Retour aux chapitres

Retour à la page principale

La Bible en fongbe

Ɛsitɛ́ɛ 8 - Esther 8
Gbe énɛ́ gbe ɖokpó ɔ́, axɔ́sú Zɛ̌ɛzɛsi sɔ́ Hamáa, kɛntɔ́ Jwifu lɛ́ɛ tɔn sín xwé ná axɔ́si Ɛsitɛ́ɛ. Ɛsitɛ́ɛ ɖɔ nú axɔ́sú ɔ́ ɖɔ Maadocée ɔ́, mɛ émítɔn wɛ, bɔ axɔ́sú ɔ́ ylɔ́ ɛ bɔ é wá.
8.1 En ce même jour, le roi Assuérus donna à la reine Esther la maison d'Haman, l'ennemi des Juifs ; et Mardochée parut devant le roi, car Esther avait fait connaître la parenté qui l'unissait à elle.

Ée é wá ɔ́, axɔ́sú ɔ́ ɖe alɔgan tɔn e é yí sín Hamáa sí ɔ́ sín alɔ, bo sɔ́ dó nú Maadocée. Ɛsitɛ́ɛ ka sɔ́ Maadocée ɖó Hamáa sín xwé nu.
8.2 Le roi ôta son anneau, qu'il avait repris à Haman, et le donna à Mardochée ; Esther, de son côté, établit Mardochée sur la maison d'Haman.

Énɛ́ ɔ́ gúdo ɔ́, Ɛsitɛ́ɛ jɛ kpo ɖo axɔ́sú ɔ́ sá mɛ kpó avǐ kpó, bó sa vo n'i ɖɔ é ní gbɛ́ tito baɖabaɖa e Hamáa e tɔ́n sín Agagi kún mɛ ɔ́ ɖó ayǐ bó ná dó sú Jwifu lɛ́ɛ sín kún dó é.
8.3 Puis Esther parla de nouveau en présence du roi. Elle se jeta à ses pieds, elle pleura, elle le supplia d'empêcher les effets de la méchanceté d'Haman, l'Agaguite, et la réussite de ses projets contre les Juifs.

Đěe é ɖɔ mɔ̌ ɔ́, axɔ́sú ɔ́ dlɛ́n sikákpogɛ tɔn dó e,
8.4 Le roi tendit le sceptre d'orà Esther, qui se releva et resta debout devant le roi.

bɔ Ɛsitɛ́ɛ sí te bo ɖɔ n'i ɖɔ: “Sɛ́mɛɖó, nú é jló mɛ ɔ́, nú è nyɔ́ xomɛ dó wǔ ce hǔn, nú è mɔ ɖɔ é sɔgbe nukún mɛtɔn mɛ hǔn, nú è yí wǎn nú mì hǔn, è nǐ wlǎn wěma ɖokpó bó dó gbɛ́ nǔ e Hamáa Hamumɛdata ví e tɔ́n sín Agagi kún mɛ ɔ́ wlán é; wěma e é wlán bó ɖɔ è nǐ sú Jwifu e gbɔn tokpɔn mɛtɔn mɛ lɛ́ɛ bǐ sín kún dó é.
8.5 Elle dit alors : Si le roi le trouve bon et si j'ai trouvé grâce devant lui, si la chose paraît convenable au roi et si je suis agréable à ses yeux, qu'on écrive pour révoquer les lettres conçues par Haman, fils d'Hammedatha, l'Agaguite, et écrites par lui dans le but de faire périr les Juifs qui sont dans toutes les provinces du roi.

Nú awě mɔ̌hunkɔtɔn xo togun ce ɔ́, nɛ̌ un ná sixú ɖó akɔ́n nu gbɔn? Nɛ̌ un ka sixú ɖo te bɔ è nǎ sú togun ce sín kún dó gbɔn?”
8.6 Car comment pourrais-je voir le malheur qui atteindrait mon peuple, et comment pourrais-je voir la destruction de marace ?

Énɛ́ ɔ́, axɔ́sú ɔ́ ɖɔ nú Ɛsitɛ́ɛ kpó Maadocée kpó ɖɔ: “Mi ɖótó. Un zɔ́n bɔ è dó kan kɔ nú Hamáa bo hu, ɖó é ɖo kúdán gblɔ́n nú Jwifu lɛ́ɛ wɛ, bó sɔ́ xwé tɔn dó alɔ mɛ nu we, Ɛsitɛ́ɛ.
8.7 Le roi Assuérus dit à la reine Esther et au Juif Mardochée : Voici, j'ai donné à Esther la maison d'Haman, et il a été pendu au bois pour avoirétendu la main contre les Juifs.

