Retour aux chapitres

Retour à la page principale

La Bible en fongbe

1 Axɔ́sú 18 - 1 Rois 18
Akú ɖó ɔ́, é kó lín, bɔ xwe tɔn atɔngɔ́ ɔ́ mɛ ɔ́, Mawu Mavɔmavɔ ɖɔ nú Elíi ɖɔ: “Yi Akábu gɔ́n, un ná sɛ́ jǐ dó bɔ é ná ja kɔn nyi ayǐkúngban ɔ́ jí.”
18.1 Bien des jours s'écoulèrent, et la parole de l'Éternel fut ainsi adressée  à Élie, dans la troisième année : Va, présente-toi devant Achab, et je ferai  tomber de la pluie sur la face du sol. 

Ée Mawu Mavɔmavɔ ɖɔ mɔ̌ nú Elíi ɔ́, é ɖidó axɔ́sú Akábu gɔ́n.
18.2 Et Élie alla, pour se présenter devant Achab.

Adɔ ɔ́ ka syɛ́n ɖo Samalíi ɖésú.
La famine était grande à  Samarie. 

Ée adɔ ɔ́ syɛ́n mɔ̌ ɔ́, Akábu ylɔ́ hɔnmɛgán tɔn Ovadiahu. Mɛ ɖé wɛ Ovadiahu ka nyí, bó nɔ ɖó sísí nú Mawu Mavɔmavɔ ɖésú.
18.3 Et Achab fit appeler Abdias, chef de sa maison. -Or Abdias craignait  beaucoup l'Éternel ; 

Hwenu e axɔ́si Jezabɛ́li ɖo gbeyíɖɔ Mawu Mavɔmavɔ tɔn lɛ́ɛ hu wɛ ɔ́, Ovadiahu fɔ yě mɛ kanwe ko (100) hwlá. Yě mɛ kanɖé wǒ (50) kanɖé wǒ (50) wɛ é fɔ hwlá dó sóxo mɛ sóxo mɛ, bó nɔ ná nǔɖuɖu kpódó sin kpó yě.
18.4 et lorsque Jézabel extermina les prophètes de l'Éternel, Abdias prit cent prophètes qu'il cacha cinquante par cinquante dans une caverne, et il les avait nourris de pain et d'eau.

Ée axɔ́sú Akábu ylɔ́ Ovadiahu bɔ é wá ɔ́, é ɖɔ n'i ɖɔ: “Wǎ mǐ yi gbɔn fí e tɔjɔtɛn kpó tɔsisa kpó ɖe ɖo to ɔ́ mɛ é. Bóyá mǐ ná mɔ gběhan, bó ná ná sɔ́ mǐtɔn lɛ́ɛ kpódó sɔ́tócí mǐtɔn lɛ́ɛ kpó. Énɛ́ ɔ́, é sɔ́ ná byɔ́ ɖɔ mǐ ní hu yě ǎ.”
18.5 Achab dit à Abdias : Va par le pays vers toutes les sources d'eau et  vers tous les torrents ; peut-être se trouvera-t-il de l'herbe, et nous  conserverons la vie aux chevaux et aux mulets, et nous n'aurons pas besoin d'abattre du bétail.

Akábu kpó Ovadiahu kpó ɖɔ fí e mɛ ɖokpó ɖokpó ná gbɔn ɖo to ɔ́ mɛ ɔ́ nú yěɖée. Akábu wlí ali éyɛ́ tɔn, bɔ Ovadiahu wlí ali élɔ́ tɔn.
18.6 Ils se partagèrent le pays pour le parcourir; Achab alla seul par un chemin, et Abdias alla seul par un autre chemin. 

Ée Ovadiahu ɖo yiyi wɛ ɔ́, Elíi nu jɛ́n é kpédó ɖo ajijimɛ. Ée é mɔ ɛ ɔ́, é tunwun i, bó xwe agbɔ̌nnusú do bó ɖɔ: “Gǎn ce Elíi! Hwi jɛ́n wɛ a?”
18.7 Comme Abdias était en route, voici, Élie le rencontra. Abdias, l'ayant reconnu, tomba sur son visage, et dit : Est-ce toi, mon seigneur Élie ?

