Retour aux chapitres

Retour à la page principale

La Bible en fongbe

1 Axɔ́sú 17 - 1 Rois 17
Elíi Ticibéenu ɔ́ xwlé Mawu nú axɔ́sú Akábu ɖɔ: “Mawu Mavɔmavɔ ɖo gbɛ; ɖo Mawu Izlayɛ́li tɔn e sín mɛsɛntɔ́ un nyí ɔ́ nyíkɔ mɛ ɔ́, un ɖo ɖiɖɔ nú we wɛ ɖɔ: ‘Xwe e jǎwe lɛ́ɛ mɛ ɔ́, ahǔn ná ja ǎ, jǐ ká ná ja ǎ, káká jɛ hwenu e un ná ɖɔ é.’ ”
17.1 Élie, le Thischbite, l'un des habitants de Galaad, dit à Achab : L'Éternel est vivant, le Dieu d'Israël, dont je suis le serviteur! il n'y aura  ces années-ci ni rosée ni pluie, sinon à ma parole.

Énɛ́ ɔ́ gúdo ɔ́, Mawu Mavɔmavɔ ɖɔ nú Elíi ɖɔ:
17.2 Et la parole de l'Éternel fut adressée à Élie, en ces mots : 

“Gosín fí, bó yi zǎnzǎnhwe jí, bó yi hwlá cí tɔhwín Keliti tɔn e ɖo Judɛ́ɛn tɔ ɔ́ sín zǎnzǎnhwe jí ɔ́ kpá.
17.3 Pars d'ici, dirige-toi vers l'orient, et cache-toi près du torrent de  Kerith, qui est en face du Jourdain. 

A nǎ nɔ́ nu tɔ ɔ́ sín sin. Un ko ná gbe avǔnsákɔwó lɛ́ɛ ɖɔ yě ní nɔ́ hɛn nǔɖuɖu wá nú we ɖo fínɛ́.”
17.4 Tu boiras de l'eau du torrent, et j'ai ordonné aux corbeaux de te nourrir là. 

Elíi bló lě e Mawu Mavɔmavɔ ɖɔ gbɔn n'i é. É yi cí tɔhwín Keliti tɔn ɔ́ tó.
17.5 Il partit et fit selon la parole de l'Éternel, et il alla s'établir près du  torrent de Kerith, qui est en face du Jourdain. 

Avǔnsákɔwó lɛ́ɛ nɔ hɛn wɔ̌xúxú kpódó lan kpó wá n'i zǎnzǎn gbada, bɔ é nɔ́ nu tɔhwín ɔ́ sín sin.
17.6 Les corbeaux lui apportaient du pain et de la viande le matin, et du  pain et de la viande le soir, et il buvait de l'eau du torrent.

Ée Elíi ɖo fínɛ́ káká ɔ́, tɔ ɔ́ wá xú, ɖó jǐ sɔ́ ja ɖo to ɔ́ mɛ ǎ.
17.7 Mais au bout d'un certain temps le torrent fut à sec, car il n'était point  tombé de pluie dans le pays.

Énɛ́ ɔ́, Mawu Mavɔmavɔ ɖɔ nú Elíi ɖɔ:
17.8 Alors la parole de l'Éternel lui fut adressée en ces mots : 

“Sɔ́ nǔ bó yi Salɛpúta ɖo Sidɔ́ɔn kpá, bó nɔ fínɛ́. Un ko ná gbe nyɔ̌nu asúkúsi ɖé ɖo dɔ̌n ɖɔ ní nɔ ná nǔɖuɖu we.”
17.9 Lève-toi, va à Sarepta, qui appartient à Sidon, et demeure là. Voici, j'y ai ordonné à une femme veuve de te nourrir.

Ée Mawu Mavɔmavɔ ɖɔ mɔ̌ ɔ́, Elíi sɔ́ nǔ, bó ɖidó, bó yi Salɛpúta. Ée é jɛ toxo ɔ́ sín hɔn nukɔn ɔ́, é mɔ nyɔ̌nu asúkúsi ɖé ɖo nakí cyán wɛ. É ylɔ́ nyɔ̌nu ɔ́, bó ɖɔ n'i ɖɔ: “Kɛnklɛ́n bó yi wún sin kpɛɖé wá nú mì, bónú ma nu.”
17.10 Il se leva, et il alla à Sarepta. Comme il arrivait à l'entrée de la ville,  voici, il y avait là une femme veuve qui ramassait du bois. Il l'appela, et dit : Va me chercher, je te prie, un peu d'eau dans un vase, afin que je  boive.

