Retour aux chapitres

Retour à la page principale

La Bible en fongbe

1 Samuwɛ́li 1 - 1 Samuel 1
Dǎwe ɖé tíin, bó nɔ́ nyí Ɛlukana, bó nɔ́ nɔ Hlamatayímu-Sofímu, ɖo sókan Eflayímu tɔn mɛ, ɖo tokpɔnla Súfu ví lɛ́ɛ tɔn mɛ. Ɛlukana ɔ́, Eflayímu ví wɛ, bó nyí Yeloxámu ví; Yeloxámu ká nyí Elihu ví, bɔ Elihu ká nyí Tohu ví, bɔ Tohu nyí Súfu ví.
1.1 Il y avait un homme de Ramathaïm Tsophim, de la montagne d'Éphraïm, nommé Elkana, fils de Jeroham, fils d'Élihu, fils de Thohu, fils de Tsuph, Éphratien.

Asi we wɛ Ɛlukana ɖó; mɛ ɖokpó nyí Ana, bɔ mɛ wegɔ́ ɔ́ nyí Penína. Penína ɖó vǐ, Ana ká ɖó vǐ ɖě ǎ.
1.2 Il avait deux femmes, dont l'une s'appelait Anne, et l'autre Peninna ; Peninna avait des enfants, mais Anne n'en avait point.

Xwewú xwewú tɛgbɛ ɔ́, Ɛlukana nɔ gosín toxo tɔn mɛ, bó nɔ́ yi Silóo toxo mɛ, bó nɔ́ yi sɛn Mawu Mavɔmavɔ, Mawu Nǔbǐwúkpétɔ́ ɔ́, bó nɔ sá vɔ̌ n'i. Eli ví, Hofíni kpó Pínxási kpó wɛ nyí vɔ̌sánú-xwlémawutɔ́ ɖo Silóo fínɛ́.
1.3 Chaque année, cet homme montait de sa ville à Silo, pour se prosterner devant l'Éternel des armées et pour lui offrir des sacrifices. Là se trouvaient les deux fils d'Éli, Hophni et Phinées, sacrificateurs de l'Éternel.

Ɛlukana sá vɔ̌ gbeɖé ɔ́, é nɔ́ ná lan asi tɔn Penína ɔ́, bó nɔ́ ná lan vǐ tɔn súnnu kpó nyɔ̌nu kpó.
1.4 Le jour où Elkana offrait son sacrifice, il donnait des portions à Peninna, sa femme, et à tous les fils et à toutes les filles qu'il avait d'elle.

Lo ɔ́, lan e é nɔ́ ná mɛ ɖě lɛ́ɛ ɖokpó ɖokpó ɔ́, mɔ̌hunkɔtɔn donu we wɛ é nɔ ná Ana, ɖó é yí wǎn n'i ɖésú. Mawu Mavɔmavɔ ná ɛ vǐ ǎ có Ɛlukana yí wǎn n'i.
1.5 Mais il donnait à Anne une portion double ; car il aimait Anne, que l'Éternel avait rendue stérile.

Ana ɔ́, asísi tɔn nɔ ɖo nǔ ɖɔ ba ɛ wɛ, bó ná dó dó aɖi xomɛ n'i ɖó vǐ e Mawu Mavɔmavɔ ma ná ɛ ǎ é wú.
1.6 Sa rivale lui prodiguait les mortifications, pour la porter à s'irriter de ce que l'Éternel l'avait rendue stérile.

Xwewú xwewú tɛgbɛ ɔ́, nú Ana ko yi Mawu Mavɔmavɔ xwé gbe ɔ́, nǔ ɖokpó ɔ́ jɛ́n nɔ́ jɛ. É ká wá jɛ xwe ɖokpó mɛ, bɔ Ana ko lɛ́ ɖo avǐ ya wɛ, bó gbɛ́ nǔ ɖu,
1.7 Et toutes les années il en était ainsi. Chaque fois qu'Anne montait à la maison de l'Éternel, Peninna la mortifiait de la même manière. Alors elle pleurait et ne mangeait point.

bɔ asú tɔn kanbyɔ́ ɛ ɖɔ: “Ana, étɛ́wú a ka ɖo avǐ ya wɛ bó gbɛ́ nǔ ɖu? Étɛ́wú a ka ɖo aluwɛ mɛ? Nyɛ ma hú vǐ wǒ nú we ǎ cé?”
1.8 Elkana, son mari, lui disait : Anne, pourquoi pleures-tu, et ne manges- tu pas ?pourquoi ton coeur est-il attristé ? Est-ce que je ne vaux pas pour toi mieux que dix fils ?

Ée yě ɖu nǔ bó nu sin fó ɖo Silóo fínɛ́ ɔ́, Ana sí te, bó yi Mawu Mavɔmavɔ xwé ɔ́ sín hɔntogbó jí. Eli vɔ̌sánú-xwlémawutɔ́ ɔ́ ká ɖo ayǐjínjɔ́n ɖo hɔnkpo ɔ́ kpá.
1.9 Anne se leva, après que l'on eut mangé et bu à Silo. Le sacrificateur Éli était assis sur un siège, près de l'un des poteaux du temple de l'Éternel.

