Retour aux chapitres

Retour à la page principale

La Bible en fongbe

Ɖɛhan 139 - Paumes 139
Mawu, a tunwun mì bǐ
139.1 Seigneur, tu me connais parfaitement Du chef de chœur. De David. Psaume. Seigneur, tu m’as examiné à fond, tu me connais ;

Hanjigbɛ́gán ɔ́ sín Ɖɛhanwéma mɛ wɛ han élɔ́ ɖe. Davídi sín han wɛ. Mawu Mavɔmavɔ, a mɔ nukúnnú jɛ ayi ce mɛ, a tunwun mì bǐ.
139.2 toi, tu sais quand je m’assieds et quand je me lève, tu comprends de loin ma pensée ;

A nɔ tunwun hwenu e un nɔ jínjɔ́n ayǐ é, bó nɔ́ tunwun hwenu e un nɔ sí te é. Un ɖo nǔɖé lin wɛ ɔ́, a nɔ ko mɔ sɛ́ dó.
139.3 tu sais quand je marche et quand je me couche, et tu pénètres toutes mes voies.

A nɔ tunwun hwenu e un nɔ ɖi zɔnlin é, bó nɔ́ tunwun hwenu e un nɔ mlɔ́ ayǐ é. A nɔ tunwun nǔ e un nɔ wa lɛ́ɛ bǐ.
139.4 Car la parole n’est pas sur ma langue que déjà, Seigneur, tu la connais entièrement.

Mawu Mavɔmavɔ, xó ɔ́ nɔ́ kó tɔ́n sín nu ce mɛ, cóbónú a nɔ ko tunwun xó e ɖɔ gbé un ja é bǐ ǎ.
139.5 Par-derrière et par-devant, tu m’assièges et tu mets ta main sur moi.

A ɖo nukɔn ce, a ɖo gǔdo ce, a lɛ́ lɛ̌ dó mì bǐ, alɔ towe ɖo jǐ ce.
139.6 Cette connaissance étonnante me dépasse, elle est trop élevée pour que je puisse la saisir.

Káká bǎ e mɛ a tunwun mì yi jɛ ɔ́ kpácá mì, un tunwun lě e un ná jlɛ́ gbɔn ɔ́ lɔ ǎ.
139.7 Où pourrais-je aller pour échapper à ton souffle, où pourrais-je fuir pour t’échapper ?

Fítɛ́ un ka sixú yi bɔ a ma sixú yi ǎ? Fítɛ́ un ka sixú hɔn yi bɔ a ma sixú mɔ mì ǎ?
139.8 Si je monte au ciel, tu y es ; si je me couche au séjour des morts, tu es encore là.

Un yi jǐxwé ɔ́, a ɖo dɔ̌n. Un yi kútomɛ ɔ́, a ɖo dɔ̌n.
139.9 Si je prends les ailes de l’aurore pour aller demeurer au-delà de la mer,

Un na bo zɔn xɛ ɖɔhun, bó yi cí fí e hwe nɔ tɔ́n sín é, abǐ fí e hwe nɔ yi xɔ ɖe ɔ́,
139.10 là aussi ta main me conduira, ta main droite me saisira.

a ɖo fínɛ́ lɔmɔ̌, bó ná kplá mì, aɖisí lɔ towe ná hɛn mì. Ényí un ɖɔ: “Ablu ní cyɔ́n mì, kéze ní húzú zǎn lɛ́ lɛ̌ dó mì.”
139.11 Si je dis : Au moins les ténèbres me submergeront, la nuit devient lumière autour de moi ;

Nú un ɖɔ mɔ̌ ɔ́, ablu ɔ́ nɔ́ lɛ́ húzú wěziza nú hwɛ, zǎn nɔ́ lɛ́ za wě kéze ɖɔhun; zǐnflú kpó wěziza kpó ɔ́, nǔ ɖokpó ɔ́ wɛ yě nyí nú hwɛ.
139.12 même les ténèbres ne sont pas ténébreuses pour toi, la nuit s’illumine comme le jour, et les ténèbres comme la lumière.

Hwi wɛ bló ayi e ɖo xo ce mɛ é, hwi wɛ ján mì ɖo nɔ ce xo mɛ.
139.13 C’est toi qui as produit les profondeurs de mon être, qui m’as tenu caché dans le ventre de ma mère.

