Retour aux chapitres

Retour à la page principale

La Bible en fongbe

2 Axɔ́sú 4 - 2 Rois 4
Gbeyíɖɔ e nɔ gbeyíɖɔ Mawu tɔn lɛ́ɛ gbɛ́ta ɔ́ mɛ lɛ́ɛ ɖokpó sín asúkúsi wá mɔ Elizée gbe ɖokpó, bó sa vo n'i ɖɔ ní wá hwlɛ́n émí. É ɖɔ n'i ɖɔ: “Gǎn, asú ce kú. A ka tunwun ɖɔ é nɔ ɖó sísí nú Mawu Mavɔmavɔ. Axɔ́tɔ́nɔ ka wá din bo jló ná kplá vǐ ce we lɛ́ɛ, bó ná sɔ́ yě dó ɖó kannumɔ ná.”
4.1 Une femme d'entre les femmes des fils des prophètes cria à Élisée, en disant: Ton serviteur mon mari est mort, et tu sais que ton serviteur craignait l'Éternel; or le créancier est venu pour prendre mes deux enfants et en faire ses esclaves.

Elizée kanbyɔ́ ɛ ɖɔ: “Étɛ́ un ká sixú bló nú we? Đɔ nǔ e a ɖǒ ɖo xwé gbe ɔ́ nú mì.” É yí gbe n'i ɖɔ: “Un sɔ́ ɖó nǔɖé ɖo xwé gbe zɛ ami kpɛ e un ná sa bɔ é ná vɔ é wú ǎ.”
4.2 Élisée lui dit: Que puis-je faire pour toi? Dis-moi, qu'as-tu à la maison? Elle répondit: Ta servante n'a rien du tout à la maison qu'un vase d'huile.

Ée é ɖɔ mɔ̌ ɔ́, Elizée ɖɔ n'i ɖɔ: “Yi ba zɛ̌n hwé ɖo mɛ e ɖo xwé towe kpá lɛ́ɛ sí. Hwě zɛ̌n nabí e wú a kpé é.
4.3 Et il dit: Va demander au dehors des vases chez tous tes voisins, des vases vides, et n'en demande pas un petit nombre.

Ényí a yi xwé gbe ɔ́, a nǎ kplá vǐ towe lɛ́ɛ, bɔ mi ná dɔn hɔn sú dó ta. Énɛ́ ɔ́, a nǎ kɔn ami e kpo ɖo así towe ɔ́ dó zɛ̌n lɛ́ɛ bǐ mɛ, bɔ ɖě gɔ́ ɔ́, a nǎ nɔ sɔ́ ɖó kɛ́n ɖokpó.”
4.4 Quand tu seras rentrée, tu fermeras la porte sur toi et sur tes enfants; tu verseras dans tous ces vases, et tu mettras de côté ceux qui seront pleins.

Nyɔ̌nu ɔ́ yi hwé zɛ̌n lɛ́ɛ bó wá xwé gbe, bɔ é kpó vǐ tɔn lɛ́ɛ kpó sú hɔn dó ta. Vǐ tɔn lɛ́ɛ jɛ zɛ̌n lɛ́ɛ fɔ n'i jí, bɔ é jɛ ami ɔ́ kɔn d'é mɛ jí.
4.5 Alors elle le quitta. Elle ferma la porte sur elle et sur ses enfants; ils lui présentaient les vases, et elle versait.

Zɛ̌n lɛ́ɛ bǐ kó gɔ́, é ka tunwun ǎ, bó ɖɔ nú vǐ tɔn lɛ́ɛ ɖokpó ɖɔ ní lɛ́ sɔ́ zɛ̌n ɖěvo nú émí, bɔ vǐ ɔ́ yí gbe n'i ɖɔ zɛ̌n ɖě kún sɔ́ kpo ó. Ée vǐ ɔ́ ɖɔ mɔ̌ ɔ́, ami ɔ́ gbo.
4.6 Lorsque les vases furent pleins, elle dit à son fils: Présente-moi encore un vase. Mais il lui répondit: Il n'y a plus de vase. Et l'huile s'arrêta.

Nyɔ̌nu ɔ́ yi ɖó gbe nú ɖɛ̌mɛnu Mawu tɔn ɔ́, bɔ é ɖɔ n'i ɖɔ: “Yi sa ami ɔ́, bó sú axɔ́ e a ɖu ɔ́, bó sɔ́ akwɛ́ e kpo ɔ́, bónú hwi kpó vǐ towe lɛ́ɛ kpó ná zán, bó ná nɔ gbɛ.” Elizée yi gletoxo Cunɛ́mu tɔn mɛ
4.7 Elle alla le rapporter à l'homme de Dieu, et il dit: Va vendre l'huile, et paie ta dette; et tu vivras, toi et tes fils, de ce qui restera.

