Retour aux chapitres

Retour à la page principale

La Bible en fongbe

Hwɛɖɔtɔ́ 19 - Juges 19
Hwenu e axɔ́sú ɖé ma ɖo Izlayɛ́li ǎ ɔ́, Levíi ví ɖé nɔ́ fí ɖé ɖo fínɛ́, bɔ fí ɔ́ ɖo Eflayímu sókan ɔ́ mɛ, bó ká ɖo gblǒlǒ mɛ. Asi tɔn ɖokpó gosín Bɛteleyɛ́mu ɖo Judáa.
19.1 Dans ce temps où il n'y avait point de roi en Israël, un Lévite, qui  séjournait à l'extrémité de la montagne d'Éphraïm, prit pour sa concubine une femme de Bethléhem de Juda.

Nyɔ̌nu énɛ́ ɔ́ sin xomɛ dó e bó jó e dó, lobo lɛ́ kɔ yi tɔ́ tɔn xwé ɖo Bɛteleyɛ́mu, bó nɔ fínɛ́ nú sun ɛnɛ.
19.2 Sa concubine lui fit infidélité, et elle le quitta pour aller dans la maison de son père à Bethléhem de Juda, où elle resta l'espace de quatre  mois.

Asú tɔn ka sɔ́ nǔ, bó yi mɔ ɛ, bó ná ci kpɛ n'i lobo kplá ɛ wá yi. É kpó mɛsɛntɔ́ tɔn kpó wɛ zɔn, bɔ é hɛn tócí we. Ée é yi nyɔ̌nu ɔ́ xwé ɔ́, nyɔ̌nu ɔ́ kplá ɛ yi byɔ́ tɔ́ tɔn xɔ mɛ; ée nyɔ̌nu ɔ́ sín tɔ́ mɔ ɛ ɔ́, é yí jǒnɔ tɔn kpó awǎjijɛ kpó.
19.3 Son mari se leva et alla vers elle, pour parler à son coeur et la ramener. Il avait avec lui son serviteur et deux ânes. Elle le fit entrer dans  la maison de son père ; et quand le père de la jeune femme le vit, il le reçut  avec joie.

É cí jǐ tɔn nú azǎn atɔn. Levíi ví ɔ́ kpó mɛsɛntɔ́ tɔn kpó nɔ ɖu nǔ, bó nɔ nu ahan, bó nɔ dɔ́ fínɛ́.
19.4 Son beau-père, le père de la jeune femme, le retint trois jours chez lui. Ils mangèrent et burent, et ils y passèrent la nuit.

Azǎn tɔn ɛnɛgɔ́ ɔ́ gbe ɔ́, yě fɔ́n zǎn, bɔ Levíi ví ɔ́ ko sɔ́ nǔ, bó ná ɖidó. Lo ɔ́, yɔkpɔ́ ɔ́ sín tɔ́ ɖɔ nú vǐ tɔn sú ɖɔ: “Nɔ te bó ná ɖu nǔɖé bó ná dó mɔ hlɔ̌nhlɔ́n; énɛ́ ɔ́ gúdo ɔ́, mi na jɛ ali.”
19.5 Le quatrième jour, ils se levèrent de bon matin, et le Lévite se disposait à partir. Mais le père de la jeune femme dit à son gendre : Prends  un morceau de pain pour fortifier ton coeur ; vous partirez ensuite.

Énɛ́ ɔ́, yě mɛ we lɛ́ɛ jínjɔ́n ayǐ bó ɖu nǔ bó nu ahan ɖó kpɔ́. Ée yě ɖu nǔ ɔ́, nyɔ̌nu ɔ́ sín tɔ́ ɖɔ nú vǐ tɔn sú ɖɔ: “Ayi towe ní j'ayǐ, nú a nǐ lɛ́ yí gbe bó dɔ́ fí.”
19.6 Et ils s'assirent, et ils mangèrent et burent eux deux ensemble. Puis le  père de la jeune femme dit au mari: Décide-toi donc à passer la nuit, et  que ton coeur se réjouisse.

Levíi ví ɔ́ ká jló ná yi, lo ɔ́, asi tɔn tɔ́ jɛ kɔ n'i káká bɔ é gbɔ bó yí gbe bó lɛ́ dɔ́ fínɛ́ ɖokpó d'é jí.
19.7 Le mari se levait pour s'en aller; mais, sur les instances de son beau- père, il passa encore la nuit.