Ée é ɖɔ mɔ̌ ɔ́, nyɔ̌nu ɔ́ ɖidó sin ɔ́ wún gbé, bɔ Elíi lɛ́ ylɔ́ ɛ, bó ɖɔ n'i ɖɔ: “Kɛnklɛ́n bó hɛn wɔ̌xúxú kpɛɖé wá nú mì d'é jí.”
17.11 Et elle alla en chercher. Il l'appela de nouveau, et dit : Apporte-moi,  je te prie, un morceau de pain dans ta main.

Bɔ nyɔ̌nu ɔ́ xwlé nǔ n'i ɖɔ: “Mawu Mavɔmavɔ, Mawu towe ɖo gbɛ! Un ko ɖa nǔ ɖěbǔ ǎ. Linfín alɔgogo ɖokpó jɛ́n ɖo ká mɛ nú mì, bɔ ami kpɛɖé kpo ɖo go mɛ nú mì. Éɖíe un ɖo nakí kwín we ɖé cyán wɛ din, bo ná yi xwé gbe bó yi ɖa, bɔ nyɛ kpódó vǐ ce kpó ná ɖu e. Nú mǐ ɖu énɛ́ ɔ́, nǔɖé sɔ́ kpo nú mǐ zɛ kú wú ǎ.”
17.12 Et elle répondit : L'Éternel, ton Dieu, est vivant ! je n'ai rien de cuit,  je n'ai qu'une poignée de farine dans un pot et un peu d'huile dans une  cruche. Et voici, je ramasse deux morceaux de bois, puis je rentrerai et je  préparerai cela pour moi et pour mon fils ; nous mangerons, après quoi nous mourrons.

Elíi ka xwlé Mawu n'i ɖɔ: “Ado ma hu we ó, yi bo bló lě e a ɖɔ gbɔn ɔ́. Amɔ̌, to zé dó ɖa wɔ̌xúxú kpɛví ɖé, bó zé wá nú mì hwɛ̌. Énɛ́ ɔ́ gúdo ɔ́, a nǎ ɖa hwi kpódó vǐ towe kpó tɔn.
17.13 Élie lui dit : Ne crains point, rentre, fais comme tu as dit. Seulement, prépare-moi d'abord avec cela un petit gâteau, et tu me l'apporteras ; tu en feras ensuite pour toi et pour ton fils.

Đó nǔ e Mawu Mavɔmavɔ, Mawu Izlayɛ́li tɔn ɖɔ ɔ́ ɖíe: ‘Linfínká ɔ́ ná jɛ vɔ̌ ǎ, amigo ɔ́ ná jɛ vɔ̌ ǎ, káká yi jɛ gbe e gbe nyɛ Mawu Mavɔmavɔ ná bló bɔ jǐ ná ja kɔn nyi ayǐkúngban ɔ́ jí dó é.’ ”
17.14 Car ainsi parle l'Éternel, le Dieu d'Israël : La farine qui est dans le  pot ne manquera point et l'huile qui est dans la cruche ne diminuera point, jusqu'au jour où l'Éternel fera tomber de la pluie sur la face du sol.

Ée Elíi ɖɔ mɔ̌ ɔ́, nyɔ̌nu ɔ́ yi bó bló lě e é ɖɔ gbɔn ɔ́, bɔ é kpódó vǐ tɔn kpó, kpódó Elíi kpó mɔ nǔ bó ɖu xɔ azǎn.
17.15 Elle alla, et elle fit selon la parole d'Élie. Et pendant longtemps elle  eut de quoi manger, elle et sa famille, aussi bien qu'Élie. 

Linfínká ɔ́ jɛ vɔ̌ ǎ, amigo ɔ́ jɛ vɔ̌ ǎ lě e Mawu Mavɔmavɔ ɖɔ gbɔn, gbɔn Elíi jí é.
17.16 La farine qui était dans le pot ne manqua point, et l'huile qui était dans la cruche ne diminua point, selon la parole que l'Éternel avait prononcée par Élie. 