Ée é ɖɔ mɔ̌ ɔ́, Elíi yí gbe n'i ɖɔ: “Nyɛ wɛ hǔn! Yi ɖɔ nú gǎn towe Akábu ɖɔ Elíi ɖo fí.”
18.8 Il lui répondit : C'est moi ; va, dis à ton maître : Voici Élie !

Ovadiahu ka yí xó bó ɖɔ: “Hwɛ tɛ́ wɛ un hu, bɔ a nǎ jó nyɛ mɛsɛntɔ́ towe nú Akábu bɔ é ná hu?
18.9 Et Abdias dit : Quel péché ai-je commis, pour que tu livres ton serviteur entre les mains d'Achab, qui me fera mourir ?

Mawu Mavɔmavɔ ɖo gbɛ! Togun ɖé mɛ abǐ axɔ́súɖuto ɖé mɛ tíin bɔ gǎn ce ma sɛ́ mɛ dó, ɖɔ è yi ba we ɖe ǎ. Nú è yi ba we kpo ɖo togun ɖé abǐ to ɖé mɛ bó wá ɖɔ n'i ɔ́, é nɔ́ ɖɔ nú togun ɔ́ abǐ axɔ́súɖuto ɔ́ ɖɔ yě ní xwlé nǔ ɖɔ: ‘É ɖo mǐ gɔn ǎ.’
18.10 L'Éternel est vivant ! il n'est ni nation ni royaume où mon maître  n'ait envoyé pour te chercher; et quand on disait que tu n'y étais pas, il faisait jurer le royaume et la nation que l'on ne t'avait pas trouvé.

Hwi ɖíe ká ɖɔ nú mì din ɖɔ má yi ɖɔ nú gǎn ce ɖɔ Elíi ɖo fí e!
18.11 Et maintenant tu dis : Va, dis à ton maître : Voici Élie ! 

Bɔ hwenu e un ná gosín gɔ̌n towe, bó ná ɖidó ɔ́, yɛ Mawu Mavɔmavɔ tɔn ná wá zé we yi fí e un ma ná tunwun ǎ é, bɔ un ká ná kó ɖɔ nú Akábu ɖɔ hwi ɖo fí, bɔ é ná wá ba we kpo, bó ná hu mì. Sín vǔ ɖokpóó wɛ nyɛ mɛsɛntɔ́ towe ka kó nɔ ɖó sísí nú Mawu Mavɔmavɔ.
18.12 Puis, lorsque je t'aurai quitté l'esprit de l'Éternel te transportera je ne sais où ; et j'irai informer Achab, qui ne te trouvera pas, et qui me tuera. Cependant ton serviteur craint l'Éternel dès sa jeunesse.

Gǎn ce, nǔ e un wa hwenu e Jezabɛ́li ɖo gbeyíɖɔ Mawu Mavɔmavɔ tɔn lɛ́ɛ hu wɛ ɔ́, è ɖɔ nú we ǎ cé? Un bɛ́ gbeyíɖɔ Mawu Mavɔmavɔ tɔn kanwe ko (50) hwlá. Yě mɛ kanɖé wǒ (50) kanɖé wǒ (50) wɛ un fɔ hwlá dó sóxo mɛ sóxo mɛ, bó nɔ́ ná nǔɖuɖu kpó sin kpó yě.
18.13 N'a-t-on pas dit à mon seigneur ce que j'ai fait quand Jézabel tua les prophètes de l'Éternel ? J'ai caché cent prophètes de l'Éternel, cinquante  par cinquante dans une caverne, et je les ai nourris de pain et d'eau.

A ka ɖo ɖiɖɔ nú mì wɛ din ɖɔ má yi ɖɔ nú gǎn ce ɖɔ Elíi ɖo fí! É ná hu mì.”
18.14 Et maintenant tu dis : Va, dis à ton maître : Voici Élie ! Il me tuera.

