Retour aux chapitres

Retour à la page principale

La Bible en fongbe

1 Axɔ́sú 3 - 1 Rois 3
Axɔ́sú Salomɔ́ɔ da axɔ́sú Ejípu tɔn sín vǐ ɖokpó dó jɛ akɔ xá ɛ. É kplá asi tɔn ɔ́ yi ɖó Davídi Toxo mɛ, ɖo Jeluzalɛ́mu, có bó wá gbá xɔ é ɖésúnɔ tɔn ɔ́ fó, bó gbá sinsɛnxɔ Mawu Mavɔmavɔ tɔn, lobo mɛ dǒ lɛ́ lɛ̌ dó Jeluzalɛ́mu toxo ɔ́.
3.1 Salomon s'allia par mariage avec Pharaon, roi d'Égypte. Il prit pour  femme la fille de Pharaon, et il l'amena dans la ville de David, jusqu'à ce qu’il eût achevé de bâtir sa maison, la maison de l'Éternel, et le mur  d'enceinte de Jérusalem.

Vɔ̌sákpe e gbɔn só jí só jí lɛ́ɛ jí wɛ togun ɔ́ nɔ́ sá vɔ̌ nú Mawu Mavɔmavɔ ɖe hwe énɛ́ ɔ́ nu, ɖó è ko gbá sinsɛnxɔ nú Mawu Mavɔmavɔ ǎ.
3.2 Le peuple ne sacrifiait que sur les hauts lieux, car jusqu'à cette époque il n'avait point été bâti de maison au nom de l'Éternel.

Salomɔ́ɔ yí wǎn nú Mawu Mavɔmavɔ, bó nɔ́ xwedó nǔ e tɔ́ tɔn Davídi ɖɔ é. Lo ɔ́, vɔ̌sákpe e ɖo só jí lɛ́ɛ jí wɛ élɔ́ nɔ́ xwlé vɔ̌sánú lɛ́ɛ kpó zǎlínkpɔ́n kpó Mawu ɖe.
3.3 Salomon aimait l'Éternel, et suivait les coutumes de David, son père.  Seulement c'était sur les hauts lieux qu'il offrait des sacrifices et des parfums.

É wá su gbe ɖokpó, bɔ axɔ́sú ɔ́ ɖidó Gabawɔ́ɔn, bó ná yi sá vɔ̌ nú Mawu ɖo fínɛ́, ɖó vɔ̌sákpe énɛ́ ɔ́ wɛ nyí vɔ̌sákpe e ɖo tají é. É kó dó vɔ̌sánú maxamaxa zo nú Mawu ɖo vɔ̌sákpe e ɖo tɛn énɛ́ ɔ́ mɛ é jí ɖ'ayǐ.
3.4 Le roi se rendit à Gabaon pour y sacrifier, car c'était le principal des hauts lieux. Salomon offrit mille holocaustes sur l'autel.

Hwenu e Salomɔ́ɔ ɖo Gabawɔ́ɔn ɔ́, Mawu Mavɔmavɔ wá xo dlɔ̌ ɛ zǎn mɛ, bó ɖɔ n'i ɖɔ: “Byɔ̌ nǔ e jló we é, nú má ná we.”
3.5 A Gabaon, l'Éternel apparut en songe à Salomon pendant la nuit, et Dieu lui dit : Demande ce que tu veux que je te donne.

Ée Mawu Mavɔmavɔ ɖɔ mɔ̌ ɔ́, Salomɔ́ɔ ɖɔ n'i ɖɔ: “A nyɔ̌ xomɛ dó mɛsɛntɔ́ towe tɔ́ ce Davídi wú tawun. Đó Davídi ɔ́, gbɛtɔ́ ɖé wɛ bɔ è nǎ ɖeji dó wǔ tɔn; é nɔ wa nǔ jlɔ́jlɔ́, bó sɔ́ xomɛ ɖó wɛn nú we, bɔ a nyɔ̌ xomɛ énɛ́ ɔ́ dó wǔ tɔn, bó ná ɛ vǐ súnnu ɖokpó, bɔ é wá jínjɔ́n axɔ́súzinkpo tɔn jí lě e mɔ gbɔn wɛ è ɖe égbé é.
3.6 Salomon répondit : Tu as traité avec une grande bienveillance ton serviteur David, mon père, parce qu'il marchait en ta présence dans la  fidélité, dans la justice, et dans la droiture de coeur envers toi ; tu lui as  conservé cette grande bienveillance, et tu lui as donné un fils qui est assis  sur son trône, comme on le voit aujourd'hui.

