Retour aux chapitres

Retour à la page principale

La Bible en fongbe

2 Samuwɛ́li 14 - 2 Samuel 14
Jowabu Selúya ví ɔ́ mɔ ɖɔ Davídi ɖo ganjí xá Abusalɔ́mu,
14.1 Joab, fils de Tseruja, s'aperçut que le coeur du roi était porté pour Absalom.

bó sɛ́ mɛ dó nyɔ̌nu bíbí ɖokpó gbé mɛ, ɖo Tekowa, bɔ é wá lobɔ é ɖɔ n'i ɖɔ: “A nǎ wa nǔ mɛ ɖo aluwɛ mɛ ɖɔhun, bó ná dó nǔwamɛwu; a nǎ sá nǔsáwǔ ǎ, a nǎ cí nyɔ̌nu e mɛ tɔn ɖé kú bɔ é ɖo avǐ tɔn ya wɛ bɔ é kó lín é ɖɔhun.
14.2 Il envoya chercher à Tekoa une femme habile, et il lui dit : Montre-toi désolée, et revêts des habits de deuil; ne t'oins pas d'huile, et sois comme une femme qui depuis longtemps pleure un mort.

Mɔ̌ wɛ a nǎ zɔn, bó yi axɔ́sú ɔ́ gɔ́n, bó ná ɖɔ xó e un ná ɖɔ nú we lɛ́ɛ n'i.” Bɔ Jowabu ɖɔ xó e nyɔ̌nu ɔ́ ná yi ɖɔ nú Davídi ɔ́ n'i.
14.3 Tu iras ainsi vers le roi, et tu lui parleras de cette manière. Et Joab lui mit dans la bouche ce qu'elle devait dire.

Nyɔ̌nu ɔ́ yi mɔ axɔ́sú ɔ́, bó xwe agbɔ̌nnusú do ɖo asá tɔn mɛ bó sú xó ɖɔ: “Sɛ́mɛɖó, hwlɛ́n mì!”
14.4 La femme de Tekoa alla parler au roi. Elle tomba la face contre terre et se prosterna, et elle dit : O roi, sauve-moi !

Bɔ axɔ́sú ɔ́ kanbyɔ́ ɛ ɖɔ: “Nɛ̌ ká gbɔn nú we?” Bɔ nyɔ̌nu ɔ́ ɖɔ: “Asú ce wɛ kú, asúkúsi wɛ nú mì.
14.5 Le roi lui dit : Qu'as-tu ? Elle répondit : Oui, je suis veuve, mon mari est mort!

Un ka ɖó vǐ súnnu we bɔ yě xo hun ɖo gle mɛ, bɔ mɛ ɖokpó hu mɛ ɖokpó, ɖó mɛ ɖěbǔ ɖo fínɛ́ bó ɖá yě ǎ.
14.6 Ta servante avait deux fils ; il se sont tous deux querellés dans les champs, et il n'y avait personne pour les séparer; l'un a frappé l'autre, et l'a tué.

Din ɔ́, hɛ̌nnu ɔ́ bǐ sí te dó nyɛ mɛsɛntɔ́ mɛtɔn jí, bó nɔ́ ɖɔ: ‘Ɖe mɛ e hu nɔví tɔn é tɔ́n nú mǐ, nú mǐ ná hu i. Mǐ nǎ hu i dó ba hlɔn nú nɔví tɔn e kú é! Mǐ ná hu i, bó ná sú gǔɖutɔ́ ɔ́ sín kún dó.’ Ényí yě bló mɔ̌ din ɔ́, yě ná vívá nǔ e ɖó nukún wɛ un ɖe ɔ́ sín kún dó, bɔ asú ce sɔ́ ná ɖó donu ɖěbǔ ɖo ayǐkúngban jí fí ǎ.”
14.7 Et voici, toute la famille s'est levée contre ta servante, en disant : Livre le meurtrier de son frère ! Nous voulons le faire mourir, pour la vie de son frère qu'il a tué ; nous voulons détruire même l'héritier ! Ils éteindraient ainsi le tison qui me reste, pour ne laisser à mon mari ni nom ni survivant sur la face de la terre.

