Retour aux chapitres

Retour à la page principale

La Bible en fongbe

Hwliti 2 - Ruth 2
Nya ɖé tíin bɔ è nɔ ylɔ́ ɛ ɖɔ Bowozi; nya énɛ́ ɔ́, Nɔemíi sín asú mɛ lɛ́ɛ ɖě wɛ. Nya nukúnɖéjí ɖé wɛ; é jɛ dɔkun ɖésú.
2.1 Naomi avait un parent de son mari. C'était un homme puissant et riche,  de la famille d'Élimélec, et qui se nommait Boaz.

Hwliti Mɔwabunu ɔ́ byɔ́ gbe Nɔemíi gbe ɖokpó ɖɔ: “Nǎ gbe mì nú ma yi mɛ e ná nyɔ́ xomɛ dó wǔ ce ɔ́ sín gle mɛ, bó ná yi cyán nǔkún e nǔkún-yatɔ́ lɛ́ɛ ma mɔ bó ya ǎ lɛ́ɛ.” Nɔemíi ká yí gbe n'i ɖɔ: “Vǐ ce, bo yi.”
2.2 Ruth la Moabite dit à Naomi : Laisse-moi, je te prie, aller glaner des épis dans le champ de celui aux yeux duquel je trouverai grâce. Elle lui  répondit : Va, ma fille.

Bɔ é yi gle ɖé mɛ, bó yi cyán nǔkún ɖo fí e nǔkún-yatɔ́ lɛ́ɛ kó gbɔn dín é. Lo ɔ́, é ká wá nyí ɖɔ Bowozi, Elimɛlɛ́ki sín mɛ ɔ́ sín gle wɛ.
2.3 Elle alla glaner dans un champ, derrière les moissonneurs. Et il se  trouva par hasard que la pièce de terre appartenait à Boaz, qui était de la famille d'Élimélec.

Ée é ná nɔ zaanɖé ɔ́, Bowozi gosín Bɛteleyɛ́mu wá. É dó gbe nǔkún-yatɔ́ lɛ́ɛ ɖɔ: “Mawu Mavɔmavɔ ní nɔ kpɔ́ xá mi.” Yě ká yí gbe n'i ɖɔ: “Mawu Mavɔmavɔ ní xo ɖɛ dó jǐ towe.”
2.4 Et voici, Boaz vint de Bethléhem, et il dit aux moissonneurs : Quel ‘Eternel soit avec vous ! Ils lui répondirent : Que l'Éternel te bénisse !

Bowozi kanbyɔ́ nǔkún-yatɔ́gán ɔ́ ɖɔ: “Mɛ̌ ví wɛ ka nyí nyɔ̌nu énɛ́ ɔ́?”
2.5 Et Boaz dit à son serviteur chargé de surveiller les moissonneurs : A qui est cette jeune femme ?

Nǔkún-yatɔ́gán ɔ́ ká yí gbe n'i ɖɔ: “Nyɔ̌nu Mɔwabunu e kpó Nɔemíi kpó wá é wɛ.
2.6 Le serviteur chargé de surveiller les moissonneurs répondit : C'est une  jeune femme Moabite, qui est revenue avec Naomi du pays de Moab.

É wá bó ɖɔ è nǐ ná gbe émí, nú émí ná cyán nǔkún e nǔkún-yatɔ́ lɛ́ɛ jó dó nyi gle mɛ lɛ́ɛ. Sín zǎnzǎn e é wá ɔ́, azɔ̌ wa wɛ jɛ́n é ɖe káká jɛ din, é gbɔjɛ́ ɖé vo ǎ.”
2.7 Elle a dit : Permettez-moi de glaner et de ramasser des épis entre les gerbes, derrière les moissonneurs. Et depuis ce matin qu'elle est venue, elle  a été debout jusqu'à présent, et ne s'est reposée qu'un moment dans la  maison.

Bowozi ka ɖɔ nú Hwliti ɖɔ: “Yɔkpɔ́, ɖǒtó mì. Ma sɔ́ yi cyán nǔkún ɖo gle ɖěvo mɛ ó, nɔ fí xá nyɔ̌nu e ɖo azɔ̌ wa nú mì wɛ lɛ́ɛ.
2.8 Boaz dit à Ruth : Écoute, ma fille, ne va pas glaner dans un autre  champ ; ne t'éloigne pas d'ici, et reste avec mes servantes.

