Retour aux chapitres

Retour à la page principale

La Bible en fongbe

1 Axɔ́sú 20 - 1 Rois 20
Axɔ́sú Silíi tɔn Bɛni-Hadadi kplé ahwangɔnu tɔn ɔ́ bǐ. É kplá axɔ́sú gban-nukún-we (32) e ɖo acɛ tɔn mɛ lɛ́ɛ, bó fɔ sɔ́ kpódó kɛkɛ́ví kpó, bó yi xá Samalíi toxo ɔ́, bó ná tɔ́n ahwan.
20.1 Ben Hadad, roi de Syrie, rassembla toute son armée ; il avait avec lui  trente-deux rois, des chevaux et des chars. Il monta, mit le siège devant Samarie et l'attaqua. 

É sɛ́ wɛnsagun dó axɔ́sú Izlayɛ́li tɔn Akábu gɔ́n ɖo toxo ɔ́ mɛ.
20.2 Il envoya dans la ville des messagers à Achab, roi d'Israël, 

É ɖɔ yě ní yi ɖɔ n'i ɖɔ: “Axɔ́sú Bɛni-Hadadi ɖɔ mǐ ní ɖɔ nú we ɖɔ hwi ní jó kpatágan towe, siká towe, asi towe lɛ́ɛ kpó vǐ towe ɖagbe ɖagbe lɛ́ɛ kpó nú émí.”
20.3 et lui fit dire: Ainsi parle Ben Hadad : Ton argent et ton or sont à  moi, tes femmes et tes plus beaux enfants sont à moi.

Bɔ axɔ́sú Izlayɛ́li tɔn ɔ́ ɖɔ sɛ́ dó e ɖɔ: “Sɛ́mɛɖó, a ɖɔ nǔɖé ɔ́, un sixú gbɛ́ ǎ. Nyɛ kpó nǔ e un ɖó lɛ́ɛ bǐ kpó wɛ nyí towe.”
20.4 Le roi d'Israël répondit : Roi, mon seigneur, comme tu le dis, je suis à toi avec tout ce que j'ai. 

Lo ɔ́, wɛnsagun lɛ́ɛ lɛ́ lɛ́ kɔ wá yi ɖɔ n'i ɖɔ: “Axɔ́sú Bɛni-Hadadi ɖɔ: ‘Un sɛ́ wɛn dó we ɖɔ hwi ní jó kpatágan towe, siká towe, asi towe lɛ́ɛ kpódó vǐ towe lɛ́ɛ kpó nú mì.
20.5 Les messagers retournèrent, et dirent : Ainsi parle Ben Hadad : Je t'ai  fait dire : Tu me livreras ton argent et ton or, tes femmes et tes enfants.

Hǔn tunwun ɖɔ sɔ lěhwenu ɔ́, un ná sɛ́ mɛsɛntɔ́ ce lɛ́ɛ dó, bɔ yě ná wá kíjé xwé towe, bó ná kíjé gǎn hɔn-yitɔ́ towe lɛ́ɛ ɖokpó ɖokpó sín xwé, bó ná bɛ́ nǔ xɔ akwɛ́ e a ɖǒ lɛ́ɛ bǐ.’ ”
20.6 J'enverrai donc demain, à cette heure, mes serviteurs chez toi ; ils  fouilleront ta maison et les maisons de tes serviteurs, ils mettront la main sur tout ce que tu as de précieux, et ils l'emporteront.

Ée axɔ́sú Izlayɛ́li tɔn ɔ́ se mɔ̌ ɔ́, é ylɔ́ tomɛxó lɛ́ɛ bǐ, bó ɖɔ nú yě ɖɔ: “Mi mɔ nukúnnú jɛ wú ganjí ɖɔ nyanya mǐtɔn ba wɛ nya nɛ́ ɔ́ ɖe, ɖó é sɛ́ mɛ dó mì, bó byɔ́ asi ce lɛ́ɛ kpó vǐ ce lɛ́ɛ kpó, kpatágan ce kpó siká ce kpó. Un ka gbɛ́ nǔ ɖěbǔ n'i ǎ.”
20.7 Le roi d'Israël appela tous les anciens du pays, et il dit : Sentez bien et comprenez que cet homme nous veut du mal ; car il m'a envoyé demander  mes femmes et mes enfants, mon argent et mon or, et je ne lui avais pas  refusé ! 

Ée é ɖɔ mɔ̌ ɔ́, tomɛxó lɛ́ɛ bǐ kpódó togun ɔ́ bǐ kpó ɖɔ n'i ɖɔ: “Ma ɖótó e ó, gbɛ̌.”
20.8 Tous les anciens et tout le peuple dirent à Achab : Ne l'écoute pas et  ne consens pas.

Ée yě ɖɔ mɔ̌ n'i ɔ́, é wá yi ɖɔ nú wɛnsagun Bɛni-Hadadi tɔn lɛ́ɛ ɖɔ: “Mi yi ɖɔ nú sɛ́mɛɖó ce ɖɔ nǔ e é byɔ́ mì dó nukɔn ɔ́, un ná bló. Amɔ̌, ée byɔ́ mì wɛ é ɖe din ɔ́, un gbɛ́.” Énɛ́ ɔ́, wɛnsagun lɛ́ɛ lɛ́ kɔ yi dó wɛn ɔ́ Bɛni-Hadadi.
20.9 Et il dit aux messagers de Ben Hadad : Dites à mon seigneur le roi : Je ferai tout ce que tu as envoyé demander à ton serviteur la première fois ;  mais pour cette chose, je ne puis pas la faire. Les messagers s'en allèrent, et lui portèrent la réponse.

Bɔ Bɛni-Hadadi ɖɔ sɛ́ dó Akábu azɔn atɔngɔ́ ɔ́ ɖɔ: “Un ná gba Samalíi toxo ɔ́ bǐ. Nú nǔ e ná kpo ɖo toxo ɔ́ mɛ ɔ́, mɛ e xwedó mì lɛ́ɛ ɖokpó ɖokpó mɔ hɛn alɔ mɛ hǔn, vodún lɛ́ɛ ní dɔn tó nú mì, bónú é ní syɛ́n hú tódɔnnúmɛ lɛ́ɛ bǐ.”
20.10 Ben Hadad envoya dire à Achab : Que les dieux me traitent dans toute leur rigueur, si la poussière de Samarie suffit pour remplir le creux de la main de tout le peuple qui me suit !

Énɛ́ ɔ́, axɔ́sú Izlayɛ́li tɔn ɔ́ yí gbe sɛ́ dó e ɖɔ é ní flín lǒ e è dǒ bó ɖɔ: “Ahwan wɛ nɔ gbɔ cóbɔ è nɔ ɖɔ ahwan xó” é.
20.11 Et le roi d'Israël répondit : Que celui qui revêt une armure ne se glorifie pas comme celui qui la dépose !

Ahan nu wɛ Bɛni-Hadadi kpódó axɔ́sú ɖě lɛ́ɛ kpó ɖe ɖo goxɔ sá, bɔ è wǎ dó wɛn énɛ́ ɔ́ ɛ, bɔ é ɖɔ nú mɛsɛntɔ́ tɔn lɛ́ɛ ɖɔ: “Mɛ ɖokpó ɖokpó ní yi nɔ tɛn tɔn mɛ bó ná fun ahwan!” Bɔ yě yi nɔ te toxo ɔ́ nukɔn.
20.12 Lorsque Ben Hadad reçut cette réponse, il était à boire avec les rois  sous les tentes, et il dit à ses serviteurs : Faites vos préparatifs ! Et ils firent leurs préparatifs contre la ville. 

Hwenɛ́nu ɔ́, gbeyíɖɔ Mawu tɔn ɖokpó sɛkpɔ́ axɔ́sú Izlayɛ́li tɔn Akábu, bo ɖɔ n'i ɖɔ: “Mawu Mavɔmavɔ sɛ́ wɛn dó we ɖɔ: ‘A mɔ mɛ wɔ̌buwɔ́bú nɛ́ lɛ́ɛ bǐ a? Un ná jó yě nú we égbé, bɔ a nǎ tunwun ɖɔ nyɛ wɛ nyí Mawu Mavɔmavɔ e ɖó acɛ dó nǔ bǐ jí é.’ ”
20.13 Mais voici, un prophète s'approcha d'Achab, roi d'Israël, et il dit : Ainsi parle l'Éternel : Vois-tu toute cette grande multitude ? Je vais la  livrer aujourd'hui entre tes mains, et tu sauras que je suis l'Éternel.

Akábu ka kanbyɔ́ gbeyíɖɔ ɔ́ ɖɔ: “Mɛ̌ jí wɛ Mawu Mavɔmavɔ ka ná jó yě nú mì gbɔn?” Bɔ gbeyíɖɔ ɔ́ yí gbe n'i ɖɔ: “Nǔ e Mawu Mavɔmavɔ ɖɔ ɔ́ ɖíe: ‘Dɔ̌nkpɛvú e tokpɔngán lɛ́ɛ yí dó ahwan mɛ lɛ́ɛ jí wɛ un ná jó yě nú we gbɔn.’ ”
20.14 Achab dit : Par qui ? Et il répondit : Ainsi parle l'Éternel : Par les serviteurs des chefs des provinces.

Ée é ɖɔ mɔ̌ ɔ́, Akábu lɛ́ ɖɔ: “Mɛ̌ wɛ ka ná tɔ́n ahwan mɛ ɖé jɛ nukɔn?” Bɔ gbeyíɖɔ ɔ́ yí gbe n'i ɖɔ: “Hwi wɛ.”
Achab dit : Qui engagera le combat ? Et il répondit : Toi.

Énɛ́ ɔ́, Akábu wá yi xa dɔ̌nkpɛvú e tokpɔngán lɛ́ɛ yí dó ahwan mɛ lɛ́ɛ, bó mɔ ɖɔ yě nyí afɔɖé gban-nukún-we (232). Ée é xa yě fó ɔ́, é wá yi xa ahwanfuntɔ́ Izlayɛ́li tɔn lɛ́ɛ lɔ, bó mɔ ɖɔ yě nyǐ děgba ɖě afɔwó-afatɔ́n (7.000).
20.15 Alors Achab passa en revue les serviteurs des chefs des provinces, et  il s'en trouva deux cent trente-deux ; et après eux, il passa en revue tout le  peuple, tous les enfants d'Israël, et ils étaient sept mille.

Akábu kpó ahwanfuntɔ́ tɔn lɛ́ɛ kpó tɔ́n ahwan yě hwemɛ. Hwenɛ́nu ɔ́, Bɛni-Hadadi kpódó axɔ́sú gban-nukún-we (32) ɖěe ɖo acɛ tɔn mɛ lɛ́ɛ kpó ɖo ahan nu wɛ ɖo goxɔ sá, bɔ ahan ɖo yě jí yi wɛ.
20.16 Ils firent une sortie à midi. Ben Hadad buvait et s'enivrait sous les tentes avec les trente-deux rois, ses auxiliaires. 

Dɔ̌nkpɛvú e tokpɔngán lɛ́ɛ yí dó ahwan mɛ lɛ́ɛ tɔ́n ahwan yě jɛ nukɔn, bɔ Bɛni-Hadadi sɛ́ mɛ dó ɖɔ yě ní yi kpɔ́n nǔ e ɖo jijɛ wɛ é, bɔ yě yi, bó wá ɖɔ n'i ɖɔ mɛ ɖé lɛ́ɛ wɛ jǎwe sín Samalíi.
20.17 Les serviteurs des chefs des provinces sortirent les premiers. Ben  Hadad s'informa, et on lui fit ce rapport : Des hommes sont sortis de Samarie. 

Bɔ é ɖɔ: “Nú fífá gbé wɛ yě tɔ́n bó ja hǔn, mi wlí yě gbɛɖe gbɛɖe. É ká nyí ahwan fun gbé wɛ yě tɔ́n bó ja hǔn, mi lɛ́ wlí yě gbɛɖe gbɛɖe.”
20.18 Il dit : S'ils sortent pour la paix, saisissez-les vivants ; et s'ils sortent pour le combat, saisissez-les vivants.

Hwenɛ́nu ɔ́, dɔ̌nkpɛvú Izlayɛ́linu e tokpɔngán lɛ́ɛ yí dó ahwan mɛ lɛ́ɛ kó tɔ́n sín toxo ɔ́ mɛ, bɔ ahwangɔnu e kpo ɔ́ xwedó yě.
20.19 Lorsque les serviteurs des chefs des provinces et l'armée qui les  suivait furent sortis de la ville, 

Yě mɛ ɖokpó ɖokpó hu kɛntɔ́ ɖokpó ɖokpó, káká bɔ Silíinu lɛ́ɛ hɔn, bɔ Izlayɛ́linu lɛ́ɛ jɛ gǔdo yětɔn. Axɔ́sú Silíi tɔn Bɛni-Hadadi ɔ́, éyɛ́ xá sɔ́ jí, bó hɔn, é kpó sɔ́xátɔ́ ɖé lɛ́ɛ kpó.
20.20 chacun frappa son homme, et les Syriens prirent la fuite. Israël les  poursuivit. Ben Hadad, roi de Syrie, se sauva sur un cheval, avec des  cavaliers. 

Lě e axɔ́sú Izlayɛ́li tɔn ɔ́ ɖu ɖo ahwan jí gbɔn ɔ́ nɛ́: É dó nǔ sin xá Silíinu lɛ́ɛ bɔ é vɛ́ jlɛ́. É hu sɔ́ yětɔn lɛ́ɛ, lobo hɛn kɛkɛ́ví yětɔn lɛ́ɛ bǐ gblé.
20.21 Le roi d'Israël sortit, frappa les chevaux et les chars, et fit éprouver  aux Syriens une grande défaite.

Énɛ́ ɔ́ gúdo ɔ́, gbeyíɖɔ Mawu tɔn ɔ́ wá mɔ axɔ́sú Izlayɛ́li tɔn ɔ́, bó ɖɔ n'i ɖɔ: “Kpan akɔ́n, lin tamɛ dó nǔ e a ɖǒ ná wa ɔ́ wú ganjí, ɖó xwe ɖě ɔ́ mɛ lěhwenu ɔ́, axɔ́sú Silíi tɔn ɔ́ ná lɛ́ wá tɔ́n ahwan we.”
20.22 Alors le prophète s'approcha du roi d'Israël, et lui dit : Va, fortifie-toi, examine et vois ce que tu as à faire ; car, au retour de l'année, le roi de Syrie montera contre toi.

Silíi xɔ́sú ɔ́ sín azaglɔ́gán lɛ́ɛ ɖɔ n'i ɖɔ: “Vodún Izlayɛ́linu lɛ́ɛ tɔn ɔ́, vodún sókan mɛ tɔn wɛ, énɛ́ ɔ́ wú wɛ yě hú gǎn mǐ. Din ɔ́, mǐ ní tɔ́n ahwan yě ɖo ayǐkúngban wɛnjɛ jí, mi ná mɔ ɖɔ mǐ syɛ́n hú yě.
20.23 Les serviteurs du roi de Syrie lui dirent : Leur dieu est un dieu de montagnes ; c'est pourquoi ils ont été plus forts que nous. Mais combattons-les dans la plaine, et l'on verra si nous ne serons pas plus forts  qu'eux.

Din ɔ́, nǔ e a nǎ wa ɔ́ ɖíe: ɖe axɔ́sú gban-nukún-we (32) e ɖo acɛ towe mɛ lɛ́ɛ síin, bó sɔ́ tokpɔngán lɛ́ɛ ɖó tɛn yětɔn mɛ.
20.24 Fais encore ceci : ôte chacun des rois de son poste, et remplace-les par des chefs ; 

Hwi ɖésúnɔ ní cyán ahwanfuntɔ́ ɖěvo lɛ́ɛ, bónú yě ní sukpɔ́ sɔ ahwanfuntɔ́ nukɔntɔn e kɛntɔ́ hu lɛ́ɛ é. Sɔ́ lɛ́ɛ kpódó kɛkɛ́ví lɛ́ɛ kpó lɔ ní sukpɔ́, xóxó tɔn lɛ́ɛ ɖɔhun. Énɛ́ ɔ́, mǐ ná yi tɔ́n ahwan yě ɖo ayǐkúngban wɛnjɛ jí; mi ná mɔ ɖɔ mǐ syɛ́n hú yě.” Énɛ́ ɔ́, Bɛni-Hadadi yí gbe nú xó yětɔn, bó bló lě e yě ɖɔ gbɔn é.
 20.25 et forme-toi une armée pareille à celle que tu as perdue, avec autant  de chevaux et autant de chars. Puis nous les combattrons dans la plaine, et l'on verra si nous ne serons pas plus forts qu'eux. Il les écouta, et fit ainsi. 

Xwe e jɛ fínɛ́ ɔ́ mɛ ɔ́, ɖo hwe ɖokpó ɔ́ nu ɔ́, Bɛni-Hadadi xa ahwanfuntɔ́ Silíi tɔn lɛ́ɛ, bó kplá yě yi toxo Afɛ́ki tɔn mɛ, bónú yě ná fun ahwan xá ahwanfuntɔ́ Izlayɛ́li tɔn lɛ́ɛ.
20.26 L'année suivante, Ben Hadad passa les Syriens en revue, et monta vers Aphek pour combattre Israël.

Akábu lɔ xa ahwanfuntɔ́ Izlayɛ́li tɔn lɛ́ɛ, lobo dó nǔɖuɖu gban nú yě, bɔ yě jɛ ali, bó ná yi kpé Silíinu lɛ́ɛ. Yě mǎ ahwangbɛ́ ɔ́ ɖó we, bó ɖó gɔnu ɖó Silíinu lɛ́ɛ nukɔn, bó cí gbɔ̌hwan kpɛví we ɖɔhun. Silíinu lɛ́ɛ ka sukpɔ́ káká bó gba kpé to ɔ́ bǐ mɛ.
20.27 Les enfants d'Israël furent aussi passés en revue ; ils reçurent des  vivres, et ils marchèrent à la rencontre des Syriens. Ils campèrent vis-à-vis d'eux, semblables à deux petits troupeaux de chèvres, tandis que les  Syriens remplissaient le pays. 

Đɛ̌mɛnu Mawu tɔn ɔ́ lɛ́ wá mɔ axɔ́sú Izlayɛ́li tɔn ɔ́, bó ɖɔ n'i ɖɔ: “Mawu Mavɔmavɔ ɖɔ: ‘Silíinu lɛ́ɛ ɖɔ nyɛ Mawu Mavɔmavɔ ɔ́, vodún sókan mɛ tɔn wɛ un nyí, un kún nyí ayǐkúngban wɛnjɛ tɔn ó. Énɛ́ ɔ́ wú ɔ́, un ná jó ahwan wɔ̌buwɔ́bú énɛ́ ɔ́ bǐ nú we; énɛ́ ɔ́, mi ná tunwun ɖɔ nyɛ wɛ nyí Mawu Mavɔmavɔ e ɖó acɛ dó nǔ bǐ jí é.’ ”
20.28 L'homme de Dieu s'approcha, et dit au roi d'Israël : Ainsi parle  l'Éternel : Parce que les Syriens ont dit : L'Éternel est un dieu des montagnes et non un dieu des vallées, je livrerai toute cette grande  multitude entre tes mains, et vous saurez que je suis l'Éternel.

Yě nɔ fí e yě ɖǒ gɔnu ɖó, bó kpan nukɔn Silíinu lɛ́ɛ ɔ́ nú azǎn tɛ́nwe. Azǎn tɛ́nwegɔ́ ɔ́ gbe ɔ́, yě bɛ̌ ahwanfunfun, bɔ Izlayɛ́linu lɛ́ɛ hu ahwanfuntɔ́ Silíinu e zɔn afɔ lɛ́ɛ adɔ̌kpo atɔ́ɔ́n (100.000) ɖo kéze ɖokpó mɛ.
20.29 Ils campèrent sept jours en face les uns des autres. Le septième jour, le combat s'engagea, et les enfants d'Israël tuèrent aux Syriens cent mille  hommes de pied en un jour.

Mɛ e kpo lɛ́ɛ ɔ́, yě mɛ adɔ̌kpo ɖě děgba ɖě afɔwó-afatɔ́n (27.000) wɛ. Yě hɔn yi Afɛ́ki toxo ɔ́ mɛ. Toxo ɔ́ sín ahohó lɛ́ɛ ka mu kɔn nyi yě jí. Bɛni-Hadadi ɔ́ ká hɔn yi hwlá cí toxo ɔ́ mɛ, bó nɔ ɖo xɔ mɛ xɔ mɛ dán gbɔn wɛ. Azaglɔ́gán Bɛni-Hadadi tɔn lɛ́ɛ ɖɔ n'i ɖɔ: “Éɖíe mǐ se ɖɔ axɔ́sú Izlayɛ́li tɔn lɛ́ɛ ɔ́, axɔ́sú nǔbláwǔkúnúmɛtɔ́ wɛ yě nyǐ é. Mǐ ná sin ati dó alin, bó ná xásá kan dó kɔ, bó ná yi axɔ́sú Izlayɛ́li tɔn ɔ́ gɔ́n. Afɔ nyɔ́ ɔ́, é sixú jó we dó nyi gbɛ.”
20.30 Le reste s'enfuit à la ville d'Aphek, et la muraille tomba sur vingt- sept mille hommes qui restaient. Ben Hadad s'était réfugié dans la ville, où  il allait de chambre en chambre. 

Ée yě ɖɔ mɔ̌ ɔ́, yě sin ati dó alin, bó xásá kan dó kɔ, bó yi axɔ́sú Izlayɛ́li tɔn ɔ́ gɔ́n. Yě ɖɔ n'i ɖɔ: “Mɛsɛntɔ́ towe Bɛni-Hadadi ɖɔ hwi ní kɛnklɛ́n jó émí dó nyi gbɛ!” Bɔ Akábu kanbyɔ́ yě ɖɔ: “É kpo ɖo gbɛ a? Nɔví ce wɛ.”
20.31 Ses serviteurs lui dirent : Voici, nous avons appris que les rois de la  maison d'Israël sont des rois miséricordieux ; nous allons mettre des sacs sur nos reins et des cordes à nos têtes, et nous sortirons vers le roi d'Israël : peut-être qu'il te laissera la vie. 