Elíi ka xwlé nǔ ɖɔ: “Mawu Mavɔmavɔ Nǔbǐwúkpétɔ́ e sɛn wɛ un ɖe ɔ́ ɖo gbɛ! Égbé ɔ́, un ná yi Akábu gɔ́n.”
18.15 Mais Élie dit : L'Éternel des armées, dont je suis le serviteur, est vivant ! aujourd'hui je me présenterai devant Achab.

Ovadiahu kpé Akábu, bó ɖɔ fí e Elíi ɖe ɔ́ n'i, bɔ Akábu yi kpé Elíi.
18.16 Abdias, étant allé à la rencontre d'Achab, l'informa de la chose. Et Achab se rendit au-devant d'Élie.

Ée Akábu mɔ Elíi lě tlóló ɔ́, é kanbyɔ́ ɛ ɖɔ: “É má nyí hwi wɛ dɔn nǔ nyanya dó Izlayɛ́li togun jí a?”
18.17 A peine Achab aperçut-il Élie qu'il lui dit : Est-ce toi, qui jettes le trouble en Israël ?

Elíi ka yí gbe n'i ɖɔ: “Un dɔn nǔ nyanya ɖé dó Izlayɛ́li togun ɔ́ jí ǎ. É nyɔ́ wa ɔ́, hwi kpó mɛ towe lɛ́ɛ kpó wɛ, ɖó mi gbɛ́ nǔ e Mawu Mavɔmavɔ zɔ́n lɛ́ɛ wa, bɔ a ɖo vodún Baalu lɛ́ɛ sɛn wɛ.
18.18 Élie répondit : Je ne trouble point Israël ; c'est toi, au contraire, et la  maison de ton père, puisque vous avez abandonné les commandements de  l'Éternel et que tu es allé après les Baals. 

Din ɔ́, sɛ́ mɛ dó nú è nǐ kplé Izlayɛ́li togun ɔ́ bǐ nú mì ɖo Kaamɛ́li só ɔ́ jí. Vodún Baalu sín hunnɔ afɔwe kanɖé wǒ (450) lɛ́ɛ kpódó vodún Acela sín hunnɔ afɔwe (400) e axɔ́si Jezabɛ́li nɔ ná nǔɖuɖu lɛ́ɛ lɔ kpó ní wá.”
18.19 Fais maintenant rassembler tout Israël auprès de moi, à la montagne  du Carmel, et aussi les quatre cent cinquante prophètes de Baal et les quatre cents prophètes d'Astarté qui mangent à la table de Jézabel. 

Akábu sɛ́ mɛ dó, bɔ è kplé Izlayɛ́li togun ɔ́ bǐ, kpó hunnɔ lɛ́ɛ bǐ kpó ɖo Kaamɛ́li só ɔ́ jí.
18.20 Achab envoya des messagers vers tous les enfants d'Israël, et il rassembla les prophètes à la montagne du Carmel.

Ée yě kplé ɔ́, Elíi sɛkpɔ́ yě, bó ɖɔ: “Hwetɛ́nu wɛ mi ka ná sɛn nǔ we yi jɛ? Mi sɔ́ ɖokpó bó sɛn. Ényí Mawu Mavɔmavɔ wɛ ɖó acɛ nǔgbó hǔn, mi bo sɛn ɛ. É ká nyí vodún Baalu wɛ ɖó acɛ nǔgbó hǔn, mi bo sɛn ɛ!” Ée é ɖɔ mɔ̌ ɔ́, mɛɖé kɛ nu ɖo yě mɛ ǎ.
18.21 Alors Élie s'approcha de tout le peuple, et dit : Jusqu'à quand clocherez-vous des deux côtés ? Si l'Éternel est Dieu, allez après lui ; si c'est Baal, allez après lui ! Le peuple ne lui répondit rien.

