Retour aux chapitres

Retour à la page principale

La Bible en fongbe

Hwliti 3 - Ruth 3
Nɔemíi ɖɔ nú Hwliti gbe ɖokpó ɖɔ: “Vǐ ce, un jló ɖɔ a nǐ da asú bó vo.
3.1 Naomi, sa belle-mère, lui dit : Ma fille, je voudrais assurer ton repos, afin que tu fusses heureuse.

Lě e a ko tunwun gbɔn ɔ́, Bowozi e jó we dó bɔ a cyán nǔkún ɖo azɔ̌watɔ́ tɔn nyɔ̌nu lɛ́ɛ gúdo ɔ́, mɛ mǐtɔn wɛ. Égbé gbadanu ɔ́, é ná yi só nǔkún ɖo kɔ́xota ɖo gle tɔn mɛ.
3.2 Et maintenant Boaz, avec les servantes duquel tu as été, n'est-il pas  notre parent ? Voici, il doit vanner cette nuit les orges qui sont dans l'aire.

Din ɔ́, nǔ e a nǎ wa ɔ́ ɖíe: yi lɛ wǔ, bó sá nǔ, bó ba acɔ́ ganjí. Énɛ́ ɔ́ gúdo ɔ́, a nǎ yi fí e só nǔkún ɖe wɛ é ɖe é. Ma ka lɔn nú é mɔ we cóbó ɖu nǔ bó nu ahan fó ó.
3.3 Lave-toi et oins-toi, puis remets tes habits, et descends à l'aire. Tu ne te  feras pas connaître à lui, jusqu'à ce qu'il ait achevé de manger et de boire.

É xwe ayǐ mlɔ́ gbé ɔ́, a nǎ kpɔ́n fí e é ná mlɔ́ ɔ́ ganjí. Énɛ́ ɔ́ gúdo ɔ́, a nǎ sɛkpɔ́ ɛ bó ɖe avɔ sín afɔ tɔn jí, bó ná mlɔ́ afɔ tɔn ligbé. A blǒ mɔ̌ ɔ́, é ɖésú ná ɖɔ nǔ e a nǎ wa ɔ́ nú we.”
3.4 Et quand il ira se coucher, observe le lieu où il se couche. Ensuite va,  découvre ses pieds, et couche-toi. Il te dira lui-même ce que tu as à faire.

Hwliti yí gbe n'i ɖɔ émí ná bló nǔ e é ɖɔ nú émí ɔ́ bǐ.
3.5 Elle lui répondit : Je ferai tout ce que tu as dit.

Hwliti ka yi kɔ́xota fí e Bowozi nɔ́ só nǔkún ɖe é bó bló nǔ e asú tɔn nɔ zɔ́n ɔ́ bǐ pɛ́pɛ́pɛ́.
3.6 Elle descendit à l'aire, et fit tout ce qu'avait ordonné sa belle-mère.

Bowozi ɖu nǔ bó nu ahan, bɔ xomɛ hun i ganjí, bɔ é yi mlɔ́ jinukún tɔn e é kplé ɔ́ kpá. Hwliti sɛkpɔ́ ɛ dɛ̌dɛ̌, bó ɖe avɔ sín afɔ tɔn jí, bó mlɔ́ afɔ tɔn ligbé.
3.7 Boaz mangea et but, et son coeur était joyeux. Il alla se coucher à  l'extrémité d'un tas de gerbes. Ruth vint alors tout doucement, découvrit  ses pieds, et se coucha.

Ée zǎn vlɔ́ ɖó we ɔ́, Bowozi nyí fɔ́n hawun, bó nya dó nukɔn bó mɔ nyɔ̌nu ɖo ayǐmlɔ́mlɔ́ ɖo afɔ tɔn ligbé.
3.8 Au milieu de la nuit, cet homme eut une frayeur; il se pencha, et voici, une femme était couchée à ses pieds.

Ée é mɔ mɔ̌ ɔ́, é ɖɔ: “Hwi mɛ̌ ká nɛ́?” Nyɔ̌nu ɔ́ ká yí gbe n'i ɖɔ: “Nyɛ mɛsɛntɔ́ towe Hwliti wɛ, kɛnklɛ́n yí mì dó xɔ towe sá, ɖó a ɖǒ acɛ bó ná kpé nukún wǔ ce.”
3.9 Il dit : Qui es-tu ? Elle répondit : Je suis Ruth, ta servante ; étends ton aile sur ta servante, car tu as droit de rachat.