Ée é ɖɔ mɔ̌ ɔ́, axɔ́sú ɔ́ ɖɔ n'i ɖɔ: “Yi xwé towe gbe, un ná ɖɔ xó dó xó towe wú.”
14.8 Le roi dit à la femme : Va dans ta maison. Je donnerai des ordres à ton sujet.

Ée axɔ́sú ɔ́ ɖɔ mɔ̌ ɔ́, nyɔ̌nu ɔ́ lɛ́ ɖɔ n'i ɖɔ: “Sɛ́mɛɖó! Nú é ji nǔɖé ɔ́, nyɛ kpó mɛ ce lɛ́ɛ kpó wɛ ná kpan. Nǔ e é ná ji ɔ́ ná nɔ kɔ nú mɛ ǎ, é ká ná nɔ kɔ nú acɛkpikpa mɛtɔn ǎ.”
14.9 La femme de Tekoa dit au roi : C'est surmoi, ô roi mon seigneur, et sur la maison de mon père, que le châtiment va tomber; le roi et son trône n'auront pas à en souffrir.

Bɔ axɔ́sú ɔ́ ɖɔ n'i ɖɔ: “Ényí mɛ ɖé kɛ nu dó wǔ we hǔn, kplá mɛ ɔ́ wá nú mì; é sɔ́ ná ɖo yiyi wɛ bo ná ɖɔ nǔɖé nú we gbeɖé ǎ.”
14.10 Le roi dit : Si quelqu'un parle contre toi, amène-le-moi, et il ne lui arrivera plus de te toucher.

Bɔ nyɔ̌nu ɔ́ ɖɔ: “Sɛ́mɛɖó, è nǐ zin alɔ dó akɔ́n nú mì ɖo Mawu Mavɔmavɔ, Mawu mɛtɔn nukɔn, bónú mɛ e ja vǐ ce sín hlɔn ba gbé ɔ́ má ɖo nǔ dó sin wɛ káká bó wá hu vǐ ɖokpó e kpo nú mì é ó.” Bɔ axɔ́sú ɔ́ xwlé Mawu n'i ɖɔ: “Mawu Mavɔmavɔ ɖo gbɛ; ɖa e ɖo vǐ towe ta é ɖokpó ná jɛ kɔ́ mɛ ǎ. Nyi wɛ ɖɔ mɔ̌ nú we.”
14.11 Elle dit : Que le roi se souvienne de l'Éternel, ton Dieu, afin que le vengeur du sang n'augmente pas la ruine, et qu'on ne détruise pas mon fils ! Et il dit : L'Éternel est vivant ! il ne tombera pas à terre un cheveu de ton fils.

Bɔ nyɔ̌nu ɔ́ ɖɔ: “Sɛ́mɛɖó, è kɛnklɛ́n má lɛ́ ɖɔ xó ɖokpó nú mɛ.” Bɔ axɔ́sú ɔ́ ɖɔ: “A ɖǒ xó ɖé hǔn ɖɔ.”
14.12 La femme dit : Permets que ta servante dise un mot à mon seigneur le roi. Et il dit : Parle !

Bɔ é ɖɔ nú axɔ́sú ɔ́ ɖɔ: “Étɛ́wú mɛ ka lin nǔ mɔ̌hun dó togun Mawu tɔn wú? Lě e mɛ ɖɔ xó gbɔn din zaanɖé ɔ́ slɛ́ mɛ, ɖɔ mɛ wa nǔ nyi do. Étɛ́wú mɛ ma ka sɛ́ wɛn dó Abusalɔ́mu bónú é gosín to e mɛ é hɔn yi cí é, bó wá xwé ǎ.
14.13 La femme dit : Pourquoi penses-tu de la sorte à l'égard du peuple de Dieu, puisqu'il résulte des paroles mêmes du roi que le roi est comme coupable en ne rappelant pas celui qu'il a proscrit ?