Mawu Mavɔmavɔ, Mawu ce, din ɔ́, a sɔ́ nyɛ mɛsɛntɔ́ towe dó ɖó axɔ́sú dó tɔ́ ce Davídi tɛnmɛ. Yɔkpɔ́vú wɛ un ka nyí. Un tunwun lě e un ná wa azɔ̌ énɛ́ ɔ́ gbɔn ɔ́ ǎ.
3.7 Maintenant, Éternel mon Dieu, tu as fait régner ton serviteur à la place  de David, mon père; et moi je ne suis qu'un jeune homme, je n'ai point  d'expérience. 

Nyɛ mɛsɛntɔ́ towe ɔ́, un wá mɔ nyɛɖée ɖo togun e a sɔ́ ɔ́ nu. Yě sukpɔ́ ɖésú, bɔ è sixú tunwun nabí e yě nyí é tawun ǎ.
3.8 Ton serviteur est au milieu du peuple que tu as choisi, peuple immense,  qui ne peut être ni compté ni nombré, à cause de sa multitude.

Énɛ́ ɔ́ wú ɔ́, nǎ nǔnywɛ́ e nyɛ mɛsɛntɔ́ towe ná sixú ɖó bó nɔ togun towe nu, bó ná sixú tunwun nǔ ɖagbe kpó nǔ nyanya kpó. Énɛ́ ɔ́ mɛ vo ɔ́, mɛ ɖěbǔ sixú nɔ togun towe wɔ̌buwɔ́bú énɛ́ ɔ́ nu ǎ.”
3.9 Accorde donc à ton serviteur un coeur intelligent pour juger ton peuple, pour discerner le bien du mal ! Car qui pourrait juger ton peuple, ce peuple si nombreux ?

Nǔ énɛ́ e Salomɔ́ɔ byɔ́ ɔ́ nyɔ́ Mawu Mavɔmavɔ nukún mɛ,
3.10 Cette demande de Salomon plut au Seigneur.

bɔ é ɖɔ n'i ɖɔ: “A byɔ́ jidɔ́ ǎ, a byɔ́ dɔkun ǎ, a ka byɔ́ kɛntɔ́ towe lɛ́ɛ sín kú ǎ; a byɔ́ nǔnywɛ́ bó ná dó wa nǔ jlɔ́jlɔ́ ɖo togun ce nu.
3.11 Et Dieu lui dit : Puisque c'est là ce que tu demandes, puisque tu ne  demandes pour toi ni une longue vie, ni les richesses, ni la mort de tes  ennemis, et que tu demandes de l'intelligence pour exercer la justice, 

Énɛ́ ɔ́ wú ɔ́, un ná bló lě e a ɖɔ gbɔn ɔ́, un ná ná nǔnywɛ́ kpódó nukúnnú mɔ jɛ nǔ mɛ kpó we. Un ná ná we sɔ mɔ̌, bɔ mɛɖé ná ko ɖó nǔnywɛ́ towe ɖɔhun kpɔ́n ǎ, mɛɖé ká ná lɛ́ ɖó gbeɖé ǎ.
3.12 voici, j'agirai selon ta parole. Je te donnerai un coeur sage et  intelligent, de telle sorte qu'il n'y aura eu personne avant toi et qu'on ne  verra jamais personne de semblable à toi. 

Un ná lɛ́ ná we nǔ e a ma byɔ́ ǎ é. A ɖɔ a nǎ jɛ dɔkun, a nǎ xɔ susu, bɔ ɖo gbɛzán towe bǐ mɛ ɔ́, axɔ́sú ɖěbǔ ná jɛ dɔkun, bó ná xɔ susu towe ɖɔhun ǎ.
3.13 Je te donnerai, en outre, ce que tu n'as pas demandé, des richesses et  de la gloire, de telle sorte qu'il n'y aura pendant toute ta vie aucun roi qui  soit ton pareil. 