Amɔ̌, wěma e è wlǎn dó nyǐkɔ ce mɛ bó sɔ́ alɔgan ce sín wuntun tɛ jí ɔ́, un sɔ́ sixú húzú gbeɖé ǎ. É ká ɖo mɔ̌ có midɛɛ ɔ́, mi sixú wlán wěma ɖokpó lě e é jló mi gbɔn ɔ́ nú ɖagbe Jwifu lɛ́ɛ tɔn. Mi wlán wěma ɔ́ dó nyǐkɔ ce mɛ, bó sɔ́ alɔgan ce sín wuntun tɛ ji.”
8.8 Écrivez donc en faveur des Juifs comme il vous plaira, au nom du roi, et scellez avec l'anneau du roi ; car une lettre écrite au nom du roi et scellée avec l'anneau du roi ne peut être révoquée.

Gbe nɛ́ gbe e ɖo azǎn ko-nukún-atɔngɔ́ ɔ́ nyí wɛ ɖo sun atɔngɔ́ ɔ́ e è nɔ ylɔ́ ɖɔ Siwáni-sun ɔ́ mɛ ɔ́, è ylɔ̌ wěgbójínɔtɔ́ axɔ́sú ɔ́ tɔn lɛ́ɛ bɔ yě wlǎn wěma lě e Maadocée ɖɔ gbɔn nú yě é. É sɛ́ wěma ɔ́ dó Jwifu lɛ́ɛ, bó sɛ́ dó tokpɔngán lɛ́ɛ kpó gǎn hɔn-yitɔ́ lɛ́ɛ kpó gbɔn tokpɔn kantɔn tɛ́nwe (127) e ɖo axɔ́súɖuto ɔ́ mɛ lɛ́ɛ mɛ, bɛ́ sín Ɛndu káká yi Etiopíi. È wlǎn wěma lɛ́ɛ lě e tokpɔn ɖokpó ɖokpó nɔ́ wlán nǔ gbɔn é, bó wlán dó gbe e togun ɖokpó ɖokpó nɔ́ dó ɖo axɔ́súɖuto ɔ́ mɛ é mɛ, bó wlán dó gbe e Jwifu lɛ́ɛ nɔ́ dó é mɛ, bó wlán lě e yě nɔ́ wlán nǔ gbɔn é.
8.9 Les secrétaires du roi furent appelés en ce temps, le vingt-troisième jour du troisième mois, qui est le mois de Sivan, et l'on écrivit, suivant tout ce qui fut ordonné par Mardochée, aux Juifs, aux satrapes, aux gouverneurs et aux chefs des cent vingt-sept provinces situées de l'Inde à l'Éthiopie, à chaque province selon son écriture, à chaque peuple selon salangue, et aux Juifs selon leur écriture et selon leur langue.

È wlǎn wěma ɔ́ dó axɔ́sú Zɛ̌ɛzɛsi sín nyǐkɔ mɛ, bó sɔ́ alɔgan tɔn sín wuntun tɛ jí. È bɛ̌ wěma lɛ́ɛ nú sɔ́xátɔ́ lɛ́ɛ bɔ yě xá sɔ́ e yě bɛ̌ sín axɔ́sú ɔ́ sín sɔ́kpó mɛ lɛ́ɛ jí, bó yi má wěma lɛ́ɛ.
8.10 On écrivit au nom du roi Assuérus, et l'on scella avec l'anneau du roi. On envoya les lettres par des courriers ayant pour montures des chevaux et des mulets nés de juments.

È wlǎn dó wěma lɛ́ɛ mɛ ɖɔ: “Axɔ́sú ɔ́ ná gbe Jwifu e ɖo toxo ɖokpó ɖokpó mɛ ɖo axɔ́súɖuto ɔ́ mɛ lɛ́ɛ bǐ, ɖɔ yě ní kplé bó hwlɛ́n gbɛ yětɔn. É ná gbe yě ɖɔ mɛ e ná hɛn alǐnnyánú bó ná tɔ́n ahwan yě lɛ́ɛ ɔ́, yě ná bó nyí akɔta ɖěbǔ nu hǔn; è nǐ gbo gbe yě, è nǐ hu yě gbɔn tokpɔn e ko sixú ɖo axɔ́súɖuto ɔ́ mɛ lɛ́ɛ bǐ mɛ. Yě sixú hu asi yětɔn lɛ́ɛ kpódó vǐ yětɔn lɛ́ɛ kpó bó bɛ́ dɔkun yětɔn lɛ́ɛ bǐ lɔ.
8.11 Par ces lettres, le roi donnait aux Juifs, en quelque ville qu'ils fussent, la permission de se rassembler et de défendre leur vie, de détruire, de tuer et de faire périr, avec leurs petits enfants et leurs femmes, tous ceux de chaque peuple et de chaque province qui prendraient les armes pour les attaquer, et de livrer leurs biens au pillage,