Bowozi ɖɔ n'i ɖɔ: “Mawu Mavɔmavɔ ní xo ɖɛ dó jǐ towe se a yɔkpɔ́. Nǔ e a blǒ din ɔ́ lɛ́ ɖe lě e a yǐ wǎn nú asú towe mɛ lɛ́ɛ, bó ɖo gbejí nú yě gbɔn ɔ́ xlɛ́, hú nǔ e a ko bló ɖ'ayǐ é. Đó a yi ba dɔ̌nkpɛvú wamamɔnɔ abǐ dɔkunnɔ ɖé ǎ.
3.10 Et il dit : Sois bénie de l'Éternel, ma fille ! Ce dernier trait témoigne encore plus en ta faveur que le premier, car tu n'as pas recherché des jeunes gens, pauvres ou riches.

Din ɔ́ yɔkpɔ́, ma ɖi xɛsi ó, un ná bló nǔ e a nǎ ɖɔ ɔ́ bǐ nú we, ɖó mɛ bǐ wɛ tunwun ɖɔ nyɔ̌nu jijɔɖagbenɔ wɛ nú we.
3.11 Maintenant, ma fille, ne crains point ; je ferai pour toi tout ce que tu diras ; car toute la porte de mon peuple sait que tu es une femme vertueuse.

Nǔgbó wɛ, un ɖó acɛ bó ná kpé nukún wǔ we, amɔ̌, mɛ ɖěvo ɖe bó sɛkpɔ́ we hú nyɛ.
3.12 Il est bien vrai que j'ai droit de rachat, mais il en existe un autre plus  proche que moi.

Dɔ̌ fí, sɔ zǎnzǎn tɛɛn ɔ́, un ná yi mɔ ɛ, nú é yí gbe, bó ná kpé nukún wǔ we ɔ́, é ná bló. Nú é má ká jló ǎ ɔ́, nyɛ ná kpé nukún wǔ we, Mawu Mavɔmavɔ Gbɛɖe ɔ́ nukɔn ɖíe ɖɔ ɖe wɛ un ɖe e. Amɔ̌, to mlɔ́ ayǐ hwɛ̌ nú ayǐ ní hɔ́n.”
3.13 Passe ici la nuit. Et demain, s'il veut user envers toi du droit de rachat,  à la bonne heure, qu'il le fasse ; mais s'il ne lui plaît pas d'en user envers toi, j'en userai, moi, l'Éternel est vivant ! Reste couchée jusqu'au matin.

Bɔ Hwliti mlɔ́ afɔ tɔn ligbé fínɛ́ káká bɔ ayǐ hɔ́n. É ká yá wǔ fɔ́n zǎn bó sí te cóbɔ gbɛmɛ hɔ́n. Bowozi ka ɖɔ n'i ɖɔ: “Mɛ ɖé ní má tunwun ɖɔ nyɔ̌nu wá dɔ́ fí ó.”
3.14 Elle resta couchée à ses pieds jusqu'au matin, et elle se leva avant qu'on pût se reconnaître l'un l'autre. Boaz dit : Qu'on ne sache pas qu'une femme est entrée dans l'aire. 

É lɛ́ ɖɔ n'i ɖɔ: “Tún avɔ ɖaxó e a gbǎ ɔ́ bó hɛn ganjí.” É tɛ́ avɔ ɔ́ bɔ Bowozi jlɛ́ nǔkún towungoɖo kanɖé wǒ (50) jɛjí d'é mɛ, lobo ɖíɖá ɛ bɔ é yi xwé.
3.15 Et il ajouta : Donne le manteau qui est sur toi, et tiens-le. Elle le tint, et il mesura six mesures d'orge, qu'il chargea sur elle. Puis il rentra dans la  ville.

É wá asú tɔn nɔ gɔ́n, bɔ asú tɔn nɔ kanbyɔ́ ɛ ɖɔ: “Vǐ ce, nɛ̌ nǔ lɛ́ɛ ká yi gbɔn?” Hwliti wlí nǔ e Bowozi wa n'i ɔ́ bǐ ɖɔ nú asú tɔn nɔ.
3.16 Ruth revint auprès de sa belle-mère, et Naomi dit : Est-ce toi, ma  fille ? Ruth lui raconta tout ce que cet homme avait fait pour elle.

É lɛ́ ɖɔ n'i ɖɔ: “É tlɛ lɛ́ ná mì nǔkún towungoɖo kanɖé wǒ (50) jɛjí élɔ́, bó ɖɔ nyi kún ná lɛ́ kɔ wá mɔ we alɔgbá ó.”
3.17 Elle dit : Il m'a donné ces six mesures d'orge, en disant : Tu ne retourneras pas à vide vers ta belle-mère.

Nɔemíi ɖɔ n'i ɖɔ: “Vǐ ce, nɔ te bó ná kpɔ́n; Bowozi ma ɖɔ xó énɛ́ ɔ́ gbo égbé ǎ ɔ́, é ɖo nǎ gbɔjɛ́ wɛ ǎ.”
3.18 Et Naomi dit : Sois tranquille, ma fille, jusqu'à ce que tu saches  comment finira la chose, car cet homme ne se donnera point de repos qu'il n'ait terminé cette affaire aujourd'hui.