Nú a nɔ wa jlǒ ce, bó nɔ nyi sɛ́n ce lɛ́ɛ, lobo nɔ bló nǔ e un zɔ́n lɛ́ɛ tɔ́ towe Davídi ɖɔhun ɔ́, un ná dó azǎn gbɛzán towe jí.”
3.14 Et si tu marches dans mes voies, en observant mes lois et mes  commandements, comme l'a fait David, ton père, je prolongerai tes jours.

Salomɔ́ɔ fɔ́n sín amlɔ mɛ, bo mɔ ɖɔ Mawu wɛ xo dlɔ̌ émí. É lɛ́ kɔ wá yi Jeluzalɛ́mu, bo yi akɔjijɛgbá Mawu Mavɔmavɔ tɔn ɔ́ kɔn. É xwlé vɔ̌sánú e è nɔ dó zo lɛ́ɛ kpódó kɔnɖókpɔ́ vɔ́ lɛ́ɛ kpó Mawu, bó ylɔ́ agɔ̌ nú gǎn hɔn-yitɔ́ tɔn lɛ́ɛ bǐ.
3.15 Salomon s'éveilla. Et voilà le songe. Salomon revint à Jérusalem, et se présenta devant l'arche de l'alliance de l'Éternel. Il offrit des holocaustes et  des sacrifices d'actions de grâces, et il fit un festin à tous ses serviteurs. 

Nyɔ̌nu agalɛtɔ́ we wá axɔ́sú Salomɔ́ɔ gɔ́n gbe ɖokpó.
3.16 Alors deux femmes prostituées vinrent chez le roi, et se présentèrent  devant lui.

Mɛ ɖokpó ɖɔ n'i ɖɔ: “Sɛ́mɛɖó, kɛnklɛ́n! Nyɛ kpódó nyɔ̌nu élɔ́ kpó ɔ́, xwé ɖokpó ɔ́ gbe wɛ mǐ nɔ́ nɔ. É ɖo fínɛ́ bɔ un ji vǐ súnnu ɖokpó.
3.17 L'une des femmes dit : Pardon !mon seigneur, moi et cette femme  nous demeurions dans la même maison, et je suis accouché près d'elle dans la maison. 

Azǎn tɔn atɔn gɔ́ ɔ́ gbe ɔ́, élɔ́ ji vǐ súnnu ɖokpó. Nyɛ kpódó éyɛ́ kpó jɛ́n ká ɖo xwé ɔ́ gbe. Mɛ ɖěvo sɔ́ ɖo fínɛ́ xá mǐ ǎ, mǐ mɛ we lɛ́ɛ géé jɛ́n ɖo fínɛ́.
3.18 Trois jours après, cette femme est aussi accouché. Nous habitions  ensemble, aucun étranger n'était avec nous dans la maison, il n'y avait que nous deux.

Éyɛ́ mlɔ́ vǐ tɔn jí ɖo zǎn mɛ, bɔ é kú.
3.19 Le fils de cette femme est mort pendant la nuit, parce qu'elle s'était  couchée sur lui.

Ée nǔ cí mɔ̌ ɔ́, é fɔ́n zǎnxwete bɔ hwenu e un ɖo amlɔ dɔ́ wɛ ɔ́, é wá zé nyɛ mɛsɛntɔ́ mɛtɔn sín vǐ sín akpá ce, bó zé e yi mlɔ́ akpá, lobo zé éyɛ́ tɔn kúkú ɔ́ wá mlɔ́ akpá nyɛtɔn.
3.20 Elle s'est levée au milieu de la nuit, elle a pris mon fils à mes côtés  tandis que ta servante dormait, et elle l'a couché dans son sein ; et son fils  qui était mort, elle l'a couché dans mon sein.

Ée un fɔ́n zǎnzǎn bó ja anɔ̌ ná vǐ ce gbé ɔ́, un mɔ ɖɔ é kó kú. Énɛ́ ɔ́, un zé e jɛ wěziza nu, bó kpɔ́n ɛ tlítlí, lobo mɔ ɖɔ é kún nyí vǐ ce ɖíe ó.”
3.21 Le matin, je me suis levée pour allaiter mon fils ; et voici, il était mort. Je l'ai regardé attentivement le matin ; et voici, ce n'était pas mon fils  que j'avais enfanté. 