Nǔgbó wɛ; mǐ bǐ wɛ ná kú bó yi sin e gba kɔn nyi kɔ́ mɛ bɔ è ma sɔ́ sixú xwá ǎ é ɖɔhun. Amɔ̌, linlin Mawu tɔn wɛ nyí ɖɔ mɛ e è gbɛ̌ sín vǐ mɛ din bɔ é yi é ɔ́, má sɔ́ wá ó ǎ.
14.14 Il nous faut certainement mourir, et nous serons comme des eaux répandues à terre et qui ne se rassemblent plus ; Dieu n'ôte pas la vie, mais il désire que le fugitif ne reste pas banni de sa présence.

Sɛ́mɛɖó, ényí un wá ɖo xó élɔ́ lɛ́ɛ ɖɔ nú mɛ wɛ égbé din ɔ́, xɛsi e dó mì wɛ togun ɔ́ ɖe ɔ́ wɛ zɔ́n. Bɔ un gbɔ bo ɖɔ un ná wá jɛ hwɛ nú mɛ, afɔ nyɔ́ ɔ́, mɛ sixú bló nǔ e ba wɛ un ɖe ɔ́ nú mì.
14.15 Maintenant, si je suis venu dire ces choses au roi mon seigneur, c'est que le peuple m'a effrayée. Et ta servante a dit : Je veux parler au roi ; peut-être le roi fera-t-il ce que dira sa servante.

Axɔ́sú ɔ́ ná hwlɛ́n nyi kpó vǐ ce kpó gán ɖo mɛ e jló ná ɖe mǐ sín togun Mawu tɔn mɛ ɔ́ sí.
14.16 Oui, le roi écoutera sa servante, pour la délivrer de la main de ceux qui cherchent à nous exterminer, moi et mon fils, de l'héritage de Dieu.

Sɛ́mɛɖó, nǔ e un nɔ lin ɔ́ ɖíe: ‘Xó e axɔ́sú ɔ́ ná ɖɔ ɔ́ ná fá xomɛ nú mɛ bǐ, ɖó sɛ́mɛɖó ce ɔ́, wɛnsagun Mawu tɔn ɖɔhun wɛ mɛ cí, mɛ tunwun nǔ e nyɔ́ ɔ́ kpó nǔ e gblé ɔ́ kpó.’ Mawu Mavɔmavɔ, Mawu mɛtɔn ní nɔ kpɔ́ xá mɛ.”
14.17 Ta servante a dit : Que la parole de mon seigneur le roi me donne le repos. Car mon seigneur le roi est comme un ange de Dieu, prêt à entendre le bien et le mal. Et que l'Éternel, ton Dieu, soit avec toi!

Bɔ axɔ́sú ɔ́ ɖɔ nú nyɔ̌nu ɔ́ ɖɔ: “Un ná kan nǔ ɖokpó byɔ́ we. Ma hwlá xomɛ dó mì ó.” Bɔ nyɔ̌nu ɔ́ ɖɔ: “Sɛ́mɛɖó, un ɖo xó mɛtɔn se wɛ.”
14.18 Le roi répondit, et dit à la femme: Ne me cache pas ce que je vais te demander. Et la femme dit : Que mon seigneur le roi parle !

Bɔ axɔ́sú ɔ́ ɖɔ: “Xó énɛ́ lɛ́ɛ e a ɖɔ nú mì din ɔ́, Jowabu ɖó nu ɖ'é mɛ ǎ cé?” Bɔ nyɔ̌nu ɔ́ xwlé nǔ nú axɔ́sú ɔ́ ɖɔ: “Sɛ́mɛɖó, mɛ ɖo gbɛ; xó nǔgbó ɔ́ nɛ́ mɛ ɖɔ nɛ́. Mɛsɛntɔ́ mɛtɔn Jowabu wɛ to nǔ e un wá ɖɔ lɛ́ɛ bǐ dó así nú mì.
14.19 Le roi dit alors : La main de Joab n'est-elle pas avec toi dans tout ceci ? Et la femme répondit : Aussi vrai que ton âme est vivante, ô roi monseigneur, il n'y a rien à droite ni à gauche de tout ce que dit mon seigneur le roi. C'est, en effet, ton serviteur Joab qui m'a donné des ordres, et qui amis dans la bouche de ta servante toutes ces paroles.