Gbe ɖokpó tíin, bɔ Elizée ɖo Cunɛ́mu gbɔn dín wɛ, bó mɔ nyɔ̌nu nukúnɖéjí ɖokpó. Nyɔ̌nu ɔ́ ɖɔ n'i ɖɔ ní wá ɖu nǔ ɖo xwé émítɔn gbe dandan. Énɛ́ ɔ́ wú ɔ́, sín gbe nɛ́ gbe ɔ́, é wá toxo ɔ́ mɛ hweɖěbǔnu ɔ́, é nɔ yi nyɔ̌nu ɔ́ xwé, bó nɔ yi ɖu nǔ.
4.8 Un jour Élisée passait par Sunem. Il y avait là une femme de distinction, qui le pressa d'accepter à manger. Et toutes les fois qu'il passait, il se rendait chez elle pour manger.

É wá su gbe ɖokpó, bɔ nyɔ̌nu ɔ́ ɖɔ nú asú tɔn ɖɔ: “Un tunwun ɖɔ nya e nɔ wá xwé mǐtɔn gbe hwɛhwɛ ɔ́, ɖɛ̌mɛnu Mawu tɔn wɛ é nyí nǔgbó.
4.9 Elle dit à son mari: Voici, je sais que cet homme qui passe toujours chez nous est un saint homme de Dieu.

Mǐ ní gbá xɔ kpɛví ɖokpó ɖó xɔ mǐtɔn ta n'i. Mǐ ná sɔ́ zan ɖokpó, távo ɖokpó, zinkpo ɖokpó, kpódó zogbɛ́n ɖokpó kpó dó xɔ ɔ́ mɛ n'i. Énɛ́ ɔ́, é wá mǐ gɔ́n ɔ́, é ná nɔ́ nɔ fínɛ́.”
4.10 Faisons une petite chambre haute avec des murs, et mettons-y pour lui un lit, une table, un siège et un chandelier, afin qu'il s'y retire quand il viendra chez nous.

Elizée lɛ́ wá Cunɛ́mu gbe ɖokpó, bó yi mlɔ́ xɔ e è blǒ n'i ɔ́ mɛ.
4.11 Élisée, étant revenu à Sunem, se retira dans la chambre haute et y coucha.

É ɖɔ nú mɛsɛntɔ́ tɔn Gehazíi ɖɔ: “Yi ylɔ́ nyɔ̌nu Cunɛ́munu énɛ́ ɔ́ wá nú mì.” Bɔ Gehazíi yi ylɔ́ nyɔ̌nu ɔ́ wá, bɔ nyɔ̌nu ɔ́ wá nɔ te ɖo nukɔn tɔn.
4.12 Il dit à Guéhazi, son serviteur: Appelle cette Sunamite. Guéhazi l'appela, et elle se présenta devant lui.

Elizée ɖɔ nú Gehazíi ɖɔ é ní ɖɔ nú nyɔ̌nu ɔ́ ɖɔ: “Hwi ɖíe jɛ tagba dó mǐ tamɛ káká e! Étɛ́ wɛ un ká sixú wa nú we? A jlǒ nú má yi ɖɔ xó towe nú axɔ́sú ɔ́ abǐ ahwangán ɔ́ a?” É yí gbe ɖɔ: “Éeǒ, mi ma jɛ tagba ó, mɛ ce lɛ́ɛ mɛ wɛ un ɖe, un jɛ nǔɖé do ǎ.”
4.13 Et Élisée dit à Guéhazi: Dis-lui: Voici, tu nous as montré tout cet empressement; que peut-on faire pour toi? Faut-il parler pour toi au roi ou au chef de l'armée? Elle répondit: J'habite au milieu de mon peuple.

Bɔ Elizée ɖɔ nú Gehazíi ɖɔ: “Étɛ́ mǐ ká ná wa n'i din?” Gehazíi yí gbe n'i ɖɔ: “Á! Un ko tunwun nǔ e mǐ nǎ wa n'i é. É ɖó vǐ ǎ, asú tɔn ká kó kpo.”
4.14 Et il dit: Que faire pour elle? Guéhazi répondit: Mais, elle n'a point de fils, et son mari est vieux.

