Retour aux chapitres

Retour à la page principale

La Bible en fongbe

Jɔ̌bu 7 - Job 7
Mɛɖe wɛ gbɛtɔ́ ɖe ɖo ayǐkúngban jí fí; gbɛ gbɛtɔ́ tɔn cí jokóxotɔ́ sín gbɛ ɖɔhun.
7.1 Le sort de l'homme sur la terre est celui d'un soldat, Et ses jours sont ceux d'un mercenaire.

Gbɛ gbɛtɔ́ tɔn cí kannumɔ e ɖo hwesivɔ́ gbe bó ɖo yɛtɛn ba wɛ ɔ́ ɖɔhun; é cí azɔ̌watɔ́ e ɖo nukún ɖó azɔ̌kwɛ́ tɔn wɛ ɔ́ ɖɔhun,
7.2 Comme l'esclave soupire après l'ombre, Comme l'ouvrier attend son salaire,

mɔ̌ wɛ é ɖe nú nyi lɔ; sín sun mɔ̌kpán ɖíe ɔ́, gbɛ ce sɔ́ ɖó ta ɖé ǎ; zǎn e kú ɔ́ bǐ ɔ́, wǔvɛ́zán jɛ́n nɔ́ nyí nú nyɛ.
7.3 Ainsi j'ai pour partage des mois de douleur, J'ai pour mon lot des nuits de souffrance.

Nú un mlɔ́ ayǐ ɔ́, un nɔ ɖɔ dó ayi mɛ ɖɔ: “Hwetɛ́nu un ka ná sí te dó?” Ayǐ nɔ́ gbɛ́ hǐnhɔ́n, bɔ un nɔ ɖo blǐblí wɛ ɖo zan jí káká bɔ ayǐ nɔ́ wá hɔ́n.
7.4 Je me couche, et je dis : Quand me lèverai-je ? Quand finira la nuit ? Et je suis rassasié d'agitations jusqu'au point du jour.

Agbaza ce bǐ ji wě, agbaza ce flé zǎ gbɔn fí bǐ; wǔtu ce bǐ nyí akpa, bó vó.
7.5 Mon corps se couvre de vers et d'une croûte terreuse, Ma peau se crevasse et se dissout.

Gbɛzán ce ɖo wǐwá yi wɛ bléblé hǔntwé ɖɔhun: Vivɔ wɛ gbɛzán ce ko ɖe; nukúnɖíɖó sɔ́ ɖe ǎ.
7.6 Mes jours sont plus rapides que la navette du tisserand, Ils s'évanouissent : plus d'espérance !

Mawu ce! Flín ɖɔ gbɛ ce ɔ́, jɔhɔn kpowun wɛ. Un sɔ́ ná mɔ gbɛ víví gbeɖé ǎ.
7.7 Souviens-toi que ma vie est un souffle ! Mes yeux ne reverront pas le bonheur.

Hwi mɛ e ɖo nukún kpé dó wǔ ce wɛ ɔ́, a sɔ́ ná mɔ mì ɖě ǎ; a nǎ zé nukún dó ba mì, a ka sɔ́ ná mɔ mì ǎ.
7.8 L'oeil qui me regarde ne me regardera plus ; Ton oeil me cherchera, et je ne serai plus.

Lě e akpɔ́kpɔ́ nɔ́ yi bɔ è nɔ ba kpo ɔ́, mɔ̌ ɖokpó ɔ́, mɛ e yi kútomɛ ɔ́ sɔ́ nɔ́ lɛ́ wá gbɛ ǎ.
7.9 Comme la nuée se dissipe et s'en va, Celui qui descend au séjour des morts ne remontera pas ;

É sɔ́ ná lɛ́ wá xwé tɔn gbe gbeɖé ǎ; mɛɖé ka sɔ́ ná tunwun i ɖo fí e é nɔ ɖ'ayǐ ɔ́ ǎ.
7.10 Il ne reviendra plus dans sa maison, Et le lieu qu'il habitait ne le connaîtra plus.

Énɛ́ ɔ́ wú ɔ́, un sɔ́ ná ɖó nu abwɛ̌ ǎ; nǔ wɛ ɖo gbigbo mì wɛ ɖo ayi mɛ; un ɖó ná ɖɔ xó. Un ɖo wǔvɛ́ mɔ ɖo ayi mɛ wɛ dín; un ná ɖɔ vo e sa wɛ un ɖe ɔ́.
7.11 C'est pourquoi je ne retiendrai point ma bouche, Je parlerai dans l'angoisse de mon coeur, Je me plaindrai dans l'amertume de mon âme.