Azǎn ɖokpó wɛ yě ná sɔ́ ɖó te tawun bó dó bló nǔ énɛ́ ɔ́ gbɔn tokpɔn axɔ́sú Zɛ̌ɛzɛsi tɔn lɛ́ɛ bǐ mɛ. Azǎn ɔ́ wɛ nyí azǎn wǒ-atɔngɔ́ ɔ́ ɖo sun wěwegɔ́ e è nɔ ylɔ́ ɖɔ Adáa ɔ́ mɛ é.
8.12 et cela en un seul jour, dans toutes les provinces du roi Assuérus, le treizième du douzième mois, qui est le mois d'Adar.

Gbeta e è ɖo nǎ jlá gbɔn tokpɔn ɖokpó ɖokpó mɛ ɔ́ wɛ ɖo wěma ɔ́ mɛ, bó ɖo ɖiɖɔ nú togun lɛ́ɛ bǐ wɛ ɖɔ Jwifu lɛ́ɛ ná ɖo gbesisɔ mɛ azǎn énɛ́ ɔ́ gbe bó ná fun ahwan xá kɛntɔ́ yětɔn lɛ́ɛ.”
8.13 Ces lettres renfermaient une copie de l'édit qui devait être publié dans chaque province, et informaient tous les peuples que les Juifs se tiendraient prêts pour ce jour-là à se venger de leurs ennemis.

Sɔ́xátɔ́ lɛ́ɛ yá wǔ hwlɛ́ndó lě e axɔ́sú ɔ́ ɖɔ gbɔn ɔ́ bó yi má wěma lɛ́ɛ, bɔ è jlǎ gbeta ɔ́ gbɔn Súzi tota ɔ́ bǐ mɛ.
8.14 Les courriers, montés sur des chevaux et des mulets, partirent aussitôt et en toute hâte, d'après l'ordre du roi. L'édit fut aussi publié dans Suse, la capitale.

Maadocée tɔ́n sín hɔn ɔ́ mɛ, bó dó axɔ́sú wu; awu ɔ́ ɖó hwɛkan fɛ́sinnɔ kpó wěwé kpó, bɔ axɔ́súgbákún e è sɔ́ siká dó bló ná ɔ́ ɖaxó ɖé ɖo ta tɔn. É dó awu ɖaxó ɖé, lɛ̌ɛnkanvɔ vɔvɔ cɛ́cɛ́ ɖé wɛ è dǒ tɔ awu ɔ́ ná. Ée mɛ e ɖo to ɔ́ mɛ lɛ́ɛ mɔ ɛ ɔ́, yě j'awǎ jɛ jí kpó xósúsú kpó.
8.15 Mardochée sortit de chez le roi, avec un vêtement royal bleu et blanc, une grande couronne d'or, et un manteau de byssus et de pourpre. La ville de Suse poussait des cris et se réjouissait.

Jwifu lɛ́ɛ ɔ́, nyɔ̌ná, xomɛhunhun kpó ɖuɖéjí kpó kɛ́ɖɛ́ mɛ yě ɖe.
8.16 Il n'y avait pour les Juifs que bonheur et joie, allégresse et gloire.

Fí ɖěbǔ e gbeta axɔ́sú ɔ́ tɔn gbɔn ɖo tokpɔn ɖěbǔ mɛ ɖo toxo ɖěbǔ mɛ é ɔ́, Jwifu lɛ́ɛ bǐ nɔ j'awǎ; yě nɔ́ ylɔ́ agɔ̌ bó nɔ́ ɖu xwe; mɛ gěgé ɖo togun ɖé lɛ́ɛ mɛ, bó húzú Jwifu ɖó yě ɖo xɛsi ɖi nú Jwifu lɛ́ɛ wɛ.
8.17 Dans chaque province et dans chaque ville, partout où arrivaient l'ordre du roi et son édit, il y eut parmi les Juifs de la joie et de l'allégresse, des festins et des fêtes. Et beaucoup de gens d'entre les peuples du pays se firent Juifs, car la crainte des Juifs les avait saisis.