Énɛ́ ɔ́, Elizée ɖɔ: “Bo lɛ́ yi ylɔ́ ɛ wá.” Bɔ Gehazíi yi ylɔ́ ɛ wá, bɔ nyɔ̌nu ɔ́ wá nɔ te hɔnli ɔ́ nu.
4.15 Et il dit: Appelle-la. Guéhazi l'appela, et elle se présenta à la porte.

Énɛ́ ɔ́, Elizée ɖɔ n'i ɖɔ: “Xwe ɖě ɔ́ mɛ lěhwenu ɔ́, a nǎ ji vǐ súnnu ɖokpó.” Bɔ nyɔ̌nu ɔ́ ɖɔ n'i ɖɔ: “Nǔ sixú nyí mɔ̌ ǎ! Gbeyíɖɔ Mawu tɔn wɛ nú we, ma blɛ́ nyɛ mɛsɛntɔ́ towe ɔ́ ó.”
4.16 Élisée lui dit: A cette même époque, l'année prochaine, tu embrasseras un fils. Et elle dit: Non! mon seigneur, homme de Dieu, ne trompe pas ta servante!

Nyɔ̌nu ɔ́ ká mɔ xo nǔgbó, bó ji vǐ súnnu ɖokpó ɖo hwenu e Elizée ɖó n'i é. Elizée fɔ́n nyɔ̌nu e nɔ́ yí jǒnɔ tɔn é sín vǐ
4.17 Cette femme devint enceinte, et elle enfanta un fils à la même époque, l'année suivante, comme Élisée lui avait dit.

Vǐ e nyɔ̌nu Cunɛ́munu ɔ́ ji ɔ́ ɖo susu wɛ. É ká wá su gbe ɖokpó, bɔ é yi tɔ́ tɔn gɔ́n ɖo gle mɛ fí e tɔ́ tɔn kpó azɔ̌watɔ́ lɛ́ɛ kpó ɖo nǔkún ya ɖe wɛ é.
4.18 L'enfant grandit. Et un jour qu'il était allé trouver son père vers les moissonneurs,

Ée yě ɖo fínɛ́ ɔ́, é sú xó, bó jɛ ɖiɖɔ nú tɔ́ tɔn jí ɖɔ: “Ta ce! Ta ce!” Bɔ tɔ́ tɔn ɖɔ nú mɛsɛntɔ́ tɔn ɖokpó ɖɔ: “Sɔ́ ɛ yi jó nú nɔ tɔn.”
4.19 il dit à son père: Ma tête! ma tête! Le père dit à son serviteur: Porte-le à sa mère.

Mɛsɛntɔ́ ɔ́ sɔ́ ɛ yi jó nú nɔ tɔn, bɔ vǐ ɔ́ nɔ nɔ tɔn sín akɔn káká jɛ hwemɛ bo kú.
4.20 Le serviteur l'emporta et l'amena à sa mère. Et l'enfant resta sur les genoux de sa mère jusqu'à midi, puis il mourut.

Ée vǐ ɔ́ kú é ɔ́, nɔ ɔ́ sɔ́ ɛ yi mlɔ́ Elizée sín zan jí, bó sú hɔn ɔ́, bó yi gle ɔ́ mɛ,
4.21 Elle monta, le coucha sur le lit de l'homme de Dieu, ferma la porte sur lui, et sortit.

bó sú xó ylɔ́ asú tɔn, bó ɖɔ n'i ɖɔ: “Kɛnklɛ́n sɛ́ mɛsɛntɔ́ ɖokpó kpó tócí asi ɖokpó kpó dó mì, bónú má yá wǔ yi gbeyíɖɔ Mawu tɔn ɔ́ gɔ́n bó wá.”
4.22 Elle appela son mari, et dit: Envoie-moi, je te prie, un des serviteurs et une des ânesses; je veux aller en hâte vers l'homme de Dieu, et je reviendrai.

Bɔ asú tɔn ɖɔ n'i ɖɔ: “Étɛ́wú a jlǒ ná yi gɔ̌n tɔn égbé? Sun ma wá jǐ nɛ́, égbé ma ká nyí gbɔjɛzán gbe nɛ́!” Nyɔ̌nu ɔ́ yí gbe n'i ɖɔ: “Nǔɖé jɛ ǎ.”
4.23 Et il dit: Pourquoi veux-tu aller aujourd'hui vers lui? Ce n'est ni nouvelle lune ni sabbat. Elle répondit: Tout va bien.