Étɛ́wú a ka ɖo cícɔ́ mì wɛ sɔ mɔ̌? Xu wɛ un nyí a, abǐ nǔdábaɖa xu mɛ tɔn lɛ́ɛ ɖě wɛ un nyí? Ɖo fí ɔ́, lě e è ɖǒ gbɛ ɔ́ gbɔn, bɔ è nɔ ɖɔ ɖo zǎnzǎnhwe jí é xó ɖɔ wɛ Jɔ̌bu ɖe. Hwenuxó énɛ́ lɛ́ɛ nɔ ɖɔ lě e Mawu ɖu ɖo xu jí, bó ɖu ɖo xumɛkanlin baɖabaɖa lɛ́ɛ jí, bó sɔ́ yě dó gan gbɔn é. Mɛ e jɔ hwenɛ́nu lɛ́ɛ nɔ mɔ xu dó mɔ fí e hlɔ̌nhlɔ́n nyanya lɛ́ɛ nɔ́ nɔ é.
7.12 Suis-je une mer, ou un monstre marin, Pour que tu établisses des gardes autour de moi ?

Nú un ɖɔ un ná mlɔ́ ayǐ, bó ná mɔ agbɔ̌n kpɛɖé, abǐ ayi ce ná j'ayǐ kpɛɖé ɔ́,
7.13 Quand je dis : Mon lit me soulagera, Ma couche calmera mes douleurs,

a nɔ dó xɛsi mì ɖo amlɔ mɛ; nǔ e a nɔ ɖe xlɛ́ mì ɔ́ nɔ́ dó adohu nú mì.
7.14 C'est alors que tu m'effraies par des songes, Que tu m'épouvantes par des visions.

Nú a gbɔ bo fyɔ́n gbekan ce káká nú un kú ɔ́, é nyɔ́ hú. Nú un gbɔ bo kú ɔ́, é nyɔ́ hú xúgloxú élɔ́ e un kpo ɔ́.
7.15 Ah ! je voudrais être étranglé ! Je voudrais la mort plutôt que ces os !

É kpé mì lo! Un sɔ́ ɖo nǎ kú wɛ gbeɖé ǎ wɛ a? Gbɛ ce ɔ́, jɔhɔn kpowun wɛ; jǒ mì dó nú ma mɔ agbɔ̌n.
7.16 Je les méprise !... je ne vivrai pas toujours... Laisse-moi, car ma vie n'est qu'un souffle.

Aniwú wɛ a ka nɔ dó ga nú gbɛtɔ́ sɔ mɔ̌? Aniwú wɛ a ka nɔ ɖó kan dó gbɛtɔ́ wú sɔ mɔ̌?
7.17 Qu'est-ce que l'homme, pour que tu en fasses tant de cas, Pour que tu daignes prendre garde à lui,

Étɛ́wú a ka nɔ wá ba do nú gbɛtɔ́ zǎnzǎn tɛgbɛ? A nǎ nɔ́ wá tɛ́n ɛ kpɔ́n hwebǐnu wú wɛ a?
7.18 Pour que tu le visites tous les matins, Pour que tu l'éprouves à tous les instants ?

Hwetɛ́nu wɛ a ka ná ɖe nukún sín wǔ ce? Hwetɛ́nu wɛ a ka ná jó mì dó bónú má mì atán dó kɔ?
7.19 Quand cesseras-tu d'avoir le regard sur moi ? Quand me laisseras-tu le temps d'avaler ma salive ?

Mɛcɔ́tɔ́! Ényí hwɛ ɖé wɛ un hu dó we hǔn, ɖɔ nú mì. Étɛ́ wɛ un wa nyi do nú we? Aniwú wɛ a ka ɖó kɛ́n jǐ ce sɔ mɔ̌? Agban wɛ un húzú bó ɖo kɔ jí nú we a?
7.20 Si j'ai péché, qu'ai-je pu te faire, gardien des hommes ? Pourquoi me mettre en butte à tes traits ? Pourquoi me rendre à charge à moi-même ?

A nǎ sɔ́ hwɛ ce kɛ mì ǎ cé? A nǎ wɔn nǔ e un wa nyi do lɛ́ɛ ǎ cé? Nyɛ ɖíe ɖo kúkú wɛ e; hwenu e a nǎ ba mì ɔ́, un sɔ́ ná ɖe ǎ.
7.21 Que ne pardonnes-tu mon péché, Et que n'oublies-tu mon iniquité ? Car je vais me coucher dans la poussière ; Tu me chercheras, et je ne serai plus.