Ée nǔ énɛ́ lɛ́ɛ jɛ wá yi ɔ́, asúkúsi e yí gbeyíɖɔ Mawu tɔn ɔ́ dó xwé gbe ɔ́ sín vǐ wlí azɔn. Azɔn ɔ́ syɛ́n káká bɔ gbɔjɛ tɔn xwɛ.
17.17 Après ces choses, le fils de la femme, maîtresse de la maison, devint  malade, et sa maladie fut si violente qu'il ne resta plus en lui de respiration.

Ée vǐ ɔ́ sín gbɔjɛ xwɛ mɔ̌ ɔ́, nyɔ̌nu ɔ́ ɖɔ nú Elíi ɖɔ: “Étɛ́wú wɛ a wa mɔ̌ xá mì gbeyíɖɔ Mawu tɔn? A nǎ flín hwɛ e un hu lɛ́ɛ Mawu, bó ná hu vǐ ce wú wɛ a wǎ a?”
17.18 Cette femme dit alors à Élie: Qu'y a-t-il entre moi et toi, homme de Dieu ? Es-tu venu chez moi pour rappeler le souvenir de mon iniquité, et pour faire mourir mon fils ?

Ée nyɔ̌nu ɔ́ ɖɔ mɔ̌ ɔ́, Elíi ɖɔ n'i ɖɔ: “Zě vǐ ɔ́ nú mì.” Vǐ ɔ́ ká ɖo nyɔ̌nu ɔ́ sín awa mɛ bɔ Elíi yí i, bó zé e yi xɔ e mɛ é nɔ nɔ é mɛ ɖo jǐ, bó zé e mlɔ́ zan tɔn jí.
17.19 Il lui répondit : Donne-moi ton fils. Et il le prit du sein de la femme, le monta dans la chambre haute où il demeurait, et le coucha sur son lit. 

Énɛ́ ɔ́ gúdo ɔ́, é ylɔ́ Mawu Mavɔmavɔ bó ɖɔ: “Mawu Mavɔmavɔ, Mawu ce, nyɔ̌nu asúkúsi élɔ́ yí mì ɖó xwé tɔn gbe. A hu vǐ tɔn bó ná dó wa nǔ xá ɛ nǔgbó wɛ a?”
17.20 Puis il invoqua l'Éternel, et dit : Éternel, mon Dieu, est-ce que tu  affligerais, au point de faire mourir son fils, même cette veuve chez qui j'ai  été reçu comme un hôte ?

Ée Elíi ɖɔ mɔ̌ ɔ́, é mlɔ́ vǐ ɔ́ jí azɔn atɔn, bó ylɔ́ Mawu Mavɔmavɔ bo ɖɔ: “Mawu Mavɔmavɔ, Mawu ce, kɛnklɛ́n bó fɔ́n vǐ élɔ́ wá gbɛ.”
17.21 Et il s'étendit trois fois sur l'enfant, invoqua l'Éternel, et dit : Éternel,  mon Dieu, je t'en prie, que l'âme de cet enfant revienne au dedans de lui !

Mawu Mavɔmavɔ se xó e Elíi ɖɔ ɔ́, bó fɔ́n vǐ ɔ́ wá gbɛ, bɔ é jɛ gbigbɔjɛ́ jí,
17.22 L'Éternel écouta la voix d'Élie, et l'âme de l'enfant revint au-dedans de lui, et il fut rendu à la vie.

bɔ Elíi zé e wá do, lobo sɔ́ ɛ jó nú nɔ tɔn, bó ɖɔ n'i ɖɔ: “Kpɔ́n! Vǐ towe ɖíe, é ɖo gbɛ.”
17.23 Élie prit l'enfant, le descendit de la chambre haute dans la maison, et  le donna à sa mère. Et Élie dit : Vois, ton fils est vivant.

Ée nyɔ̌nu ɔ́ mɔ mɔ̌ ɔ́, é ɖɔ nú Elíi ɖɔ: “Un mɔ din ɖɔ gbeyíɖɔ Mawu tɔn wɛ a nyǐ nǔgbó, bɔ xó Mawu Mavɔmavɔ tɔn e nɔ tɔ́n sín nu towe mɛ ɔ́ nyí nǔgbó.”
17.24 Et la femme dit à Élie : Je reconnais maintenant que tu es un homme de Dieu, et que la parole de l'Éternel dans ta bouche est vérité.