Énɛ́ ɔ́, nyɔ̌nu ɔ́ ɖɔ bɔ è blǎ akpa nú tócí ɔ́, bɔ é jínjɔ́n jí, bó ɖɔ nú mɛsɛntɔ́ tɔn ɖɔ: “Kplá tócí ɔ́ nú mǐ ná yi. Ényí un ma ná gbe tɔn we ǎ hǔn, ma nɔ te alixo ó.”
4.24 Puis elle fit seller l'ânesse, et dit à son serviteur: Mène et pars; ne m'arrête pas en route sans que je te le dise.

Énɛ́ ɔ́, é ɖidó gbeyíɖɔ Mawu tɔn ɔ́ gɔ́n ɖo Kaamɛ́li só jí. Hwenu e gbeyíɖɔ ɔ́ mɔ ɛ sɛ́ dó jǎwe ɔ́, é ɖɔ nú mɛsɛntɔ́ tɔn Gehazíi ɖɔ: “Kpɔ́n nyɔ̌nu Cunɛ́munu ɔ́!
4.25 Elle partit donc et se rendit vers l'homme de Dieu sur la montagne du Carmel. L'homme de Dieu, l'ayant aperçue de loin, dit à Guéhazi, son serviteur: Voici cette Sunamite!

Kán wezun yi kpé e, bó kanbyɔ́ ɛ ɖɔ é má ɖo ganjí a jí; asú tɔn kpó vǐ tɔn kpó má ɖo ganjí a jí.” Ée Gehazíi yi kan xó byɔ́ nyɔ̌nu ɔ́, é yí gbe n'i ɖɔ yě bǐ ɖo ganjí.
4.26 Maintenant, cours donc à sa rencontre, et dis-lui: Te portes-tu bien? Ton mari et ton enfant se portent-ils bien? Elle répondit: Bien.

Ée é wá gbeyíɖɔ Mawu tɔn ɔ́ gɔ́n ɖo só jí ɔ́, é zunfán afɔ tɔn, bɔ Gehazíi sɛkpɔ́ ɛ, bó jló ná sísɛ́ ɛ. Lo ɔ́, gbeyíɖɔ Mawu tɔn ɔ́ ɖɔ: “Jǒ e dó, ɖó aluwɛ mɛ wɛ é ɖe. Mawu Mavɔmavɔ ká sɔ́ nǔ e sín aluwɛ mɛ é ɖe ɔ́ hwlá dó mì. É gba kpá nú mì ǎ.”
4.27 Et dès qu'elle fut arrivée auprès de l'homme de Dieu sur la montagne, elle embrassa ses pieds. Guéhazi s'approcha pour la repousser. Mais l'homme de Dieu dit: Laisse-la, car son âme est dans l'amertume, et l'Éternel me l'a caché et ne me l'a point fait connaître.

Nyɔ̌nu ɔ́ ɖɔ: “Un byɔ́ vǐ ɖé we a? Un ma ko ɖɔ nú we ɖɔ hwi ma blɛ́ mì ó a?”
4.28 Alors elle dit: Ai-je demandé un fils à mon seigneur? N'ai-je pas dit: Ne me trompe pas?

Ée é ɖɔ mɔ̌ ɔ́, Elizée ɖɔ nú Gehazíi ɖɔ: “Sɔ́ nǔ, bó sɔ́ kpogɛ ce bo yi. Ma gú hwenu bo ɖo gbe dó mɛɖé wɛ ɖo alixo ó; mɛɖé ká dó gbe we hǔn, ma kɛ nu ó. A jɛ dɔ̌n hǔn, sɔ́ kpogɛ ɔ́ ɖó nukún mɛ nú vǐ ɔ́.”
4.29 Et Élisée dit à Guéhazi: Ceins tes reins, prends mon bâton dans ta main, et pars. Si tu rencontres quelqu'un, ne le salue pas; et si quelqu'un te salue, ne lui réponds pas. Tu mettras mon bâton sur le visage de l'enfant.

Vǐ ɔ́ sín nɔ xwlé Mawu ɖɔ: “Nú Mawu Mavɔmavɔ ɖo gbɛ, nú hwi lɔ ɖo gbɛ jɛ́n wɛ ɔ́, un ɖo nǎ jó we dó wɛ ǎ.” Ée é ɖɔ mɔ̌ ɔ́, Elizée gbɔ bo sí te, bo xwedó e.
4.30 La mère de l'enfant dit: L'Éternel est vivant et ton âme est vivante! je ne te quitterai point. Et il se leva et la suivit.