Akpɔ ɖó Ana ɖésú, bɔ é xo ɖɛ kpó avǐ kpó,
1.10 Et, l'amertume dans l'âme, elle pria l'Éternel et versa des pleurs.

bó ɖɔ: “Mawu Mavɔmavɔ Nǔbǐwúkpétɔ́, ényí a kɛnklɛ́n bó nyi kɔ kpɔ́n wǔvɛ́ e mɔ wɛ nyɛ mɛsɛntɔ́ towe ɖe ɔ́, ényí a flín mì bó má wɔn mì ǎ, bó ná vǐ súnnu ɖokpó nyɛ mɛsɛntɔ́ towe ɔ́, un ná sɔ́ vǐ ɔ́ ɖó vo nú we, bɔ é ná nyí towe kúgbe gbɛgbe, bɔ è nǎ xwlɛ́ ta n'i gbeɖé ǎ; énɛ́ ɔ́ ná ɖe xlɛ́ ɖɔ è sɔ́ ɛ ɖó vo nú we.”
1.11 Elle fit un voeu, en disant : Éternel des armées ! si tu daignes regarder l'affliction de ta servante, si tu te souviens de moi et n'oublies point ta servante, et si tu donnes à ta servante un enfant mâle, je le consacrerai à l'Éternel pour tous les jours de sa vie, et le rasoir ne passera point sur sa tête.

Ée é ɖo ɖɛ xo wɛ bɔ é wá jɛ lǐnlín jí ɔ́, Eli jɛ nu tɔn kpɔ́n jí.
1.12 Comme elle restait longtemps en prière devant l'Éternel, Éli observa sa bouche.

Ana ɖo ɖɛ xo dó xomɛ wɛ, bɔ mɛɖé ɖo gbe tɔn se wɛ ǎ, nu tɔn kɛ́ɖɛ́ jɛ́n ɖo wǔ dán wɛ, bɔ Eli vɛdó ɖɔ ahan wɛ é nu mú sín,
1.13 Anne parlait dans son coeur, et ne faisait que remuer les lèvres, mais on n'entendait point sa voix. Éli pensa qu'elle était ivre,

bó ɖɔ: “Káká hwetɛ́nu ahan ka ná nɔ jǐ we yi jɛ? Ahan ɔ́ ní hɔ́n nú we lo.”
1.14 et il lui dit : Jusques à quand seras-tu dans l'ivresse ? Fais passer ton vin.

Ana ka yí gbe n'i ɖɔ: “Éeǒ aklúnɔ ce, nyɔ̌nu ɖé wɛ nú mì bɔ un ɖo wǔvɛ́ mɔ wɛ ɖo ayi mɛ. Un nu vɛ̌ɛn ǎ, un ka nu ahan syɛ́nsyɛ́n ɖěbǔ ǎ. Nǔ e ɖo xo ce mɛ ɔ́ ɖɔ nú Mawu Mavɔmavɔ wɛ un ɖe.
1.15 Anne répondit : Non, mon seigneur, je suis une femme qui souffre en son coeur, et je n'ai bu ni vin ni boisson enivrante ; mais je répandais mon âme devant l'Éternel.

Ma mɔ nyɛ mɛsɛntɔ́ towe dó mɔ nyɔ̌nu nǔvɔ́nɔ ó. Ɖó wǔvɛ́ e mɔ wɛ un ɖe din ɔ́ kpó aɖi e ɖó mì ɔ́ kpó wɛ zɔ́n bɔ un ɖo ɖɛ xo wɛ káká wá jɛ din.”
1.16 Ne prends pas ta servante pour une femme pervertie, car c'est l'excès de ma douleur et de mon chagrin qui m'a fait parler jusqu'à présent.

Ée é ɖɔ mɔ̌ ɔ́, Eli ɖɔ: “Yi kpódó fífá kpó; Mawu Izlayɛ́li tɔn ní ná nǔ e a byɔ́ ɔ́ we.”
1.17 Éli reprit la parole, et dit : Va en paix, et que le Dieu d'Israël exauce la prière que tu lui as adressée !

Ana ka yí gbe n'i ɖɔ: “A nyɔ̌ xomɛ dó nyɛ mɛsɛntɔ́ towe wú mɛ nya!” Ée é ɖɔ mɔ̌ ɔ́, é yi bó ɖu nǔ, bɔ nukún tɔn mɛ jɛ ayǐ.
1.18 Elle dit : Que ta servante trouve grâce à tes yeux ! Et cette femme s'en alla. Elle mangea, et son visage ne fut plus le même.

Ɛlukana kpó mɛ tɔn lɛ́ɛ kpó fɔ́n zǎn, bó yi ɖe kɔ́ nú Mawu Mavɔmavɔ bó lɛ́ kɔ yi xwé ɖo Hlama. Ana ji Samuwɛ́li Ɛlukana ɖó xó xá asi tɔn Ana ɔ́, bɔ Mawu Mavɔmavɔ ná ɛ nǔ e Ana byɔ́ é.
1.19 Ils se levèrent de bon matin, et après s'être prosternés devant l'Éternel, ils s'en retournèrent et revinrent dans leur maison à Rama. Elkana connut Anne, sa femme, et l'Éternel se souvint d'elle.

