Retour aux chapitres

Retour à la page principale

La Bible en fongbe

Jɔ̌bu 17 - Job 17
Gbɔjɛ ce ɖo xwixwɛ wɛ, gbɛzán ce ɖo vivɔ wɛ; yɔdo ko ɖo te kpɔ́n mì.
17.1 Mon souffle se perd, Mes jours s'éteignent, Le sépulcre m'attend.

Slǎmɛ ɖɔ mɛ wú tɔ́ lɛ́ɛ wɛ lɛ́ lɛ̌ dó mì; ya e dó nú mì wɛ yě ɖe lɛ́ɛ nɔ́ ná adɔ̌vɛ́ mì.
17.2 Je suis environné de moqueurs, Et mon oeil doit contempler leurs insultes.

Mawu ce, a ɖo mɛ e ná nɔ te nú mì ɔ́ ba wɛ; hwi ɖésú ní nɔ te nú mì, ɖó mɛ ɖé sɔ́ ɖe bó ná ɖɔ xó dó nu ce zɛ hwɛ wú ǎ.
17.3 Sois auprès de toi-même ma caution ; Autrement, qui répondrait pour moi ?

Đó a yǐ nukúnnú-mɔjɛnǔmɛ e xɔ́ntɔn ce lɛ́ɛ ɖó ɔ́ sín yě sí, ma ná tɛn yě bónú yě ɖu ɖo jǐ ce ó.
17.4 Car tu as fermé leur coeur à l'intelligence ; Aussi ne les laisseras-tu pas triompher.

Yě cí mɛ e da xɔ́ntɔn tɔn lɛ́ɛ bó ná nǔɖuɖu, bó ɖó vǐ é ɖésúnɔ tɔn lɛ́ɛ xovɛ́ é ɖɔhun.
17.5 On invite ses amis au partage du butin, Et l'on a des enfants dont les yeux se consument.

Un húzú han, bó ɖo nu nú mɛ bǐ; un wá húzú mɛ e è nɔ tún atán dó nukún mɛ ná é.
17.6 Il m'a rendu la fable des peuples, Et ma personne est un objet de mépris.

Un ɖo vǐvɛ́ se wɛ káká bɔ nukún ce nɔ́ xo avivi; nyi ɖésúnɔ bǐ fo yɛ.
17.7 Mon oeil est obscurci par la douleur ; Tous mes membres sont comme une ombre.

Ayijlɔ́jlɔ́nɔ lɛ́ɛ sixú xo nǔ ɖo wǔ ǎ, ɖó nǔ e ɖo xíxá mì wɛ ɔ́ wútu; xomɛvɔ́nɔ lɛ́ɛ fɔ́n gǔ dó mɛdídá lɛ́ɛ jí.
17.8 Les hommes droits en sont stupéfaits, Et l'innocent se soulève contre l'impie.

Amɔ̌, nǔjlɔ́jlɔ́watɔ́ ɔ́, gbɛ na bo ɖo ɖě ɔ́, é nɔ́ ɖo gǎn dó wɛ; mɛ e ma ɖó alɔ ɖo nǔ blíblí mɛ ǎ é nɔ́ ɖo kan ván wɛ.
17.9 Le juste néanmoins demeure ferme dans sa voie, Celui qui a les mains pures se fortifie de plus en plus.

Xɔ́ntɔn ce lɛ́ɛ mi, mi bǐ ní lɛ́ kɔ wá, mi lɛ́ jɛ xó ɖɔ nú mi jí; un ká ɖo nǔnywɛ́tɔ́ titewungbe kwín ɖokpó ná mɔ wɛ ɖo mi mɛ ǎ.
17.10 Mais vous tous, revenez à vos mêmes discours, Et je ne trouverai pas un sage parmi vous.

Azǎn ce vɔ, tito ce lɛ́ɛ bǐ gblé, nǔ e jló mì lɛ́ɛ bǐ ci fo.
17.11 Quoi ! mes jours sont passés, mes projets sont anéantis, Les projets qui remplissaient mon coeur...

Mi nɔ ɖɔ zǎn ná jó tɛn nú kéze, lé wěziza kó sɛkpɔ́; ablu ɖíe ká kpo ɖo te e.
17.12 Et ils prétendent que la nuit c'est le jour, Que la lumière est proche quand les ténèbres sont là !

Nyɛ ɔ́, étɛ́ un ka sixú lɛ́ nɔ te kpɔ́n din? Kútomɛ wɛ ná nyí nɔtɛn ce, ablu mɛ wɛ zan ce ɖe ɖo kútomɛ.
17.13 C'est le séjour des morts que j'attends pour demeure, C'est dans les ténèbres que je dresserai ma couche ;

Un nɔ sú xó sɛ́ dó yɔdo ɔ́ ɖɔ: “Hwi wɛ nyí tɔ́ ce.” Un nɔ ɖɔ sɛ́ dó wěvú lɛ́ɛ ɖɔ: “Mi wɛ nyí nɔ ce; nɔví ce nyɔ̌nu lɛ́ɛ ɔ́, mi wɛ.”
17.14 Je crie à la fosse : Tu es mon père! Et aux vers: Vous êtes ma mère et ma soeur !

Fítɛ́ nukúnɖíɖó ká kpo ɖe nú mì? Mɛ̌ ká sixú mɔ nǔ e ɖó nukún wɛ un ɖe ɔ́?
17.15 Mon espérance, où donc est-elle ? Mon espérance, qui peut la voir?

Nukúnɖíɖó ce kpódó nyɛ kpó ná yi kútomɛ. È hɛn ɔ́, è nǎ lɛ́ ɖɔ xó énɛ́ gbɔn lě: Nukúnɖíɖó ce bǐ wɛ ɖo fí e kútomɛ nɔ́ sú hɔn dó mɛ ɖe é., mǐ mɛ we lɛ́ɛ bǐ ná yi gbɔjɛ́ ɖo kɔ́ glɔ́.
17.16 Elle descendra vers les portes du séjour des morts, Quand nous irons ensemble reposer dans la poussière.