Nǔ ɖo mɔ̌ có, Gehazíi jɛ nukɔn nú yě, bó sɔ́ kpogɛ ɔ́ ɖó nukún mɛ nú vǐ ɔ́; vǐ ɔ́ ká dán wǔ ǎ, é ká kɛ nu ǎ. É lɛ́ kɔ bo wá kpé Elizée, bó ɖɔ n'i ɖɔ: “Vǐ ɔ́ fɔ́n ǎ.”
4.31 Guéhazi les avait devancés, et il avait mis le bâton sur le visage de l'enfant; mais il n'y eut ni voix ni signe d'attention. Il s'en retourna à la rencontre d'Élisée, et lui rapporta la chose, en disant: L'enfant ne s'est pas réveillé.

Hwenu e Elizée wá xwé ɔ́ gbe ɔ́, vǐ ɔ́ sín cyɔ ɖo ayǐmlɔ́mlɔ́ ɖo zan tɔn jí.
4.32 Lorsque Élisée arriva dans la maison, voici, l'enfant était mort, couché sur son lit.

Elizée byɔ́ xɔ ɔ́ mɛ, bó dɔn hɔn ɔ́ sú, bɔ é kpó vǐ kúkú ɔ́ kpó we lɛ́ɛ ɖo xɔ ɔ́ mɛ, bɔ é xo ɖɛ.
4.33 Élisée entra et ferma la porte sur eux deux, et il pria l'Éternel.

É xá zan ɔ́ jí, bó mlɔ́ vǐ ɔ́ jí, bó sɔ́ nu tɔn bɔ ɖó nu tɔn wú, bó sɔ́ nukún tɔn lɛ́ɛ bɔ ɖó nukún tɔn lɛ́ɛ wú, bó fɔ alɔ tɔn lɛ́ɛ ɖó vǐ ɔ́ sín alɔ lɛ́ɛ jí, lobo dlɛ́n éɖée ɖó jǐ tɔn, bɔ zozo byɔ́ vǐ ɔ́ sín lanmɛ.
4.34 Il monta, et se coucha sur l'enfant; il mit sa bouche sur sa bouche, ses yeux sur ses yeux, ses mains sur ses mains, et il s'étendit sur lui. Et la chair de l'enfant se réchauffa.

Elizée fɔ́n sín vǐ ɔ́ jí, bó ɖi sa gbɔn xɔ ɔ́ mɛ, lobo lɛ́ wá mlɔ́ vǐ ɔ́ jí, bó dlɛ́n éɖée, bɔ vǐ ɔ́ nyi cin azɔn tɛ́nwe bo hun nukún.
4.35 Élisée s'éloigna, alla çà et là par la maison, puis remonta et s'étendit sur l'enfant. Et l'enfant éternua sept fois, et il ouvrit les yeux.

Tlóló ɔ́, Elizée ylɔ́ Gehazíi bo ɖɔ n'i ɖɔ: “Yi ylɔ́ vǐ ɔ́ sín nɔ wá.” Bɔ Gehazíi yi ylɔ́ ɛ, bɔ é wá Elizée gɔ́n, bɔ Elizée ɖɔ n'i ɖɔ: “Wǎ kplá vǐ towe.”
4.36 Élisée appela Guéhazi, et dit: Appelle cette Sunamite. Guéhazi l'appela, et elle vint vers Élisée, qui dit: Prends ton fils!

Ée Elizée ɖɔ mɔ̌ n'i ɔ́, é wá jɛ kpo ɖo asá tɔn mɛ, bó ɖe kɔ́. Énɛ́ ɔ́ gúdo ɔ́, é kplá vǐ tɔn bó tɔ́n. Nǔsúnnú e è ma sixú ɖu ǎ é
4.37 Elle alla se jeter à ses pieds, et se prosterna contre terre. Et elle prit son fils, et sortit.

Elizée lɛ́ kɔ wá Gilugalu. Adɔ ɖé ká tɔ́n ɖo to ɔ́ mɛ hwenɛ́nu. É kplé gbeyíɖɔ Mawu tɔn lɛ́ɛ bɔ yě lɛ́ lɛ̌ dó e, bɔ é ɖɔ nú mɛsɛntɔ́ tɔn ɖɔ: “Sɔ́ zɛ̌n ɖaxó ɔ́ nyi ado jí, bó ɖa nǔsúnnú nú gbeyíɖɔ Mawu tɔn lɛ́ɛ.”
4.38 Élisée revint à Guilgal, et il y avait une famine dans le pays. Comme les fils des prophètes étaient assis devant lui, il dit à son serviteur: Mets le grand pot, et fais cuire un potage pour les fils des prophètes.

