Retour aux chapitres

Retour à la page principale

La Bible en fongbe

Nɛɛmíi 6 - Néhémie 6
Sanbaláti kpódó Toviya kpó, kpódó Gɛcɛ́mu Alabíinu ɔ́ kpó, kpódó kɛntɔ́ mǐtɔn ɖěvo lɛ́ɛ kpó se ɖɔ nyi bló dǒ ɔ́ ɖó kpé, bɔ é sɔ́ kpo fí e dǒ ɔ́ mu ɖe ɔ́ ɖě bɔ è gɔn blǒbló ɖó ǎ, un ka ko dó hɔn lɛ́ɛ ǎ.
6.1 Je n'avais pas encore posé les battants des portes, lorsque Sanballat, Tobija, Guéschem, l'Arabe, et nos autres ennemis apprirent que j'avais rebâti la muraille et qu'il n'y restait plus de brèche.

Sanbaláti kpó Gɛcɛ́mu kpó ka sɛ́ wɛn dó mì ɖɔ nyi ní wá kpé émí ɖo Kefilímu, ɖo Onɔ sín tɔdo ɔ́ mɛ. Yě tunwun ɖɔ émí ná wa nǔ xá mì.
6.2 Alors Sanballat et Guéschem m'envoyèrent dire: Viens, et ayons ensemble une entrevue dans les villages de la vallée d'Ono. Ils avaient médité de me faire du mal.

Xó e nyɛ ka ɖɔ sɛ́ dó yě ɔ́ ɖíe: “Azɔ̌ e kpo ɖo así ce bɔ un ná wa é sukpɔ́ ɖésú; un sixú wá mi gɔ́n din ǎ. Ényí un jó azɔ̌ dó din bo wá mɔ mi ɖo dɔ̌n ɔ́, azɔ̌ ɔ́ ná nɔ te.”
6.3 Je leur envoyai des messagers avec cette réponse : J'ai un grand ouvrage à exécuter, et je ne puis descendre ; le travail serait interrompu pendant que je quitterais pour aller vers vous.

Azɔn ɛnɛ wɛ yě dǒ wɛn ɖokpó ɔ́ sɛ́ dó mì, bɔ nyi lɔ ka nɔ ɖɔ xó ɖokpó ɔ́ sɛ́ dó yě.
6.4 Ils m'adressèrent quatre fois la même demande, et je leur fis la même réponse.

Azɔn atɔ́ɔ́ngɔ́ ɔ́, Sanbaláti sɛ́ wěma ɖokpó dó mì gbɔn azɔ̌gbɛ́ tɔn ɖokpó jí; é ka sú wěma ɔ́ ǎ.
6.5 Sanballat m'envoya ce message une cinquième fois par son serviteur, qui tenait à la main une lettre ouverte.

Wěma ɔ́ ɖo ɖiɖɔ wɛ ɖɔ: “È ɖo sise wɛ ɖɔ hwi kpódó mɛ towe lɛ́ɛ kpó ɖo linlin ná fɔ́n gǔ wɛ. Gɛcɛ́mu ko ɖɔ xó énɛ́ ɔ́ nú mì; xó ɔ́ ká ko gba kpé mɛ e ma nyí Jwifu ǎ lɛ́ɛ bǐ mɛ. Énɛ́ ɔ́ wú wɛ a ɖo Jeluzalɛ́mu dó ɔ́ bló ɖó wɛ. È ɖɔ hwi jló ná nyí axɔ́sú enyǐi,
6.6 Il y était écrit : Le bruit se répand parmi les nations et Gaschmu affirme que toi et les Juifs vous pensez à vous révolter, et que c'est dans ce but que tu rebâtis la muraille. Tu vas, dit-on, devenir leur roi,

káká bɔ a ko ɖe gbeyíɖɔ ɖé lɛ́ɛ, bɔ yě ná jlá gbɔn Jeluzalɛ́mu ɖɔ hwi wɛ nyí Judáa xɔ́sú ɔ́. Dadá ɔ́ ná se xó énɛ́ ɔ́ din. Ényí a ma jló nú é ná se xó énɛ́ ɔ́ ǎ hǔn, wǎ nú mǐ ná ɖɔ xó dó xó ɔ́ wú.”
6.7 tu as même établi des prophètes pour te proclamer à Jérusalem roi de Juda. Et maintenant ces choses arriveront à la connaissance du roi. Viens donc, et consultons-nous ensemble.

Un ka ɖɔ sɛ́ dó e ɖɔ: “Nǔ e ba ɖɔ wɛ a ɖe nɛ́ lɛ́ɛ ɔ́, xó nǔgbó ɖokpó ɖ'é mɛ ǎ; xó ɖé wɛ a kpa ɖɔ kpowun.”
6.8 Je fis répondre à Sanballat : Ce que tu dis là n'est pas ; c'est toi qui l'inventes !

Nǔ e wú yě ɖo mɔ̌ ɖɔ wɛ é ɖíe: Yě tunwun ɖɔ émí ná tɛ́nkpɔ́n bó dó xɛsi mǐ, bónú awakanmɛ ko kú mǐ ɔ́, mǐ na jó azɔ̌ ɔ́ dó. Mawu ce, din ɔ́, dǒ wǔsyɛ́n lanmɛ nú mì.
6.9 Tous ces gens voulaient nous effrayer, et ils se disaient : Ils perdront courage, et l'oeuvre ne se fera pas. Maintenant, ô Dieu, fortifie-moi !