Bɔ Elíi lɛ́ yí xó bó ɖɔ: “Nyɛ ɖokpónɔ géé wɛ nyí gbeyíɖɔ Mawu Mavɔmavɔ tɔn e kpo ɔ́, bɔ vodún Baalu sín hunnɔ lɛ́ɛ ká nyí afɔwe kanɖé wǒ (450).
18.22 Et Élie dit au peuple : Je suis resté seul des prophètes de l'Eternel, et  il ya quatre cent cinquante prophètes de Baal.

È nǐ ná mǐ nyibúsú we. Vodún Baalu sín hunnɔ lɛ́ɛ ná kpɔ́n nyibúsú ɔ́ ɖokpó ɖo we lɛ́ɛ mɛ bó ná sɔ́. Yě ná já nyibúsú ɔ́, bó bɛ́ lan tɔn ɖó nakí jí. Yě ní má ká flɔ́ myɔ dó ó. Nyɛ lɔ ná já nyibúsú ɖě ɔ́, bó ná bɛ́ lan tɔn ɖó nakí jí, un ka ná flɔ́ myɔ dó ǎ.
18.23 Que l'on nous donne deux taureaux ; qu'ils choisissent pour eux l'un des taureaux, qu'ils le coupent par morceaux, et qu'ils le placent sur le bois, sans y mettre le feu ; et moi, je préparerai l'autre taureau, et je le placerai sur le bois, sans y mettre le feu.

Énɛ́ ɔ́ gúdo ɔ́, yě ná xomlá vodún yětɔn, bɔ nyɛ lɔ ná xomlá Mawu Mavɔmavɔ ce. Yě mɛ we lɛ́ɛ mɛ ɔ́, mɛ e ná bló bɔ nakí e jí è bɛ̌ lan ɔ́ ɖó ɔ́ ná wlí myɔ ɔ́ wɛ ɖó acɛ.” Ée é ɖɔ mɔ̌ ɔ́, togun ɔ́ bǐ ɖɔ: “Mǐ yí gbe.”
18.24 Puis invoquez le nom de votre dieu ; et moi, j'invoquerai le nom de  l'Eternel. Le dieu qui répondra par le feu, c'est celui-là qui sera Dieu. Et tout le peuple répondit, en disant : C'est bien !

Elíi ɖɔ nú vodún Baalu sín hunnɔ lɛ́ɛ ɖɔ: “Midɛɛ lɛ́ɛ sukpɔ́, mi kpɔ́n nyibúsú lɛ́ɛ ɖokpó, bó wa azɔ̌ tɔn dó nukɔn, bó xomlá vodún mitɔn; mi ma ka flɔ́ myɔ dó ó.”
18.25 Élie dit aux prophètes de Baal : Choisissez pour vous l'un des taureaux, préparez-le les premiers, car vous êtes les plus nombreux, et  invoquez le nom de votre dieu ; mais ne mettez pas le feu.

Ée é ɖɔ mɔ̌ ɔ́, yě zě nyibúsú e è zě wá lɛ́ɛ ɖokpó, bó wa azɔ̌ tɔn, bó jɛ vodún Baalu xomlá jí sín zǎnzǎn káká yi hwemɛ, bó nɔ ɖɔ: “Baalu, yǐ gbe nú mǐ.” Yě ɖo we ɖú lɛ́ lɛ̌ dó vɔ̌sákpe e yě bló ɔ́ wɛ. Lo ɔ́, mɛɖé kɛ nu d'é mɛ nú yě ǎ.
18.26 Ils prirent le taureau qu'on leur donna, et le préparèrent ; et ils  invoquèrent le nom de Baal, depuis le matin jusqu'à midi, en disant : Baal  réponds nous ! Mais il n'y eut ni voix ni réponse. Et ils sautaient devant l'autel qu'ils avaient fait. 