Azǎn atɔ́ɔ́ngɔ́ ɔ́ gbe ɔ́, é fɔ́n zǎn bó ná yi, bɔ asi tɔn tɔ́ ɖɔ n'i ɖɔ: “To ɖu nǔ hwɛ̌; mi zé yiyi ɔ́ ɖó hwelɛ́kɔ.” Énɛ́ ɔ́, yě ɖu nǔ ɖó kpɔ́.
19.8 Le cinquième jour, il se leva de bon matin pour partir. Alors le père de la jeune femme dit : Fortifie ton coeur, je te prie ; et restez jusqu'au  déclin du jour. Et ils mangèrent eux deux.

Ée Levíi ví ɔ́ jló ná yi kpó asi tɔn kpó, kpódó mɛsɛntɔ́ tɔn kpó ɔ́, asi tɔn tɔ́ ɖɔ n'i ɖɔ: “Kpɔ́n! Gan mɛ ko sɛ yi, ablu ko ɖo dǐdó wɛ, mi gbɔ bó dɔ́ ayǐ. Ayi towe ní j'ayǐ, nú a nǐ lɛ́ dɔ́ fí ɖokpó d'é jí. Énɛ́ ɔ́, mi ná fɔ́n zǎn sɔ bó ná yi xwé.19.9 Le mari se levait pour s'en aller, avec sa concubine et son serviteur ; mais son beau-père, le père de la jeune femme, lui dit : Voici, le jour  baisse, il se fait tard, passez donc la nuit ; voici, le jour est sur son déclin,  passe ici la nuit, et que ton coeur se réjouisse ; demain vous vous lèverez  de bon matin pour vous mettre en route, et tu t'en iras à ta tente.

“Levíi ví ɔ́ ká gbɛ́ gayɛnu ɖɔ émí kún ná nɔ ayǐ ó, bó wlí ali ɖidó kpó asi tɔn kpó, kpódó tócí tɔn we e è blǎ kpa ná lɛ́ɛ kpó. Yě wǎ Jebuzi; fínɛ́ wɛ è nɔ ylɔ́ din ɖɔ Jeluzalɛ́mu.”
19.10 Le mari ne voulut point passer la nuit, il se leva et partit. Il arriva jusque devant Jebus, qui est Jérusalem, avec les deux ânes bâtés et avec sa concubine.

Ée yě sɛ́ kpɔ́ toxo ɔ́, gan mɛ ko sɛ yi bǐ, bɔ mɛsɛntɔ́ ɔ́ ɖɔ nú gǎn tɔn ɖɔ: “Mǐ ní yi dɔ́ Jebuzinu lɛ́ɛ sín toxo mɛ.”
19.11 Lorsqu'ils furent près de Jebus, le jour avait beaucoup baissé. Le serviteur dit alors à son maître : Allons, dirigeons-nous vers cette ville des Jébusiens, et nous y passerons la nuit. 

Gǎn tɔn ka yí gbe n'i ɖɔ: “Éeǒ! Mǐ ná yi toxo e mɛ mɛ e ma nyí togun Mawu tɔn ǎ lɛ́ɛ ɖe, bɔ Izlayɛ́li ví lɛ́ɛ ɖě ma ɖe ɔ́ ɖěbǔ mɛ ǎ. Mǐ ná hun káká yi Giveya.”
19.12 Son maître lui répondit : Nous n'entrerons pas dans une ville d'étrangers, où il n'y a point d'enfants d'Israël, nous irons jusqu'à Guibea.

É lɛ́ ɖɔ nú mɛsɛntɔ́ tɔn ɖɔ: “Mǐ ní tɛ́nkpɔ́n bó yi Giveya abǐ Hlama; mǐ ná dɔ̌ toxo we énɛ́ lɛ́ɛ ɖokpó mɛ.”
19.13 Il dit encore à son serviteur: Allons, approchons-nous de l'un de ces  lieux, Guibea ou Rama, et nous y passerons la nuit.

Bɔ yě wlí ali bó ɖidó. Giveya jɛ wɛ yě ɖe ɖo Bɛnjamɛ́ɛ sín ayǐkúngban jí, bɔ hwe yi xɔ.
19.14 Ils continuèrent à marcher, et le soleil se coucha quand ils furent près de Guibea, qui appartient à Benjamin.

Yě yi toxo énɛ́ ɔ́ mɛ, bó lin ɖɔ émí ná dɔ́ fínɛ́. Levíi ví ɔ́ byɔ́ toxo ɔ́ mɛ, bó yi nɔ te ɖo tokplétɛn ɔ́; lo ɔ́, mɛ ɖěbǔ ylɔ́ yě dó xwé gbe ǎ.
19.15 Ils se dirigèrent de ce côté pour aller passer la nuit à Guibea. Le  Lévite entra, et il s'arrêta sur la place de la ville. Il n'y eut personne qui les reçût dans sa maison pour qu'ils y passassent la nuit.