Hwenɛ́nu ɔ́, nyɔ̌nu ɖě ɔ́ sú xó, bó ɖɔ: “Adingban wɛ! Vǐ nyɛtɔn wɛ ɖo gbɛ, vǐ towe ɔ́ wɛ kú!” Nyɔ̌nu nukɔn tɔn ɔ́ ká lɛ́ yí xó bó ɖɔ: “Nǔvú wɛ! Vǐ towe ɔ́ wɛ kú, nyɛ tɔn ɔ́ wɛ ɖo gbɛ!” Lě e yě ɖo nǔ dɔn xá yěɖée wɛ gbɔn ɖo axɔ́sú ɔ́ nukɔn ɔ́ nɛ́.
3.22 L'autre femme dit : Au contraire ! c'est mon fils qui est vivant, et c'est ton fils qui est mort. Mais la première répliqua : Nullement ! C'est ton fils qui est mort, et c'est mon fils qui est vivant. C'est ainsi qu'elles parlèrent  devant le roi.

Axɔ́sú ɔ́ wá yí xó, bó ɖɔ: “Mɛ ɖě nɔ́ ɖɔ: ‘Ce wɛ ɖo gbɛ, towe wɛ kú!’ Bɔ mɛ ɖě nɔ́ ɖɔ: ‘Nǔvú wɛ, towe wɛ kú! Bɔ ce ɖo gbɛ!’
3.23 Le roi dit : L'une dit : C'est mon fils qui est vivant, et c'est ton fils qui est mort ; et l'autre dit : Nullement ! c'est ton fils qui est mort, et c'est mon  fils qui est vivant.

É nyɔ́! Mi zé hwǐ ɖokpó wá nú mì.” Ée è zě hwǐ ɔ́ wá n'i ɔ́,
3.24 Puis il ajouta : Apportez-moi une épée. On apporta une épée devant le  roi. 

é ɖɔ: “Mi sɛ́n vǐ e ɖo gbɛ ɔ́ ɖó we, bo zé akpá ɖokpó jó nú mɛ ɖokpó, bó zé akpá wegɔ́ ɔ́ jó nú mɛ ɖě ɔ́.”
3.25 Et le roi dit : Coupez en deux l'enfant qui vit, et donnez-en la moitié à  l'une et la moitié à l'autre. 

Ée axɔ́sú ɔ́ ɖɔ mɔ̌ ɔ́, nyɔ̌nu e sín vǐ ɖo gbɛ ɔ́, vǐ tɔn vɛ́ n'i, bɔ é sú xó bó ɖɔ: “Gbeɖé sɛ́mɛɖó! È ma hu vǐ ɔ́ ó, è sɔ́ ɛ jó n'i!” Nyɔ̌nu ɖě ɔ́ ká ɖɔ: “É ná gú mǐ bǐ! Mi sɛ́n ɛ ɖó we!”
3.26 Alors la femme dont le fils était vivant sentit ses entrailles s'émouvoir  pour son fils, et elle dit au roi : Ah ! mon seigneur, donnez-lui l'enfant qui vit, et ne le faites point mourir. Mais l'autre dit : Il ne sera ni à moi ni à  toi ; coupez-le !

Ée nyɔ̌nu énɛ́ ɔ́ ɖɔ mɔ̌ ɔ́, axɔ́sú ɔ́ yí xó, bo ɖɔ: “Mi sɔ́ vǐ gbɛɖe ɔ́ jó nú nyɔ̌nu nukɔn tɔn ɔ́, mi ma hu i ó. É wɛ nyí vǐ ɔ́ sín nɔ.”
3.27 Et le roi, prenant la parole, dit : Donnez à la première l'enfant qui vit, et ne le faites point mourir. C'est elle qui est sa mère. 

Izlayɛ́li to ɔ́ bǐ se lě e axɔ́sú ɔ́ gbo hwɛ ɔ́ gbɔn ɔ́, bó nɔ ɖó sísí n'i, ɖó è mɔ ɖɔ Mawu ná ɛ nǔnywɛ́ titewungbe, bɔ é ná nɔ dó ɖɔ hwɛ ná.
3.28 Tout Israël apprit le jugement que le roi avait prononcé. Et l'on craignit le roi, car on vit que la sagesse de Dieu était en lui pour le diriger dans ses jugements.