Azaglɔ́gán Bɛni-Hadadi tɔn lɛ́ɛ mɔ ɖɔ nǔ ɖo nǎ nyɔ́ wɛ, bó yá wǔ yí xó sín nu tɔn bo ɖɔ: “Nǔgbó wɛ, Bɛni-Hadadi ɔ́, nɔví towe wɛ!” Akábu lɛ́ ɖɔ nú yě ɖɔ: “Mi yi kplá ɛ wá.” Bɛni-Hadadi tɔ́n sín fí e é hɔn hwlá cí ɔ́, bó wá Akábu gɔ́n, bɔ Akábu sɔ́ ɛ ɖó kɛkɛ́ví tɔn mɛ.
20.32 Ils se mirent des sacs autour des reins et des cordes autour de la tête, et ils allèrent auprès du roi d'Israël. Ils dirent : Ton serviteur Ben Hadad  dit : Laisse-moi la vie !Achab répondit : Est-il encore vivant ? Il est mon frère. 

Énɛ́ ɔ́ gúdo ɔ́, Bɛni-Hadadi ɖɔ nú Akábu ɖɔ: “Un jló ná jó toxo e tɔ́ ce yí ɖo tɔ́ towe sí lɛ́ɛ nú we. A sixú lɛ́ ɖó ajɔ̌tɛn ɖé lɛ́ɛ ɖo Damási, lě e tɔ́ ce ɖó ajɔ̌tɛn ɖé lɛ́ɛ ɖo Samalíi ɔ́ ɖɔhun.” Ée Bɛni-Hadadi ɖɔ mɔ̌ ɔ́, Akábu ɖɔ n'i ɖɔ: “Nyɛ ɔ́, un ná jɛ akɔ xá we, énɛ́ ɔ́ gúdo ɔ́, un ná jó we dó bɔ a nǎ yi.”
20.33 Ces hommes tirèrent de là un bon augure, et ils se hâtèrent de le prendre au mot et de dire: Ben Hadad est ton frère ! Et il dit : Allez, amenez-le. Ben Hadad vint vers lui, et Achab le fit monter sur son char.

Ée yě jɛ akɔ énɛ́ ɔ́, Akábu jó Bɛni-Hadadi dó, bɔ é yi. Mawu Mavɔmavɔ ɖɔ nú mɛ e ɖo gbeyíɖɔ Mawu tɔn gbɛ́ta mɛ lɛ́ɛ ɖokpó ɖɔ ní sa vo nú hǎgbɛ́ tɔn lɛ́ɛ ɖokpó ɖɔ é ní dó nǔ émí. Hǎgbɛ́ tɔn ɔ́ ká gbɛ́.
20.34 Ben Hadad lui dit : Je te rendrai les villes que mon père a prises à ton père; et tu établiras pour toi des rues à Damas, comme mon père en  avait établies à Samarie. Et moi, reprit Achab, je te laisserai aller, en faisant une alliance. Il fit alliance avec lui, et le laissa aller. 

Gbeyíɖɔ ɔ́ ká ɖɔ n'i ɖɔ: “A gosín gɔ̌n ce din bo ɖidó ɔ́, kinnikínní ná wlí we, ɖó a gbɛ̌ gbe nú Mawu Mavɔmavɔ.”
20.35 L'un des fils des prophètes dit à son compagnon, d'après l'ordre de  l'Éternel : Frappe-moi, je te prie ! Mais cet homme refusa de le frapper.

Bɔ ée é ɖidó ɔ́, é kpé kinnikínní ɖokpó bɔ kinnikínní ɔ́ wlí i.
20.36 Alors il lui dit : Parce que tu n'as pas obéi à la voix de l'Éternel,  voici, quand tu m'auras quitté, le lion te frappera. Et quand il l'eut quitté, le  lion le rencontra et le frappa.

Gbeyíɖɔ ɔ́ lɛ́ mɔ hǎgbɛ́ tɔn ɖěvo, bó sa vo n'i ɖɔ é ní dó nǔ émí. Bɔ mɛ énɛ́ ɔ́ dó nǔ i, bó gblé wǔ i.
20.37 Il trouva un autre homme, et il dit : Frappe-moi, je te prie ! Cet  homme le frappa et le blessa.