Dǎwe nyɔ̌xónɔ ɖé gosín gleta, bó wá toxo ɔ́ mɛ ɖo gbadanu ɖokpó énɛ́ ɔ́. Eflayímu sín sókan ɔ́ mɛ nu wɛ nyí dǎwe ɔ́. Lo ɔ́, Giveya wɛ é nɔ́ nɔ, ɖo Bɛnjamɛ́ɛ ví lɛ́ɛ sín to mɛ.
19.16 Et voici, un vieillard revenait le soir de travailler aux champs ; cet homme était de la montagne d'Éphraïm, il séjournait à Guibea, et les gens du lieu étaient Benjamites.

Dǎwe énɛ́ ɔ́ mɔ jǒnɔ e ɖo te ɖo fínɛ́ ɔ́ bó kanbyɔ́ ɛ ɖɔ: “Fítɛ́ a gosín? Fítɛ́ a xwe?”
19.17 Il leva les yeux, et vit le voyageur sur la place de la ville. Et le vieillard lui dit : Où vas-tu, et d'où viens-tu ?

Levíi ví ɔ́ ka yí gbe n'i ɖɔ: “Bɛteleyɛ́mu wɛ mǐ gosín ɖo Judáa bó wá xwe fí ɖé, ɖo Eflayímu sókan mɛ bó ká ɖo gblǒlǒ mɛ. Fínɛ́ wɛ un nɔ́ nɔ; Bɛteleyɛ́mu wɛ un wá yi, bó lɛ́ kɔ wá xweyǐgbe xwé. Mɛ ɖěbǔ ka ylɔ́ mǐ dó xwé gbe ǎ;
19.18 Il lui répondit : Nous allons de Bethlehem de Juda jusqu'à l'extrémité de la montagne d'Éphraïm, d'où je suis. J'étais allé à Bethléhem de Juda, et  je me rends à la maison de l'Eternel. Mais il n'y a personne qui me reçoive  dans sa demeure.

Có mǐ ka hɛn ama kpó gběhan kpó nú tócí mǐtɔn lɛ́ɛ, bó hɛn nǔɖuɖu kpó vɛ̌ɛn kpó nú nyɛ kpó asi ce kpó, kpódó mɛsɛntɔ́ ce kpán. Nǔɖé hwedó mǐ ǎ.”
19.19 Nous avons cependant de la paille et du fourrage pour nos ânes ; nous avons aussi du pain et du vin pour moi, pour ta servante, et pour le garçon qui est avec tes serviteurs. Il ne nous manque rien.

Énɛ́ ɔ́, dǎwe ɔ́ ɖɔ n'i ɖɔ: “Doo nú we! Un ná kpé nukún wǔtu towe ɖo nǔ e ná hu dó we lɛ́ɛ mɛ; a ɖǒ ná dɔ́ tokplétɛn fí ǎ.”
19.20 Le vieillard dit : Que la paix soit avec toi ! Je me charge de tous tes  besoins, tu ne passeras pas la nuit sur la place.

Ée é ɖɔ mɔ̌ ɔ́, é kplá yě yi xwé gbe, bó ná gběhan xúxú tócí lɛ́ɛ. Yědɛɛ lɛ́ɛ ká klɔ́ afɔ, bó ɖu nǔ bó nu ahan.
19.21 Il les fit entrer dans sa maison, et il donna du fourrage aux ânes. Les voyageurs se lavèrent les pieds ; puis ils mangèrent et burent.

Hwenu e yě ɖo nǔ ɖu wɛ ɔ́, súnnu nǔɖégótegó e ɖo toxo ɔ́ mɛ lɛ́ɛ dó ahwan gbě bó xá xwé ɔ́, bó xúxú hɔn lobo ɖɔ nú dǎwe xwétɔ́ degénɔ kpikpoe ɔ́ ɖɔ: “Nya e a yi dó xwé gbe ɔ́, ɖe e tɔ́n bónú mǐ nǎ ɖó xó xá ɛ.”
19.22 Pendant qu'ils étaient à se réjouir, voici, les hommes de la ville, gens pervers, entourèrent la maison, frappèrent à la porte, et dirent au vieillard,  maître de la maison: Fais sortir l'homme qui est entré chez toi, pour que nous le connaissions.

Dǎwe degénɔ ɔ́ tɔ́n, bó ɖɔ nú yě ɖɔ: “Xɔ́ntɔn ce lɛ́ɛ mi, mi kɛnklɛ́n bó má wa nǔ nyanya e wa gbé mi ja ɔ́ ó. Mi ma mɔ ɖɔ nya élɔ́ ɔ́, jǒnɔ ce wɛ a? Hǔn mi bo ma dó nǔ baