Retour aux chapitres

Retour à la page principale

La Bible en fongbe

Jɔ̌bu 24 - Job 24
Nɛ̌ ká gbɔn bɔ Nǔbǐwúkpétɔ́ ɔ́ má zé azǎn ɖé lɛ́ɛ ɖó vo, bó ná nɔ́ dó ɖɔ hwɛ ǎ? Nɛ̌ ká gbɔn bɔ mɛ e tunwun i lɛ́ɛ má nɔ mɔ ɖɔ é ɖo hwɛ ɖɔ wɛ nǔgbó a?
24.1 Pourquoi le Tout Puissant ne met-il pas des temps en réserve, Et pourquoi ceux qui le connaissent ne voient-ils pas ses jours ?

Mɛ ɖé lɛ́ɛ nɔ sɛ tɛn nú gle sín dogbó lɛ́ɛ, mɛ ɖěvo lɛ́ɛ nɔ fin lɛ̌ngbɔ́, bó nɔ́ ná nǔɖuɖu yě.
24.2 On déplace les bornes, On vole des troupeaux, et on les fait paître ;

Mɛ ɖé lɛ́ɛ nɔ klá jɛ tócí tɔ́cyɔvǐ tɔn nu, abǐ yě nɔ́ yí nyibú asúkúsi tɔn ɖó gbanu.
24.3 On enlève l'âne de l'orphelin, On prend pour gage le boeuf de la veuve ;

Yě nɔ́ kpíkpé gbɛ̌dónánɔ lɛ́ɛ sín ali jí. Wamamɔnɔ e ɖo to ɔ́ mɛ lɛ́ɛ nɔ́ gbɔ bó nɔ́ sɔ́ yěɖée hwlá.
24.4 On repousse du chemin les indigents, On force tous les malheureux du pays à se cacher.

Wamamɔnɔ lɛ́ɛ nɔ wa nǔ tócí e nɔ́ nɔ gbětótló mɛ lɛ́ɛ ɖɔhun, yě nɔ́ fɔ́n zǎn dó azɔ̌ wǔ, lobo nɔ ba nǔɖuɖu nú vǐ yětɔn lɛ́ɛ ɖo zunkan mɛ.
24.5 Et voici, comme les ânes sauvages du désert, Ils sortent le matin pour chercher de la nourriture, Ils n'ont que le désert pour trouver le pain de leurs enfants ;

Yě nɔ́ ba gběhan gbɔn gle lɛ́ɛ mɛ. Yě nɔ́ gbɛ vǐwun mɛdídá lɛ́ɛ tɔn.
24.6 Ils coupent le fourrage qui reste dans les champs, Ils grappillent dans la vigne de l'impie ;

Yě nɔ́ dɔ́ godé; yě ɖǒ avɔ e yě ná cyɔ́n dó glɔ́n jɔhɔn é ǎ.
24.7 Ils passent la nuit dans la nudité, sans vêtement, Sans couverture contre le froid ;

Sókanmɛjí nɔ́ ja bó nɔ xo yě; yě nɔ́ yí yɛ dó só wú, ɖó yě ɖǒ xɔ ta ǎ.
24.8 Ils sont percés par la pluie des montagnes, Et ils embrassent les rochers comme unique refuge.

Mɛdídá nɔ ɖe tɔ́cyɔvǐ sín nɔ tɔn kɔn. É nɔ́ ɖɔ wamamɔnɔ na zé nǔ ɖó gbanu.
24.9 On arrache l'orphelin à la mamelle, On prend des gages sur le pauvre.

Wamamɔnɔ nɔ zɔn mɛ̌ jɔgbe, ɖó yě sɔ́ ɖó avɔ ɖěbǔ ǎ. Yě nɔ́ ɖo xovɛ́, nǔɖuɖu ká nɔ́ ɖo ta nú yě.
24.10 Ils vont tout nus, sans vêtement, Ils sont affamés, et ils portent les gerbes ;

Yě nɔ́ ɖa ami ɖo mɛdídá lɛ́ɛ sín xwé gbe; yě nɔ́ fyɔ́n vǐwun, bó ká nɔ sixú dó ɖɛ̌ ǎ.
24.11 Dans les enclos de l'impie ils font de l'huile, Ils foulent le pressoir, et ils ont soif ;

È nɔ se azɔn e wɛn wɛ mɛ e ɖo kúdonu lɛ́ɛ ɖe ɔ́, ɖo toxo ɔ́ mɛ. Mɛ e gblé wǔ lɛ́ɛ nɔ́ ɖo alě ná wɛ, Mawu ká ké ya nú nǔ baɖabaɖa nɛ́ lɛ́ɛ e ɖo jijɛ wɛ ɔ́ ǎ.
24.12 Dans les villes s'exhalent les soupirs des mourants, L'âme des blessés jette des cris... Et Dieu ne prend pas garde à ces infamies !

Mɛdídá lɛ́ɛ ɖo mɛ e ma yí wǎn nú wěziza ǎ lɛ́ɛ mɛ; yě nɔ́ gbɔn ali e jí wěziza ɖe lɛ́ɛ ǎ, yě gosín ali énɛ́ lɛ́ɛ jí.
24.13 D'autres sont ennemis de la lumière, Ils n'en connaissent pas les voies, Ils n'en pratiquent pas les sentiers.