Ée é jɛ hwemɛ ɔ́, Elíi jɛ slǎmɛ ɖɔ yě wú jí, bó nɔ ɖɔ: “Mi sú xó hú mɔ̌, ɖó vodún wɛ é nyí. Nǔɖé linkpɔ́n wɛ é ná kó ɖe, abǐ nǔkan mɛ yi wɛ é ná kó ɖe, abǐ é sixú kó yi tomɛ. Bóyá ɔ́, amlɔ dɔ́ wɛ é ná kó ɖe; mi sú xó ganjí din ɔ́, é ná fɔ́n.”
18.27 A midi, Élie se moqua d'eux, et dit : Criez à haute voix, puisqu'il est  dieu ; il pense à quelque chose, ou il est occupé, ou il est en voyage ; peut- être qu'il dort, et il se réveillera. 

Ée Elíi ɖɔ mɔ̌ nú yě ɔ́, yě lɛ́ sú xó syɛ́nsyɛ́n; yě zé jǐví kpódó hwǎn kpó dó já wǔtu nú yěɖée, lě e é kó ɖe gbɔn ɖo walɔ yětɔn mɛ é káká bɔ hun nɔ sa sín yě wǔ.
18.28 Et ils crièrent à haute voix, et ils se firent, selon leur coutume, des incisions avec des épées et avec des lances, jusqu'à ce que le sang coulât  sur eux.

Ée hwe lɛ́ kɔ ɔ́, yě lɛ́ jɛ vodún Baalu xomlá jí kpó awǒbóbó kpó káká jɛ gan e mɛ è nɔ xwlé vɔ̌sánú hwe lɛ́ kɔ tɔn dó é. Lo ɔ́, mɛɖé kɛ nu d'é mɛ nú yě ǎ, yě se xó ɖé ǎ, nǔɖé ká kpácá yě ǎ.
18.29 Lorsque midi fut passé, ils prophétisèrent jusqu'au moment de la  présentation de l'offrande. Mais il n'y eut ni voix, ni réponse, ni signe  d'attention.

Hwe énɛ́ ɔ́ nu ɔ́, Elíi ɖɔ nú togun ɔ́ bǐ ɖɔ: “Mi sɛkpɔ́ mì!” Bɔ togun ɔ́ bǐ sɛkpɔ́ ɛ, bɔ Elíi jɛ vɔ̌sákpe Mawu Mavɔmavɔ tɔn e ko ɖo fínɛ́ bó ko gblé ɔ́ blóɖó jí.
18.30 Élie dit alors à tout le peuple : Approchez-vous de moi ! Tout le peuple s'approcha de lui. Et Élie rétablit l'autel de l'Éternel, qui avait été renversé. 

É bɛ́ awǐnnya wěwe bɔ é sɔgbe xá Jakɔ́bu ví lɛ́ɛ sín akɔta wěwe lɛ́ɛ. Jakɔ́bu wɛ Mawu Mavɔmavɔ ɖɔ yě ná nɔ ylɔ́ ɖɔ Izlayɛ́li.
18.31 Il prit douze pierres d'après le nombre des tribus des fils de Jacob, auquel l'Éternel avait dit : Israël sera ton nom ; 

É zé awǐnnya énɛ́ lɛ́ɛ dó mɛ vɔ̌sákpe ɖokpó nú Mawu Mavɔmavɔ. É kun do lɛ́ lɛ̌ dó vɔ̌sákpe ɔ́, bɔ do ɔ́ sixú hɛn nǔ lǐtli gban.
18.32 et il bâtit avec ces pierres un autel au nom de l'Éternel. Il fit autour  de l'autel un fossé de la capacité de deux mesures de semence.

É to nakí ɖó vɔ̌sákpe ɔ́ jí; é já nyibúsú ɔ́, bó bɛ́ lan tɔn ɖó nakí lɛ́ɛ jí.
18.33 Il arrangea le bois, coupa le taureau par morceaux, et le plaça sur le bois.