Kpɔ́n fí e ya nǔkún gbɔn wɛ nyɔ̌nu lɛ́ɛ ɖe ɖo gle ɔ́ mɛ lɛ́ɛ, bó nɔ gǔdo yětɔn. Un ko ɖɔ nú azɔ̌watɔ́ ce lɛ́ɛ ɖɔ yě ní má dó tagba nú we ó. Ényí sinnugblá sín we hǔn, yi sinzɛ́n ɔ́ kɔn, bó nu sin e azɔ̌watɔ́ lɛ́ɛ dun é.”
2.9 Regarde où l'on moissonne dans le champ, et va après elles. J'ai  défendu à mes serviteurs de te toucher. Et quand tu auras soif, tu iras aux vases, et tu boiras de ce que les serviteurs auront puisé.

Ée Bowozi ɖɔ mɔ̌ n'i ɔ́, é xwe agbɔ̌nnusú do bó ɖe kɔ́, bó ɖɔ: “Nɛ̌ a ka nyɔ́ xomɛ dó wǔ ce sɔ e? Nyɛ mɛ e nyí jǒnɔ ɔ́ a wlǐbo nú mì sɔ mɔ̌?”
2.10 Alors elle tomba sur sa face et se prosterna contre terre, et elle lui dit:  Comment ai-je trouvé grâce à tes yeux, pour que tu t'intéresses à moi, à  moi qui suis une étrangère ?

Bowozi ka yí gbe n'i ɖɔ: “Nǔ e a wa nú asú towe nɔ sín hwenu e asú towe kú ɔ́, lě e a jǒ tɔ́ towe kpó nɔ towe kpó dó, bó jó to towe dó, bó wá ɖo togun e a ma tunwun ɖ'ayǐ ǎ mɛ gbɔn ɔ́, un se bǐ.
2.11 Boaz lui répondit : On m'a rapporté tout ce que tuas fait pour ta belle- mère depuis la mort de ton mari, et comment tu as quitté ton père et ta mère et le pays de ta naissance, pour aller vers un peuple que tu ne connaissais point auparavant.

Mawu Mavɔmavɔ, Mawu Izlayɛ́li tɔn e sín awa glɔ́ a wǎ hɔn hwlá cí ɔ́, ní sú nǔ e a wa ɔ́ sín axɔ́ we, é ní ná ajɔ tɔn we, nú é ní túnflá.”
2.12 Que l'Éternel te rende ce que tu as fait, et que ta récompense soit  entière de la part de l'Éternel, le Dieu d'Israël, sous les ailes duquel tu es  venue te réfugier ! 

Hwliti ɖɔ: “Óo! Sɛ́ ce, xomɛ jɛ́n a nyɔ̌ dó wǔ ce sɔ mɔ̌ a? A dǒ gbɔ nú mì, a zě gbe fífá dó ɖɔ xó nú mì, có nyɛ ka tlɛ sɔ azɔ̌watɔ́ towe lɛ́ɛ ɖě lɔ ǎ.”
2.13 Et elle dit : Oh! que je trouve grâce à tes yeux, mon seigneur ! Car tu  m'as consolée, et tu as parlé au coeur de ta servante. Et pourtant je ne suis  pas, moi, comme l'une de tes servantes.

Ée nǔɖuɖu hwenu su ɔ́, Bowozi ɖɔ nú Hwliti ɖɔ: “Wǎ ɖu nǔ xá mǐ; sɔ́ wɔ̌xúxú bó sún nǔsúnnú.” Ée é ɖɔ mɔ̌ ɔ́, Hwliti jínjɔ́n nǔkún-yatɔ́ lɛ́ɛ kpá, bɔ Bowozi ná ɛ nǔkún mimɛ. É ɖu káká bó gɔ́ xo bɔ é kpo.
2.14 Au moment du repas, Boaz dit à Ruth : Approche, mange du pain, et  trempe ton morceau dans le vinaigre. Elle s'assit à côté des moissonneurs. On lui donna du grain rôti ; elle mangea et se rassasia, et elle garda le  reste.

Ée Hwliti lɛ́ lɛ́ kɔ ɖidó nǔkún cyán gbé ɔ́, Bowozi ɖɔ nú azɔ̌watɔ́ tɔn lɛ́ɛ ɖɔ: “Mi jó e dó nú é cyán nǔkún ɖo nǔkún e mi kplé lɛ́ɛ mɛ, mi ma dó tagba n'i ó.
2.15 Puis elle se leva pour glaner. Boaz donna cet ordre à ses serviteurs :  Qu'elle glane aussi entre les gerbes, et ne l'inquiétez pas,

Đésú lɔ ɔ́, ée mi kplé lɛ́ɛ ɔ́, mi ɖe ɖ'é mɛ, bó sɔ́ nyi ayǐ n'i, bónú é ná cyán. Mi ma ɖɔ xó ɖé n'i ó.”
2.16 et même vous ôterez pour elle des gerbes quelques épis, que vous la laisserez glaner, sans lui faire de reproches.

