Retour aux chapitres

Retour à la page principale

La Bible en fongbe

Ɛsitɛ́ɛ 3 - Esther 3
Ée nǔ énɛ́ lɛ́ɛ bǐ jɛ wá yi ɔ́, axɔ́sú Zɛ̌ɛzɛsi sɔ́ Hamáa gǎn. Hamáa ɔ́, Hamumɛdata ví wɛ, bó jɔ ɖo Agagi kún mɛ. Axɔ́sú ɔ́ sɔ́ ɛ gǎn hɔn-yitɔ́ xɔ́sú.
3.1 Après ces choses, le roi Assuérus fit monter au pouvoir Haman, fils d'Hammedatha, l'Agaguite ; il l'éleva en dignité et plaça son siège au-dessus de ceux de tous les chefs qui étaient auprès de lui.

Azɔ̌watɔ́ axɔ́sú ɔ́ tɔn lɛ́ɛ bǐ nɔ jɛ kpo nú Hamáa, bó nɔ́ ɖe kɔ́ n'i ɖó axɔ́sú ɔ́ wɛ ná gbe tɔn. Maadocée kɛ́ɖɛ́ jɛ́n má nɔ́ jɛ kpo bo nɔ ɖe kɔ́ n'i ǎ.
3.2 Tous les serviteurs du roi, qui se tenaient à la porte du roi, fléchissaient le genou et se prosternaient devant Haman, car tel était l'ordre du roi à son égard. Mais Mardochée ne fléchissait point le genou et ne se prosternait point.

Azɔ̌watɔ́ ɖě lɛ́ɛ kanbyɔ́ Maadocée ɖɔ: “Nɛ̌ ká gbɔn bɔ hwɛ ma nɔ bló nǔ e axɔ́sú ɔ́ ɖɔ ɔ́ ǎ?”
3.3 Et les serviteurs du roi, qui se tenaient à la porte du roi, dirent à Mardochée : Pourquoi transgresses-tu l'ordre du roi ?

Ée yě nɔ́ fɔ́n bó nɔ ɖo ɖiɖɔ n'i wɛ bɔ é ma se ǎ ɔ́, yě yi jɛ hwɛ tɔn nú Hamáa, bó ná kpɔ́n ɖɔ é ná lɛ́ kpo ɖo nǔ e é xwe ɔ́ bló wɛ a jí; ɖó é ɖɔ nú yě ɖɔ Jwifu wɛ émí nyí.
3.4 Comme ils le lui répétaient chaque jour et qu'il ne les écoutait pas, ils en firent rapport à Haman, pour voir si Mardochée persisterait dans sa résolution ; car il leur avait dit qu'il était Juif.

Hamáa mɔ ɖɔ Maadocée kún nɔ jɛ kpo bo nɔ ɖe kɔ́ nú émí nǔgbó ó, bɔ xomɛ sin i ɖésú.
3.5 Et Haman vit que Mardochée ne fléchissait point le genou et ne se prosternait point devant lui. Il fut rempli de fureur ;

Lo ɔ́, Hamáa mɔ ɖɔ nú émí dɔn tó nú Maadocée kɛ́ɖɛ́ ɔ́, é kún kpé ó, ɖó è ko ɖɔ n'i ɖɔ Jwifu wɛ Maadocée nyí, bɔ é ɖɔ émí ná sú to tɔn mɛ nu Jwifu e ɖo axɔ́súɖuto ɔ́ mɛ lɛ́ɛ bǐ sín kún dó.
3.6 mais il dédaigna de porter la main sur Mardochée seul, car on lui avait dit de quel peuple était Mardochée, et il voulut détruire le peuple de Mardochée,tous les Juifs qui se trouvaient dans tout le royaume d'Assuérus.

