́ nɔ yi agbɔ̌n jí.
17.27 Celui qui se retient de parler possède la connaissance ; l’esprit calme est intelligent.

Mɛ ɖé ná bó nyí taɖunɔ bó ká nɔ́ cí xwíí ɔ́, è nɔ mɔ ɛ dó mɔ gbɛtɔ́ nǔnywɛ́tɔ́; mɛ e bɔ nu dó aɖǔ ɔ́, è nɔ mɔ ɛ dó mɔ gbɛtɔ́ bíbí.
17.28 Même l’imbécile, quand il se tait, passe pour sage ; celui qui tient ses lèvres fermées est intelligent.