Un wá yi Cemaya Deláya ví Mɛxetaveyɛ́li vívú ɔ́ gɔ́n gbe ɖokpó, ɖó é kpé wú bo wá gɔ̌n ce ǎ. Ée un yi mɔ ɛ ɔ́, é ɖɔ nú mì ɖɔ: “Wǎ mǐ yi Mawu xwé gbe, bó yi adɔ̌gba ɔ́ mɛ, bó ná sú hɔn lɛ́ɛ bǐ dó ta, ɖó kɛntɔ́ towe lɛ́ɛ ná tɔ́n gbě towe zǎn mɛ, bó ná wá hu we.”
6.10 Je me rendis chez Schemaeja, fils de Delaja, fils de Mehétabeel. Il s'était enfermé, et il dit : Allons ensemble dans la maison de Dieu, au milieu du temple, et fermons les portes du temple ; car ils viennent pour te tuer, et c'est pendant la nuit qu'ils viendront pour te tuer.

Un ka yí gbe n'i ɖɔ: un nyí mɛ ná hɔn ɖo kɛntɔ́ nukɔn ɖé ǎ. Đésú ɔ́, hwɛhutɔ́ nyɛ ɖɔhun ná byɔ́ tɛn mímɛ́ bǐ ɔ́ mɛ bó nɔ gbɛ a? Gbeɖé un ná yi dɔ̌n ǎ.
6.11 Je répondis : Un homme comme moi prendre la fuite ! Et quel homme tel que moi pourrait entrer dans le temple et vivre ? Je n'entrerai point.

Un tunwun ganjí ɖɔ é kún nyí wɛn wɛ é yí sín Mawu gɔ́n, bó ɖo dǐdó mì wɛ ó. Lo ɔ́, Toviya kpó Sanbaláti kpó wɛ dó ajɔ ɛ, bɔ é ɖo xó énɛ́ ɔ́ ɖɔ wɛ,
6.12 Et je reconnus que ce n'était pas Dieu qui l'envoyait. Mais il prophétisa ainsi surmoi parce que Sanballat et Tobija lui avaient donné de l'argent.

bónú ma ɖi xɛsi bo ná bló nǔ e ɖɔ wɛ é ɖe ɔ́, bó ná jɛ hwɛ mɛ bɔ yě ná dó hɛ̌n mì, bó ná hɛn nyǐkɔ ce blí.
6.13 En le gagnant ainsi, ils espéraient que j'aurais peur, et que je suivrais ses avis et commettrais un péché ; et ils auraient profité de cette atteinte à ma réputation pourme couvrir d'opprobre.

Mawu ce, flín nǔ e Toviya kpó Sanbaláti kpó bló é, bó flín nǔ e gbeyíɖɔ nyɔ̌nu Nɔadiya kpó gbeyíɖɔ ɖěɖě e jló ná dó xɛsi mì lɛ́ɛ kpó bló é.
6.14 Souviens-toi, ô mon Dieu, de Tobija et de Sanballat, et de leurs oeuvres ! Souviens-toi aussi de Noadia, la prophétesse, et des autres prophètes qui cherchaient à m'effrayer !

È blǒ dǒ ɔ́ ɖó fó ɖo Elúlisun ɔ́ sín azǎn koatɔ́ngɔ́ (25) ɔ́ gbe. Azǎn kanɖé wěwe (52) wɛ è sɔ́ ɖó te bó dó bló ná.
6.15 La muraille fut achevée le vingt-cinquième jour du mois d'Élul, en cinquante-deux jours.

Ée kɛntɔ́ mǐtɔn e ɖo to e lɛ́ lɛ̌ dó mǐ lɛ́ɛ mɛ lɛ́ɛ se mɔ̌ ɔ́, xɛsi jɛ yě jí, bɔ winnyá hu yě káká. Yě bǐ wá mɔ ɖɔ azɔ̌ énɛ́ ɔ́, Mawu mǐtɔn sín jlǒ mɛ wɛ é nyí wiwa dó.
6.16 Lorsque tous nos ennemis l'apprirent, toutes les nations qui étaient autour de nous furent dans la crainte ; elles éprouvèrent une grande humiliation, et reconnurent que l'oeuvre s'était accomplie par la volonté de notre Dieu.

Hwe énɛ́ ɔ́ nu ɔ́, tonukún Judáa tɔn lɛ́ɛ kpó Toviya kpó nɔ sɛ́ wěma dó yěɖée káká.
6.17 Dans ce temps-là, il y avait aussi des grands de Juda qui adressaient fréquemment des lettres à Tobija et qui en recevaient de lui.

Jwifu gěgé kpó e kpó nɔ́ blá gbě, ɖó Jwifu ɖé sín vǐsú wɛ é nyí; Jwifu ɔ́ nɔ́ nyí Cekaniya; Aláxi ví wɛ, bɔ éyɛ́ ɖésú ɔ́, vǐ tɔn súnnu Yexoxanáni da Mɛculamu Bɛlɛkya ví ɔ́.
6.18 Car plusieurs en Juda étaient liés à lui par serment, parce qu'il était gendre de Schecania, fils d'Arach, et que son fils Jochanan avait pris la fille de Meschullam, fils de Bérékia.

È nɔ wá ɖɔ lě e é kpé nǔ wú sɔ é ɖo nukɔn ce, bó nɔ sɔ́ xó ce lɛ́ɛ yi ɖɔ n'i. Mɔ̌ ɖokpó ɔ́, Toviya ɖésúnɔ sɛ́ wěma dó mì, bó ná dó dó xɛsi nú mì.
6.19 Ils disaient même du bien de lui en ma présence, et ils lui rapportaient mes paroles. Tobija envoyait des lettres pour m'effrayer.