Hwenu e axɔ́sú Zɛ̌ɛzɛsi ɖo xwe wěwe bló wɛ ɖo axɔ́súzinkpo jí ɔ́, sun nukɔn nukɔntɔn e è nɔ ylɔ́ ɖɔ Nisáan ɔ́ mɛ ɔ́, Hamáa nyi akɔ dó sun ɖokpó ɖokpó, bó nyi dó azǎn ɖokpó ɖokpó, bó ná tunwun azǎn e ná nyɔ́ ɔ́ kpó sun e ná nyɔ́ nú tito tɔn lɛ́ɛ é kpó, bɔ akɔ wá jɛ sun wěwegɔ́ e nyí Adáa é jí.
3.7 Au premier mois, qui est le mois de Nisan, la douzième année du roi Assuérus, on jeta le pur, c'est-à-dire le sort, devant Haman, pour chaque jour et pour chaque mois, jusqu'au douzième mois, qui est le mois d'Adar.

Hamáa ɖɔ nú axɔ́sú Zɛ̌ɛzɛsi ɖɔ: “Sɛ́mɛɖó e, togun ɖé tíin bó ɖo axɔ́súɖuto mɛtɔn mɛ, bó gba kpé tokpɔn lɛ́ɛ bǐ mɛ. Togun énɛ́ ɔ́ gbɔn vo ɖo togun ɖě lɛ́ɛ bǐ mɛ, bɔ walɔ tɔn gbɔn vo nú togun ɖě lɛ́ɛ bǐ tɔn; mɛ e ɖo togun énɛ́ ɔ́ mɛ lɛ́ɛ nɔ nyi sɛ́n mɛtɔn lɛ́ɛ ǎ; è nǎ agbɔ̌n mɛ énɛ́ lɛ́ɛ ɔ́, é ná nyɔ́ nú mɛ ǎ.
3.8 Alors Haman dit au roi Assuérus : Il y a dans toutes les provinces de ton royaume un peuple dispersé et à part parmi les peuples, ayant des lois différentes de celles de tous les peuples et n'observant point les lois du roi. Il n'est pas dans l'intérêt du roi de le laisser en repos.

Nú è mɔ ɖɔ é nyɔ́ ɔ́, è nǎ ɖe gbeta ɖokpó tɔ́n ɖɔ è nǐ hu yě, bɔ è nǎ wlán gbeta énɛ́ ɔ́ dó wěma mɛ. Énɛ́ ɔ́, un ná zé kpatágan tɔ́nu afɔɖé kanwe ko (300) jó nú azɔ̌watɔ́ lɛ́ɛ, bɔ yě ná bɛ̌ dó akwɛ́gbá mɛtɔn mɛ.”
3.9 Si le roi le trouve bon, qu'on écrive l'ordre de les faire périr; et je pèserai dix mille talents d'argent entre les mains des fonctionnaires, pour qu'on les porte dans le trésor du roi.

Ée kɛntɔ́ Jwifu lɛ́ɛ tɔn Hamáa, Hamumɛdata ví e jɔ ɖo Agagi kún mɛ ɔ́ ɖɔ mɔ̌ ɔ́, axɔ́sú ɔ́ ɖe alɔgan sín alɔ, bó sɔ́ dó n'i,
3.10 Le roi ôta son anneau de la main, et le remit à Haman, fils d'Hammedatha, l'Agaguite, ennemi des Juifs.

lobo ɖɔ n'i ɖɔ: “Sɔ́ akwɛ́ towe ɖ'ayǐ; un jó togun énɛ́ ɔ́ nú we; zě e dó wa nǔ e jló we ɔ́ ná.”
3.11 Et le roi dit à Haman : L'argent t'est donné, et ce peuple aussi ; fais-en ce que tu voudras.