Un dó kú nú we ɖó a blǒ mì bɔ un nyɔ́ kpɔ́n ɖésú. Nǔ e a blǒ lɛ́ɛ bǐ nyɔ́ kpɔ́n, un tunwun ganjí.
139.14 Je te célèbre, car j’ai été fait de façon merveilleuse. Tes œuvres sont étonnantes, je le sais bien.

Hwenu e a ɖo blǒbló mì wɛ ɖo nǔglɔ́ ɔ́, hwenu e a ɖo jǐnján mì wɛ ɖo nɔ ce xomɛ ɔ́, agbaza ce sixú hwlá nǔ ɖěbǔ dó we ǎ.
139.15 Mon corps ne t’était pas caché lorsque j’ai été fait en secret, tissé dans les profondeurs de la terre.

Hwenu e kɛ́n jɛ nɔ ce wú é jɛ́n a ko mɔ mì, a ko wlán azǎn nabí e un ná nɔ gbɛ xɔ é dó wěma towe mɛ, có azǎn énɛ́ lɛ́ɛ ɖokpó ká kó wá ǎ.
139.16 Quand je n’étais qu’une masse informe, tes yeux me voyaient ; et sur ton livre étaient tous inscrits les jours qui furent façonnés, avant qu’aucun d’eux n’existe.

Mawu, nǔ e ɖo ayi towe mɛ lɛ́ɛ ɔ́, un sixú mɔ nǔ jɛ wú gbeɖé ǎ; nǔ e ɖo ayi towe mɛ lɛ́ɛ sukpɔ́ lóóo!
139.17 Que tes pensées, ô Dieu, me semblent impénétrables ! Que la somme en est grande !

Un sixú xa bǐ ǎ; yě sukpɔ́ hú kɔ́ e ɖo xuta é. Un na bo kpé wú bó xa bǐ ɔ́, un ná sixú mɔ nukúnnú jɛ wǔ we yi kpé ǎ.
139.18 Si je les compte, elles sont plus nombreuses que les grains de sable... Je m’éveille, et je suis encore avec toi.

Mawu ce, nú a hu mɛdídá lɛ́ɛ ɔ́, nú a sɛ mɛhutɔ́ énɛ́ lɛ́ɛ dó zɔ nú mì ɔ́, é ná nyɔ́ mɛ!
139.19 O Dieu, si seulement tu faisais mourir le méchant ! Hommes sanguinaires, écartez-vous de moi !

Kɛntɔ́ towe lɛ́ɛ nɔ́ sɔ́ nyǐkɔ towe dó blɛ́ mɛ, yě nɔ́ sɔ́ nyǐkɔ towe ɖó nu dó xo dǎka.
139.20 Ils parlent de toi selon leur astuce, ils t’invoquent pour tromper, eux, tes adversaires !

Mawu Mavɔmavɔ, nɛ̌ un ma ka ná gbɛ́ wǎn nú mɛ e gbɛ́ wǎn nú we lɛ́ɛ ǎ gbɔn? Mɛ e nɔ tɔ́n ahwan we lɛ́ɛ ɔ́, un mɔ yě ɔ́, nǔ yětɔn ma ná vɛ́ wǔ ce ǎ gbɔn?
139.21 Seigneur, comment ne détesterais-je pas ceux qui te détestent, comment n’aurais-je pas du dégoût pour ceux qui se dressent contre toi ?

Un gbɛ́ wǎn nú yě titewungbe, kɛntɔ́ wɛ un sɔ́ yě dó ɖó.
139.22 Je les déteste totalement ; ils sont pour moi des ennemis.

Mawu ce, kpɔ́n xo ce mɛ bǐ! Kpɔ́n lě e un ɖe é, kpɔ́n nǔ e ɖo gbigbo mì wɛ ɖo ayi mɛ é!
139.23 Examine-moi à fond, ô Dieu, et connais mon cœur ! Sonde-moi, et connais mes préoccupations !

Kpɔ́n ɖɔ ali nyanya wɛ un wlí a jí, bó dɔn mì ɖó ali e nyí towe é jí, ali e nyí towe káká sɔ́yi é jí.
139.24 Regarde si je suis sur une voie mauvaise, et conduis-moi sur la voie de toujours !