Énɛ́ ɔ́ gúdo ɔ́, gbeyíɖɔ ɔ́ sɔ́ nǔ bó cyɔ́n nǔ nukún mɛ, bó yi cí ali e axɔ́sú Akábu ná gbɔn ɔ́ tó.
20.38 Le prophète alla se placer sur le chemin du roi, et il se déguisa avec  un bandeau sur les yeux.

Ée axɔ́sú ɔ́ ɖo nǎ dín wɛ ɔ́, gbeyíɖɔ ɔ́ sú xó sɛ́ dó e, bó ɖɔ: “Sɛ́mɛɖó, nyɛ mɛsɛntɔ́ mɛtɔn ɔ́, ahwan fun wɛ un ɖe nukún myámyá, bɔ nya ɖokpó tɔ́n sín ahwanfuntɔ́ lɛ́ɛ mɛ, bó kplá mɛ ɖokpó wá nú mì, bó ɖɔ: ‘Hɛn nya élɔ́ nú mì ganjí. Nú un wá ba ɛ kpo ɔ́, hwi wɛ un ná hu ɖó tɛn tɔn mɛ; un ma ka hu we ǎ ɔ́, a nǎ sú mì gankwɛ́ afɔwó-afatɔ́n (3.000).’
20.39 Lorsque le roi passa, il cria vers lui, et dit : Ton serviteur était au milieu du combat ; et voici, un homme s'approche et m'amène un homme, en disant : Garde cet homme ; s'il vient à manquer, ta vie répondra de sa  vie, ou tu paieras un talent d'argent !

Hwenu e un ka ɖo yiyi wɛ, bó ɖo wǐwá wɛ ɔ́, un wá ba nya ɔ́ kpo.” Axɔ́sú Izlayɛ́li tɔn ɔ́ ká ɖɔ n'i ɖɔ: “Hwɛ e è nǎ ɖó nú we ɔ́ nɛ́ hwi ɖésúnɔ ko ɖó nú hwiɖée nɛ́.”
20.40 Et pendant que ton serviteur agissait çà et là, l'homme a disparu. Le roi d'Israël lui dit : C'est là ton jugement ; tu l'as prononcé toi-même.

Ée é ɖɔ mɔ̌ tlóló ɔ́, gbeyíɖɔ ɔ́ ɖe nǔ e é cyɔ́n nukún mɛ ɔ́ síin, bɔ axɔ́sú Izlayɛ́li tɔn ɔ́ mɔ ɖɔ gbeyíɖɔ lɛ́ɛ ɖokpó wɛ.
20.41 Aussitôt le prophète ôta le bandeau de dessus ses yeux, et le roi d'Israël le reconnut pour l'un des prophètes.

Énɛ́ ɔ́, é ɖɔ nú axɔ́sú ɔ́ ɖɔ: “Xó e Mawu Mavɔmavɔ ɖɔ ɔ́ ɖíe. É ɖɔ: ‘A jǒ nya e un ɖɔ un ná hu ɔ́ dó, bɔ é yi. Énɛ́ ɔ́ wútu ɔ́, hwi ɖésú wɛ ná kú ɖó tɛn tɔn mɛ, bɔ togun towe ná ji ya ɖó togun tɔn sín tɛnmɛ.’ ”
20.42 Il dit alors au roi : Ainsi parle l'Éternel : Parce que tu as laissé  échapper de tes mains l'homme que j'avais dévoué par interdit, ta vie  répondra de sa vie, et ton peuple de son peuple.

Ée é ɖɔ mɔ̌ ɔ́, wǔ kú axɔ́sú Izlayɛ́li tɔn ɔ́. Xomɛ sin i, bɔ é lɛ́ kɔ yi xwé tɔn gbe ɖo Samalíi.
20.43 Le roi d'Israël s'en alla chez lui, triste et irrité, et il arriva à Samarie.