Đo xwe nɛ́ xwe ɔ́, Ana mɔ xo bo ji vǐ súnnu ɖokpó, bó ɖɔ dó ayi mɛ ɖɔ émí ná sun nyǐ i ɖɔ Samuwɛ́li, ɖó Mawu Mavɔmavɔ wɛ émí byɔ́ .
1.20 Dans le cours de l'année, Anne devint enceinte, et elle enfanta un fils, qu'elle nomma Samuel, car, dit-elle, je l'ai demandé à l'Éternel.

Énɛ́ ɔ́ gúdo ɔ́, asú tɔn Ɛlukana lɛ́ yi Silóo, é kpódó xwédo tɔn bǐ kpó, bó wá yi sá xwetavɔ́ nú Mawu Mavɔmavɔ, bó lɛ́ sá vɔ̌ ɖokpó; vɔ̌ énɛ́ ɔ́, akpá tɔn wɛ é dó.
1.21 Son mari Elkana monta ensuite avec toute sa maison, pour offrir à l'Éternel le sacrifice annuel, et pour accomplir son voeu.

Amɔ̌, Ana yi ɖě xwe nɛ́ xwe ǎ. É ɖɔ nú asú tɔn ɖɔ: “Nú vǐ ɔ́ kó ɖe anɔ̌ ɔ́, un ná kplá ɛ yi, bó ná sɔ́ ɛ yi xwlé Mawu Mavɔmavɔ, bɔ é ná nɔ fínɛ́ káká sɔ́yi.”
1.22 Mais Anne ne monta point, et elle dit à son mari: Lorsque l'enfant sera sevré, je le mènerai, afin qu'il soit présenté devant l'Éternel et qu'il reste là pour toujours.

Asú tɔn ká ɖɔ n'i ɖɔ: “Blǒ lě e a mɔ ɖɔ é ná nyɔ́ gbɔn é; nɔ te bónú vǐ ɔ́ ɖe anɔ̌. Mawu Mavɔmavɔ ní vɛ́ ɖe akpá e é dó é.” Nǔgbó ɔ́, Ana cí Hlama, bó ná anɔ̌ vǐ ɔ́ káká bɔ vǐ ɔ́ ɖe anɔ̌.
1.23 Elkana, son mari, lui dit : Fais ce qui te semblera bon, attends de l'avoir sevré. Veuille seulement l'Éternel accomplir sa parole ! Et la femme resta et allaita son fils, jusqu'à ce qu'elle le sevrât.

Ée vǐ ɔ́ ɖe anɔ̌ ɔ́, é kplá ɛ yi Mawu Mavɔmavɔ xwé ɖo Silóo. É kpó asú tɔn kpó hɛn nyibúsú e ɖó xwe atɔn ɔ́ ɖokpó, linfín ati ɖokpó, kpó vɛ̌ɛn anyǔglo ɖokpó kpó dó vǐ ɔ́ jí, bɔ yě yi Mawu Mavɔmavɔ xwé ɖo Silóo. Vǐ ɔ́ ká kpo ɖo kpɛví tawun.
1.24 Quand elle l'eut sevré, elle le fit monter avec elle, et prit trois taureaux, un épha de farine, et une outre de vin. Elle le mena dans la maison de l'Éternel à Silo : l'enfant était encore tout jeune.

Yě hu nyibúsú ɔ́ dó sá vɔ̌, bó kplá vǐ ɔ́ hɛn yi Eli gɔ́n.
1.25 Ils égorgèrent les taureaux, et ils conduisirent l'enfant à Éli.

Ana ɖɔ n'i ɖɔ: “Aklúnɔ ce, a flín nyɔ̌nu e wá fí gbe ɖokpó, bó wá sa vo nú Mawu Mavɔmavɔ é a? Un xwlé nǔ nú we; nyɔ̌nu ɔ́ jɛ́n ɖíe mɔ wɛ a ɖe e; ényí mɛ ɖěvo wɛ ǎ.
1.26 Anne dit : Mon seigneur, pardon ! aussi vrai que ton âme vit, mon seigneur, je suis cette femme qui me tenait ici près de toi pour prier l'Éternel.

Vǐ e byɔ́ Mawu Mavɔmavɔ wɛ un ɖe, bó ɖo ɖɛ xo wɛ hwenɛ́nu é ɖíe Mawu Mavɔmavɔ se ɖɛ ce e.
1.27 C'était pour cet enfant que je priais, et l'Éternel a exaucé la prière que je lui adressais.

Din ɔ́, nyɛ lɔ jló ná sɔ́ vǐ ɔ́ ná Mawu Mavɔmavɔ, bɔ é ná nyí étɔn káká sɔ́yi.” Bɔ yě ɖe kɔ́ nú Mawu Mavɔmavɔ.
1.28 Aussi je veux le prêter à l'Éternel : il sera toute sa vie prêté à l'Éternel. Et ils se prosternèrent là devant l'Éternel.