Énɛ́ ɔ́ gúdo ɔ́, é ɖɔ: “Mi dun sin zɛ̌n ɛnɛ bó húzú kɔn nyi vɔ̌ ɔ́ kpódó nakí ɔ́ kpó jí.” Bɔ yě bló. Ée yě bló ɔ́, é lɛ́ ɖɔ nú yě ɖɔ: “Mi lɛ́ bló azɔn wegɔ́!” Bɔ yě bló. É lɛ́ ɖɔ nú yě ɖɔ yě ní bló azɔn atɔngɔ́ ɔ́, bɔ yě bló.
18.34 Puis il dit : Remplissez d'eau quatre cruches, et versez-les sur  l'holocauste et sur le bois. Il dit : Faites-le une seconde fois. Et ils le firent  une seconde fois. Il dit : Faites-le une troisième fois. Et ils le firent une  troisième fois.

Sin ɔ́ sa lɛ́ lɛ̌ dó vɔ̌sákpe ɔ́, bɔ do e è kun ɔ́ bǐ gɔ̌.
18.35 L'eau coula autour de l'autel, et l'on remplit aussi d'eau le fossé. 

Ée gan e mɛ è nɔ xwlé vɔ̌sánú hwe lɛ́ kɔ tɔn Mawu Mavɔmavɔ ɔ́ xo ɔ́, gbeyíɖɔ Mawu Mavɔmavɔ tɔn Elíi sɛkpɔ́ vɔ̌sákpe ɔ́, bó ɖɔ: “Mawu Mavɔmavɔ, Mawu Ablaxámu tɔn, Mawu Izáki tɔn, Mawu Izlayɛ́li tɔn! Đe xlɛ́ égbé din ɖɔ hwi wɛ nyí Mawu Izlayɛ́li tɔn, bɔ nyɛ nyí mɛsɛntɔ́ towe; ɖe xlɛ́ ɖɔ gbe towe wɛ un xwedó dó bló nǔ énɛ́ lɛ́ɛ bǐ.
18.36 Au moment de la présentation de l'offrande, Elie, le prophète,  s'avança et dit : Éternel, Dieu d'Abraham, d'Isaac et d'Israël ! que l'on sache aujourd'hui que tu es Dieu en Israël, que je suis ton serviteur, et que  j'ai fait toutes ces choses par ta parole !

Yǐ gbe nú mì Mawu Mavɔmavɔ, yǐ gbe nú mì, bónú togun élɔ́ ná tunwun ɖɔ hwi Mawu Mavɔmavɔ ɔ́ wɛ ɖó acɛ nǔgbó. Yǐ gbe nú mì bó ná lɛ́ kɔ nú yě, nú yě ná nɔ gbejí nú we lě e yě nɔ́ gbɔn ɖ'ayǐ é!”
18.37 Réponds-moi, Éternel, réponds-moi, afin que ce peuple reconnaisse que c'est toi, Éternel, qui es Dieu, et que c'est toi qui ramènes leur coeur !

Ée Elíi ɖɔ mɔ̌ ɔ́, Mawu Mavɔmavɔ sɛ́ myɔ dó, bɔ é fyɔ́ vɔ̌ ɔ́, bó fyɔ́ nakí ɔ́, bó fyɔ́ awǐnnya lɛ́ɛ, bó fyɔ́ kɔ́ e ɖo fínɛ́ é, bó xwí sin e ɖo do ɔ́ mɛ ɔ́ bǐ.
18.38 Et le feu de l'Éternel tomba, et il consuma l'holocauste, le bois, les  pierres et la terre, et il absorba l'eau qui était dans le fossé. 

Ée togun ɔ́ bǐ mɔ mɔ̌ ɔ́, yě xwe agbɔ̌nnusú do, bó ɖɔ: “Mawu Mavɔmavɔ wɛ ɖó acɛ nǔgbó! Mawu Mavɔmavɔ wɛ ɖó acɛ nǔgbó!”
18.39 Quand tout le peuple vit cela, ils tombèrent sur leur visage et dirent :  C'est l'Éternel qui est Dieu ! C'est l'Éternel qui est Dieu ! 