É wa mɔ̌ bó ná dó dɔn nǔ lɛ́ɛ bǐ wlú. Amɔ̌, hwɛ sɛ́mɛɖó ɔ́, mɛ ɖó nǔnywɛ́ wɛnsagun Mawu tɔn ɖɔhun, bó nɔ tunwun nǔ e ɖo jijɛ wɛ ɖo ayǐkúngban ɔ́ jí é.”
14.20 C'est pour donner à la chose une autre tournure que ton serviteur Joab a fait cela. Mais mon seigneur est aussi sage qu'un ange de Dieu, pour connaître tout ce qui se passe sur la terre.

Énɛ́ ɔ́ gúdo ɔ́, axɔ́sú ɔ́ ɖɔ nú Jowabu ɖɔ: “Un ná gbɔ bo bló lě e a ɖɔ gbɔn é. Yi kplá vǐ ce Abusalɔ́mu wá.”
14.21 Le roi dit à Joab : Voici, je veux bien faire cela ; va donc, ramène le jeune homme Absalom.

Ée axɔ́sú ɔ́ ɖɔ mɔ̌ ɔ́, Jowabu xwe agbɔ̌nnusú do, bó ɖe kɔ́, bó dó kú nú mɛ bo ɖɔ: “Sɛ́mɛɖó, nyi mɛsɛntɔ́ mɛtɔn mɔ din ɖɔ un mɔ fɛ́nú ɖo gɔ̌n mɛtɔn, ɖó mɛ bló nǔ e nyɛ mɛsɛntɔ́ mɛtɔn jló é.”
14.22 Joab tomba la face contre terre et se prosterna, et il bénit le roi. Puis il dit : Ton serviteur connaît aujourd'hui que j'ai trouvé grâce à tes yeux, ô roi mon seigneur, puisque le roi agit selon la parole de son serviteur.

Ée é ɖɔ mɔ̌ ɔ́, é sí te bo yi Gɛcúu, bó yi kplá Abusalɔ́mu wá Jeluzalɛ́mu.
14.23 Et Joab se leva et partit pour Gueschur, et il ramena Absalom à Jérusalem.

Lo ɔ́, axɔ́sú ɔ́ ɖɔ: “É ní yi xwé tɔn gbe; é ná mɔ nukún ce mɛ ǎ.” Bɔ Abusalɔ́mu yi xwé tɔn gbe; é mɔ axɔ́sú ɔ́ nukún mɛ nǔgbó ǎ. Davídi dó hwɛ gbɔ xá Abusalɔ́mu
14.24 Mais le roi dit : Qu'il se retire dans sa maison, et qu'il ne voie point ma face. Et Absalom se retira dans sa maison, et il ne vit point la face du roi.

Mɛ ɖěbǔ ɖo Izlayɛ́li to ɔ́ mɛ bó nyɔ́ ɖɛkpɛ sɔ Abusalɔ́mu ǎ. È kpɔ́n ɛ sín ta káká yi afɔ ɔ́, blɔ̌ ɖěbǔ ɖo wǔ tɔn ǎ.
14.25 Il n'y avait pas un homme dans tout Israël aussi renommé qu'Absalom pour sa beauté ; depuis la plante du pied jusqu'au sommet de la tête, il n'y avait point en lui de défaut.

Xwewú xwewú tɛgbɛ ɔ́, nú ɖa tɔn gɔ́ dín ɔ́, è nɔ kpa n'i. Đa e è nɔ kpa sín ta n'i ɔ́ nɔ da hú kilóo we.
14.26 Lorsqu'il se rasait la tête, -c'était chaque année qu'il se la rasait, parce que sa chevelure lui pesait, -le poids des cheveux de sa tête était de deux cents sicles, poids du roi.