14Wun ɖo kinkɛn wɛ ɔ́, mɛhutɔ́ nɔ́ fɔ́n, bó nɔ́ hu wamamɔnɔ, mɛ e ma ɖó mɛɖé ǎ é. Zǎn ká bɔ ɔ́, é nɔ́ húzú ajotɔ́.
24.14 L'assassin se lève au point du jour, Tue le pauvre et l'indigent, Et il dérobe pendant la nuit.

Mɛsibatɔ́ nɔ́ ɖo zǎn kúkú nɔ te kpɔ́n wɛ bó nɔ́ ɖɔ mɛɖé kún ná mɔ émí ó, lobo nɔ cyɔ́n nǔ nukún mɛ.
24.15 L'oeil de l'adultère épie le crépuscule ; Personne ne me verra, dit-il, Et il met un voile sur sa figure.

Zǎn mɛ ɔ́, ajotɔ́ lɛ́ɛ nɔ tɔ́n dǒ; kéze ɔ́, yě nɔ́ sú hɔn dó ta; yě nɔ́ ba wěziza xó ǎ.
24.16 La nuit ils forcent les maisons, Le jour ils se tiennent enfermés ; Ils ne connaissent pas la lumière.

Zǎn kú ɔ́ wɛ ayǐ yětɔn nɔ́ hɔ́n24.17 Fí énɛ́ ɔ́, è hɛn ɔ́, è nǎ lɛ́ ɖɔ gbɔn lě: Ayǐ hɔ́n, bɔ ablu ka dó dó yědɛɛ lɛ́ɛ jí.. Yě wɛ nyí mɛ e nɔ dó xɛsi mɛ ɖo zǐnflú gɔngɔn mɛ lɛ́ɛ.
24.17 Pour eux, le matin c'est l'ombre de la mort, Ils en éprouvent toutes les terreurs.

Étɛ́ ɖíe! Mɛdídá fúɖá ɖo tɔ nukún mɛ mɛ nya! È ko dó nu nɔtɛn tɔn ɖo ayǐkúngban ɔ́ jí. É ná mɔ ali e yi vǐwungbo tɔn mɛ ɔ́ ǎ.
24.18 Eh quoi ! l'impie est d'un poids léger sur la face des eaux, Il n'a sur la terre qu'une part maudite, Il ne prend jamais le chemin des vignes !

Lě e ayǐkúngban xúxú nɔ nu kɛ́njí gbɔn ɔ́, mɔ̌ wɛ kútomɛ nɔ mi hwɛhutɔ́ gbɔn.
24.19 Comme la sécheresse et la chaleur absorbent les eaux de la neige, Ainsi le séjour des morts engloutit ceux qui pèchent !

Étɛ́! Nyɔ̌nu e ji i ɔ́ ná wɔn ɛ; é ná húzú nǔɖuɖu ɖagbe nú wǎnvú; mɛɖé sɔ́ ná flín i vɔ́vɔ́ ǎ. È nǎ fɔ ɖɔ nú nǔ nyanya atín ɖɔhun.
24.20 Quoi ! le sein maternel l'oublie, Les vers en font leurs délices, On ne se souvient plus de lui ! L'impie est brisé comme un arbre,

Mɛdídá lɛ́ɛ dó ya nú nyɔ̌nu e má ɖó vǐ ǎ é, yě nyɔ́ xomɛ dó asúkúsi wú ǎ.
24.21 Lui qui dépouille la femme stérile et sans enfants, Lui qui ne répand aucun bienfait sur la veuve !...

Lo ɔ́, Mawu ɖó hlɔ̌nhlɔ́n e ná nya gǎnhúnǔtɔ́ lɛ́ɛ é; é sí te ɔ́, yě nɔ́ tunwun ɖɔ émí kún sɔ́ ná nɔ gbɛ ó.
24.22 Non ! Dieu par sa force prolonge les jours des violents, Et les voilà debout quand ils désespéraient de la vie ;

Mawu nɔ tín dó yě hwe ɖé lɛ́ɛ nu, bɔ yě nɔ́ vɛdó ɖɔ mɔ̌ wɛ sín; lo ɔ́, nukún tɔn ká nɔ ɖo nǔ e wa wɛ yě ɖe lɛ́ɛ bǐ wú.
24.23 Il leur donne de la sécurité et de la confiance, Il a les regards sur leurs voies.

Yě nɔ́ su zogbe, bɔ nukikɛ ɖokpó mɛ kpowun ɔ́, xó yětɔn ká nɔ́ fó. Yě nɔ́ j'ayǐ, yě nɔ́ kú gbɛtɔ́ bǐ ɖɔhun. È ya yě jinukún ɖɔhun.
24.24 Ils se sont élevés ; et en un instant ils ne sont plus, Ils tombent, ils meurent comme tous les hommes, Ils sont coupés comme la tête des épis.

Mɛ̌ wɛ ná ɖɔ nǔ kún nyí mɔ̌ ó? Mɛ̌ wɛ ná gbɛ́ xó e un ɖɔ é?
24.25 S'il n'en est pas ainsi, qui me démentira, Qui réduira mes paroles à néant ?