Retour aux chapitres

Retour à la page principale

La Bible en fongbe

Ɖɛhan 90 - Paumes 90
Gbɛtɔ́ jɔ ɔ́, gbɛtɔ́ nɔ́ kú, Mawu ká ɖe tɛgbɛ. Mɔyízi ɖɛ̌mɛnu Mawu tɔn ɔ́ sín ɖɛ. Aklúnɔ, hwi wɛ nyí bibɛtɛn mǐtɔn tɛgbɛ tɔn.
90.1 L’homme passe, Dieu reste Prière. De Moïse, l’homme de Dieu. Seigneur, toi, tu as été pour nous un refuge, de génération en génération.

Cóbónú só lɛ́ɛ ná jɔ ɔ́, cóbónú a nǎ ɖó ayǐkúngban ɔ́, bó ná ɖó gbɛ ɔ́, a ko nyí Mawu, bó ná nyí Mawu káká sɔ́yi.
90.2 Avant que les montagnes soient nées, et que tu aies donné le jour à la terre et au monde, depuis toujours et pour toujours tu es Dieu.

A nɔ lɛ́ sɔ́ gbɛtɔ́ dó húzú kɔ́, a nɔ ɖɔ nú yě ɖɔ: “Mi lɛ́ kɔ yi fí e mi gosín é.”
90.3 Tu fais retourner l’homme à la poussière, et tu dis : Etres humains, retournez !

Mawu, xwe afatɔ́n ɔ́, nǔ kléwún ɖé wɛ nyí ɖo nukɔn towe, bó nɔ́ wá yi sɔ yí e ko hɔ́n wá yi é ɖɔhun; é nɔ́ dín bléwún ayǐtéhɔ̌nnu ɖɔhun.
90.4 Car mille ans sont, à tes yeux, comme le jour d’hier, quand il passe, et comme une veille de la nuit.

A nɔ kplá gbɛtɔ́ sín gbɛ ɔ́ mɛ, lě e è nɔ wlí yɛ bléwún bó nɔ́ fɔ́n é ɖɔhun. É cí folówa ɖɔhun,
90.5 Tu les emportes ; ils sont comme un instant de sommeil, qui, au matin, passe comme l’herbe :

zǎnzǎn su ɔ́, é nɔ́ tɔ́n, bó nɔ́ vlɔ́n; gbadanu su ɔ́, é nɔ mlú, bó nɔ́ j'ayǐ.
90.6 elle fleurit au matin et elle passe, on la coupe le soir, et elle se dessèche.

Xomɛsin towe wɛ nɔ ɖe mǐ sín gbɛ ɔ́ mɛ, adǎnwiwa towe nɔ́ ɖó adohu nú mǐ.
90.7 Nous défaillons à cause de ta colère, ta fureur nous épouvante.

A nɔ ɖe hwɛ e mǐ hu lɛ́ɛ bǐ gba; nǔ e mǐ wa ɖo nǔglɔ́ lɛ́ɛ bǐ wɛ ɖo wěziza nu ɖo nukɔn towe.
90.8 Tu mets devant toi nos fautes et à la lumière de ta face ce que nous dissimulons.

A sin xomɛ ɔ́, gbɛzán mǐtɔn nɔ́ ɖe kpo; gbɛ mǐtɔn nɔ́ vɔ nukikɛ ɖokpó mɛ.
90.9 Car tous nos jours déclinent à cause de ton courroux ; nous achevons nos années comme un murmure.

Jidɔ́ mǐtɔn nɔ te ɖó xwe kanɖé gban ; mɛ e wú gbɛ ɖe ganjí lɛ́ɛ tɔn nyí xwe kanwe.. Yě ká sɔ́ nɔ́ mɔ nǔɖé ɖ'é mɛ zɛ tagba kpó ya kpó wú ǎ, ɖó gbɛzán mǐtɔn nɔ́ wá yi bléwún, bɔ mǐ nɔ́ zɔn xɛ ɖidó kú.
90.10 La durée de nos jours s’élève à soixante-dix ans ; – pour les plus vigoureux, à quatre-vingts ans – et leur agitation n’est qu’oppression et mal, car cela passe vite, et nous nous envolons.

Mɛ̌ ka tunwun lě e xomɛsin towe syɛ́n gbɔn é? Mɛ̌ ká nɔ́ ɖó sísí nú we yi ɖó bǎ e mɛ a nɔ wa adǎn yi ɖó é?
90.11 Qui connaît la force de ta colère et le courroux qui te fait craindre ?

Xlɛ́ mǐ ɖɔ azǎn nabí e mǐ ná nɔ gbɛ ná ɔ́, nǔ xixa wɛ. Énɛ́ ɔ́, ayi mǐtɔn ná mɔ nǔ.
90.12 Enseigne-nous à bien compter nos jours, que nous conduisions notre cœur avec sagesse.

Mawu Mavɔmavɔ, káká jɛ hwetɛ́nu a ka ná sin xomɛ dó mǐ yi ɖó? Kɛnklɛ́n bó jó xomɛsin dó. Kú nǔbláwǔ nú mɛsɛntɔ́ towe lɛ́ɛ.
90.13 Reviens, Seigneur ! Jusqu’à quand... ? Aie pitié de nous, tes serviteurs !

Nɔ nyɔ́ xomɛ dó mǐ wú sín zǎnzǎn káká yi gbada; énɛ́ ɔ́, mǐ ná ɖo awǎjijɛ mɛ tɛgbɛ, mǐ ná ɖo xomɛhunhun jí káká sɔ́yi.
90.14 Rassasie-nous dès le matin de ta fidélité, nous crierons de joie durant tous nos jours.

Nǎ awǎjijɛ mǐ xɔ azǎn nabí e a dó ya nú mǐ xɔ é. Nǎ gbɛ mǐ nú mǐ nǎ ɖu xɔ xwe nabí e mǐ ji ya xɔ é.
90.15 Réjouis-nous autant de jours que tu nous as affligés, autant d’années que nous avons vu le malheur.

Mǐ mɛsɛntɔ́ towe lɛ́ɛ ní mɔ nǔ jɛ nǔwiwa towe lɛ́ɛ wú; vǐ mǐtɔn lɛ́ɛ lɔmɔ̌ ní mɔ susu towe.
90.16 Que ton action nous apparaisse, à nous, tes serviteurs, et ta magnificence sur nos fils !

Wǎn yíyí Aklúnɔ Mawu mǐtɔn tɔn ní nɔ mǐ jí. Blǒ bónú nǔ e mǐ sɔ́ alɔ mǐtɔn dó bló lɛ́ɛ ní lí dǒ, nǔ e alɔ mǐtɔn wa lɛ́ɛ ní lí dǒ. È yi Mawu Ajalɔ̌nlɔn gɔ́n ɔ́, è nɔ vo.
90.17 Que la beauté du Seigneur, notre Dieu, soit sur nous ! Affermis pour nous l’œuvre de nos mains, oui, affermis l’œuvre de nos mains !