Abusalɔ́mu ɖó vǐ súnnu atɔn, vǐ nyɔ̌nu ɖokpó. È nɔ ylɔ́ vǐ nyɔ̌nu ɔ́ ɖɔ Tamáa. Vǐ ɖé wɛ bó nyɔ́ ɖɛkpɛ ɖésú.
14.27 Il naquit à Absalom trois fils, et une fille nommée Tamar, qui était une femme belle de figure.

Abusalɔ́mu bló xwe we ɖo Jeluzalɛ́mu ma mɔ axɔ́sú ɔ́ nukún mɛ.
14.28 Absalom demeura deux ans à Jérusalem, sans voir la face du roi.

É sɛ́ wɛn dó Jowabu gbe ɖokpó, bó ná sɛ́ ɛ dó axɔ́sú ɔ́ gɔ́n, bɔ Jowabu ka jló ná wá ǎ. Abusalɔ́mu lɛ́ sɛ́ wɛn dó e azɔn wegɔ́ ɔ́ bɔ Jowabu lɛ́ gbɛ́ wǐwá.
14.29 Il fit demander Joab, pour l'envoyer vers le roi ; mais Joab ne voulut point venir auprès de lui. Il le fit demander une seconde fois ; et Joab ne voulut point venir.

Bɔ Abusalɔ́mu gbɔ bo ɖɔ nú mɛsɛntɔ́ tɔn lɛ́ɛ ɖɔ: “Mi mɔ Jowabu sín gle a, é ɖo gle ce kpá; ɔ́ji ɖo gle ɔ́ jí din. Mi yi dó gle ɔ́ zo.” Bɔ mɛsɛntɔ́ lɛ́ɛ yi dó gle ɔ́ zo nǔgbó.
14.30 Absalom dit alors à ses serviteurs : Voyez, le champ de Joab est à côté du mien ; il y a de l'orge ; allez et mettez-y le feu. Et les serviteurs d'Absalom mirent le feu au champ.

Jowabu sɔ́ nǔ tlóló bó yi mɔ Abusalɔ́mu ɖo xwé tɔn gbe, bó ɖɔ: “Étɛ́wú mɛsɛntɔ́ towe lɛ́ɛ ka dó gle ce zo?”
14.31 Joab se leva et se rendit auprès d'Absalom, dans sa maison. Il lui dit : Pourquoi tes serviteurs ont-ils mis le feu au champ qui m'appartient ?

Bɔ Abusalɔ́mu yí gbe nú Jowabu ɖɔ: “Nǔ e wú wɛ ɔ́, un ɖɔ hwi ní wá gɔ̌n ce bɔ a gbɛ̌. Un ka jló ná sɛ́ we dó axɔ́sú ɔ́ gɔ́n wɛ, bɔ a nǎ yi kanbyɔ́ ɛ nú mì ɖɔ étɛ́wú un ka lɛ́ kɔ sín Gɛcúu wá é jí? Un gbɔ bo nɔ dɔ̌n ɔ́, é nyɔ́ hú. Din ɔ́, un jló ná yi mɔ axɔ́sú ɔ́, bónú hwɛ ɖé wɛ un hu ɔ́, é ná gbɔ bo hu mì.”
14.32 Absalom répondit à Joab : Voici, je t'ai fait dire: Viens ici, et je t'enverrai vers le roi, afin que tu lui dises : Pourquoi suis-je revenu de Gueschur? Il vaudrait mieux pour moi que j'y fusse encore. Je désire maintenant voir la face du roi ; et s'il y a quelque crime en moi, qu'il méfasse mourir.

Jowabu yi dó wɛn énɛ́ axɔ́sú ɔ́, bɔ axɔ́sú ɔ́ sɛ́ wɛn dó Abusalɔ́mu, bɔ é kán wezun bo wá xwe agbɔ̌nnusú do ɖo axɔ́sú ɔ́ sá mɛ. Énɛ́ ɔ́, axɔ́sú ɔ́ kplá así kɔ n'i.
14.33 Joab alla vers le roi, et lui rapporta cela. Et le roi appela Absalom, qui vint auprès de lui et se prosterna la face contre terre en sa présence. Le roi baisa Absalom.