É cyán nǔkún ɖo gle ɔ́ mɛ káká bɔ gbadanu su, bɔ é só nǔkún e é mɔ é, bɔ é ná yi towungoɖo gban (30) mɔ̌.
2.17 Elle glana dans le champ jusqu'au soir, et elle battit ce qu'elle avait  glané. Il y eut environ un épha d'orge.

É zé yi xwé bó zé xlɛ́ asú tɔn nɔ; é lɛ́ zé nǔ e é ɖu kpo ɔ́ jó n'i.
2.18 Elle l'emporta et rentra dans la ville, et sa belle-mère vit ce qu'elle  avait glané. Elle sortit aussi les restes de son repas, et les lui donna.

Bɔ asú tɔn nɔ kanbyɔ́ ɛ ɖɔ: “Étɛ́! Gle tɛ́ mɛ wɛ a ka yi cyán nǔ ɖe égbé? Gle tɛ́ mɛ a ka wa azɔ̌ ɖe? Mawu Mavɔmavɔ ní xo ɖɛ dó mɛ e wlíbo nú we ɔ́ jí!” Hwliti ɖɔ nú asú tɔn nɔ ɖɔ mɛ e sín gle mɛ émí wa azɔ̌ ɖe ɔ́ nɔ́ nyí Bowozi.
2.19 Sa belle-mère lui dit : Où as-tu glané aujourd'hui, et où as-tu  travaillé ? Béni soit celui qui s'est intéressé à toi ! Et Ruth fit connaître à sabelle mère chez qui elle avait travaillé : L'homme chez qui j'ai travaillé  aujourd'hui, dit-elle, s'appelle Boaz.

Nɔemíi ɖɔ nú Hwliti Mɔwabunu ɔ́ ɖɔ: “Mawu Mavɔmavɔ e nɔ́ kú nǔbláwǔ nú mɛ e ɖo gbɛ lɛ́ɛ kpó mɛ e ko kú lɛ́ɛ kpó ɔ́, ní xo ɖɛ dó nya énɛ́ jí.” Nɔemíi lɛ́ ɖɔ: “Nya énɛ́ ɔ́ mɛ mǐtɔn wɛ. Mɛ e ɖó ná kpé nukún mǐ wú lɛ́ɛ ɖě wɛ.”
2.20 Naomi dit à sa belle-fille : Qu'il soit béni de l'Éternel, qui se montre  miséricordieux pour les vivants comme il le fut pour ceux qui sont morts!  Cet homme est notre parent, lui dit encore Naomi, il est de ceux qui ont sur nous droit de rachat.

Ée é ɖɔ mɔ̌ ɔ́, Hwliti Mɔwabunu ɔ́ lɛ́ yí xó bó ɖɔ: “Nya ɔ́ lɛ́ ɖɔ nú mì ɖɔ nyi ní ɖo nǔkún cyán wɛ ɖo azɔ̌watɔ́ lɛ́ɛ gúdo, káká jɛ hwenu e yě ná ya nǔkún fó dó é.”
2.21 Ruth la Moabite ajouta : Il m'a dit aussi : Reste avec mes serviteurs, jusqu'à ce qu'ils aient achevé toute ma moisson.

Nɔemíi ka lɛ́ ɖɔ nú Hwliti ɖɔ: “Vǐ ce, é nyɔ́ ganjí, bo nɔ yi wa azɔ̌ xá azɔ̌watɔ́ Bowozi tɔn lɛ́ɛ, ɖó a yi mɛ ɖěvo sín gle mɛ din ɔ́, è sixú dó tagba nú we.”
2.22 Et Naomi dit à Ruth, sa belle-fille : Il est bon, ma fille, que tu sortes avec ses servantes, et qu'on ne te rencontre pas dans un autre champ.

Lě e Hwliti nɔ yi cyán nǔkún ɖo azɔ̌watɔ́ Bowozi tɔn lɛ́ɛ gúdo gbɔn káká bɔ è ya nǔkún bǐ vɔ ɔ́ nɛ́. Asú tɔn nɔ gɔ́n jɛ́n é ká kpo ɖe.
2.23 Elle resta donc avec les servantes de Boaz, pour glaner, jusqu'à la fin de la moisson des orges et de la moisson du froment. Et elle demeurait  avec sa belle-mère.