Azǎn wǒ-atɔngɔ́ e ɖo sun nukɔntɔn ɔ́ mɛ ɔ́, è ylɔ̌ wěgbóhɛntɔ́ axɔ́sú ɔ́ tɔn lɛ́ɛ; yě wlán wěma lɛ́ɛ lě e Hamáa ɖɔ gbɔn nú yě é, bó sɛ́ dó mɛ e sɔ́ axɔ́sú ɔ́ sín afɔ ɖó te lɛ́ɛ kpó tokpɔngán lɛ́ɛ kpó, kpódó togun tɛnmɛ tɛnmɛ lɛ́ɛ sín gǎn lɛ́ɛ kpán. È wlǎn wěma lɛ́ɛ lě e tokpɔn ɖokpó ɖokpó nɔ wlán nǔ gbɔn é, bó wlán dó gbe e togun ɖokpó ɖokpó nɔ dó ɖo axɔ́súɖuto ɔ́ mɛ é mɛ. Axɔ́sú Zɛ̌ɛzɛsi sín nyǐkɔ mɛ wɛ è wlǎn wěma lɛ́ɛ dó, bó zé alɔgan tɔn dó ɖó wuntun ná.
3.12 Les secrétaires du roi furent appelés le treizième jour du premier mois, et l'on écrivit, suivant tout ce qui fut ordonné par Haman, aux satrapes du roi, aux gouverneurs de chaque province et aux chefs de chaque peuple, à chaque province selon son écriture et à chaque peuple selon sa langue. Ce fut au nom du roi Assuérus que l'on écrivit, et on scella avec l'anneau du roi.

È bɛ̌ wěma lɛ́ɛ nú wɛnsagun lɛ́ɛ ɖɔ yě nǐ yi má gbɔn togun e ɖo axɔ́sú ɔ́ sín acɛ mɛ lɛ́ɛ bǐ mɛ. È wlǎn dó wěma ɔ́ mɛ ɖɔ è nǐ gbo gbe Jwifu lɛ́ɛ bǐ, è nǐ hu yě bǐ; mɛ wínnyáwínnyá lɛ́ɛ kpódó mɛ kpikpo lɛ́ɛ kpó; nyɔ̌nu lɛ́ɛ kpó yɔkpɔ́vú lɛ́ɛ kpó. Yě nǐ hu yě, bó bɛ́ nǔ yětɔn lɛ́ɛ bǐ; è ma kú nǔbláwǔ nú yě ó. Azǎn ɖokpó wɛ è nǎ sɔ́ ɖó te tawun, bó dó hu yě ná. Azǎn énɛ́ ɔ́ wɛ nyí azǎn wǒ-atɔngɔ́ e ɖo sun wěwegɔ́ ɔ́ mɛ é; sun wěwegɔ́ ɔ́ wɛ è nɔ ylɔ́ ɖɔ Adáa.
3.13 Les lettres furent envoyées par les courriers dans toutes les provinces du roi, pour qu'on détruisît, qu'on tuât et qu'on fît périr tous les Juifs, jeunes et vieux, petits enfants et femmes, en un seul jour, le treizième du douzième mois, qui est le mois d'Adar, et pour que leurs biens fussent livrés au pillage.

Gbeta énɛ́ e axɔ́sú ɔ́ ɖe tɔ́n dó wěma mɛ ɔ́, è ɖǒ ná jlǎ gbɔn tokpɔn ɖokpó ɖokpó mɛ, bó byɔ́ togun lɛ́ɛ bǐ, ɖɔ yě nǐ ɖo gbesisɔ mɛ nú azǎn énɛ́ ɔ́.
3.14 Ces lettres renfermaient une copie de l'édit qui devait être publié dans chaque province, et invitaient tous les peuples à se tenir prêts pour ce jour-là.

Wɛnsagun lɛ́ɛ hwlɛ́ndó bó yi lě e axɔ́sú ɔ́ ɖɔ gbɔn é. È jlǎ gbeta ɔ́ gbɔn Súzi tota ɔ́ mɛ. Hwenɛ́nu ɔ́, axɔ́sú ɔ́ kpó Hamáa kpó ɖo ayǐjínjɔ́n bó ɖo ahan nu wɛ; Súzi to ɔ́ bǐ ká wlú.
3.15 Les courriers partirent en toute hâte, d'après l'ordre du roi. L'édit fut aussi publié dans Suse, la capitale ; et tandis que le roi et Haman étaient à boire, la ville de Suse était dans la consternation.