Bɔ Elíi ɖɔ nú yě ɖɔ: “Mi wlí vodún Baalu sín hunnɔ lɛ́ɛ. Mi ma jó ɖokpó yětɔn dó ó!”
18.40 Saisissez les prophètes de Baal, leur dit Élie ; qu'aucun d'eux  n'échappe !

Ée yě wlí yě ɔ́, Elíi kplá yě yi Kicɔ́ni tɔ ɔ́ tó, bó gbo gbe yě.
Et ils les saisirent. Élie les fit descendre au torrent de Kison, où il les égorgea. 

Énɛ́ ɔ́ gúdo ɔ́, Elíi ɖɔ nú Akábu ɖɔ: “Yi, ɖu nǔ, bó nu sin, ɖó jǐ ɖo nǔ wa wɛ.”
18.41 Et Élie dit à Achab : Monte, mange et bois ; car il se fait un bruit qui annonce la pluie.

Ée é ɖɔ mɔ̌ ɔ́, Akábu yi ɖu nǔ, bó nu sin. Elíi ka xá Kaamɛ́li só ɔ́ ta aga, bó fɛ, lobo zé ta dó asá mɛ,
18.42 Achab monta pour manger et pour boire. Mais Élie monta au sommet du Carmel ; et, se penchant contre terre, il mit son visage entre ses genoux,

bó ɖɔ nú mɛsɛntɔ́ tɔn ɖɔ: “Xá só ɔ́ jí bó kpɔ́n xuwa jí.” Bɔ mɛsɛntɔ́ ɔ́ xá só ɔ́ jí, bó kpɔ́n xuwa jí, lobo ɖɔ: “Un mɔ nǔ ɖěbǔ ǎ.” Elíi ɖɔ n'i azɔn tɛ́nwe ɖɔ ní lɛ́ kɔ yi kpɔ́n xuwa jí.
18.43 et dit à son serviteur: Monte, regarde du côté de la mer. Le serviteur  monta, il regarda, et dit : Il n'y a rien. Élie dit sept fois : Retourne.

Ée mɛsɛntɔ́ tɔn lɛ́ kɔ yi azɔn tɛ́nwegɔ́ ɔ́, é ɖɔ: “Un mɔ akpɔ́kpɔ́ kpɛví ɖé sí te sín xu ɔ́ jí, bó sɔ́ gbló hú alɔkpákpá mɛ gbɛtɔ́ tɔn ǎ.” Bɔ Elíi ɖɔ nú mɛsɛntɔ́ tɔn ɔ́ ɖɔ é ní yi ɖɔ nú Akábu ɖɔ é ní sɔ́ kɛkɛ́ví tɔn sín dó sɔ́ tɔn lɛ́ɛ wú, bó yá wǔ yi, bónú jǐ ní má gbo e dó ó.
18.44 A la septième fois, il dit : Voici un petit nuage qui s'élève de la mer, et qui est comme la paume de la main d'un homme. Élie dit : Monte, et dis  à Achab : Attelle et descends, afin que la pluie ne t'arrête pas.

Zaanɖé kpowun ɔ́, akpɔ́kpɔ́ kpé jǐnukúnsin bǐ, bɔ ablu dó, bɔ jɔhɔn jɛ nyinyi jí, bɔ jǐ ɖaxó ɖé bɛ́, bó ja ɖésú, bɔ Akábu xá kɛkɛ́ví tɔn jí, bó ɖidó Izleyɛ́li.
18.45 En peu d'instants, le ciel s'obscurcit par les nuages, le vent s'établit,  et il y eut une forte pluie. Achab monta sur son char, et partit pour Jizreel. 

Mawu Mavɔmavɔ nɔ kpɔ́ xá Elíi, bɔ é sin gǒjíblánú tɔn, bó kán wezun ɖo Akábu nukɔn káká yi Izleyɛ́li.
18.46 Et la main de l'Éternel fut sur Élie, qui se ceignit les reins et courut devant Achab jusqu'à l'entrée de Jizreel.