Gbeyíɖɔ Mawu tɔn lɛ́ɛ ɖokpó ɖidó mǎ ba gbé ɖo gle mɛ, bó yi mɔ atín e nɔ́ vun kan é ɖokpó, bó gbɛ sínsɛ́n tɔn gɔ́ avɔ mɛ. Ée é lɛ́ kɔ wá ɔ́, é já, bó bɛ́ kɔn nyi nǔsúnnú ɔ́ mɛ, mɛɖé ká tunwun nǔ e wɛ é ǎ.
4.39 L'un d'eux sortit dans les champs pour cueillir des herbes; il trouva de la vigne sauvage et il y cueillit des coloquintes sauvages, plein son vêtement. Quand il rentra, il les coupa en morceaux dans le pot où était le potage, car on ne les connaissait pas.

È wǔn nǔsúnnú ɔ́ nú yě; lo ɔ́, ée yě dó nu ɔ́, yě sú xó bó ɖɔ: “Gbeyíɖɔ Mawu tɔn, nǔsúnnú ɔ́ ɖó aɖǐ.” Énɛ́ ɔ́ zɔ́n bɔ mɛɖé sixú ɖu ǎ.
4.40 On servit à manger à ces hommes; mais dès qu'ils eurent mangé du potage, ils s'écrièrent: La mort est dans le pot, homme de Dieu! Et ils ne purent manger.

Elizée ɖɔ è nǐ zé linfín wá, bɔ è zě n'i bɔ é kɔn dó zɛ̌n ɔ́ mɛ, bó ɖɔ nú mɛsɛntɔ́ tɔn ɖɔ: “Nǎ mɛ lɛ́ɛ nú yě ɖu.” Énɛ́ ɔ́, nǔsúnnú ɔ́ nyɔ́ bɔ è hɛn ɔ́, è nǎ ɖu. Elizée ná nǔɖuɖu gbɛtɔ́ kanwe ko
4.41 Élisée dit: Prenez de la farine. Il en jeta dans le pot, et dit: Sers à ces gens, et qu'ils mangent. Et il n'y avait plus rien de mauvais dans le pot.

É wá su gbe ɖokpó, bɔ nya ɖé gosín Baalu-Calica wá. Nya ɔ́ hɛn ɔ́ji nukɔntɔn e é ya é sín wɔ̌xúxú ko wá nú gbeyíɖɔ Mawu tɔn ɔ́. É lɛ́ hɛn blěe nukɔntɔn e é ya ɔ́ dó glo tɔn mɛ wá n'i. Elizée ɖɔ nú mɛsɛntɔ́ tɔn ɖɔ: “Mǎ nú mɛ e ɖo fí lɛ́ɛ nú yě ɖu.”
4.42 Un homme arriva de Baal Schalischa. Il apporta du pain des prémices à l'homme de Dieu, vingt pains d'orge, et des épis nouveaux dans son sac. Élisée dit: Donne à ces gens, et qu'ils mangent.

Mɛsɛntɔ́ tɔn yí gbe n'i ɖɔ: “Nɛ̌ wɛ un ka sixú má nǔ élɔ́ lɛ́ɛ nú gbɛtɔ́ kanwe ko gbɔn?” Lo ɔ́, Elizée ɖɔ: “Un ɖɔ hwi ní má nú yě nú yě ní ɖu. Đó Mawu Mavɔmavɔ ɖɔ: ‘Mɛ bǐ ná ɖu bɔ é ná lɛ́ kpo.’ ”
4.43 Son serviteur répondit: Comment pourrais-je en donner à cent personnes? Mais Élisée dit: Donne à ces gens, et qu'ils mangent; car ainsi parle l'Éternel: On mangera, et on en aura de reste.

Énɛ́ ɔ́, mɛsɛntɔ́ ɔ́ má nǔɖuɖu ɔ́ nú yě, bɔ yě ɖu bɔ é kpo nǔgbó, lě e Mawu Mavɔmavɔ ɖɔ gbɔn é. Mawu gbɔ gudu nú Naamáni
4.44 Il mit alors les pains devant eux; et ils mangèrent et en eurent de reste, selon la parole de l'Éternel.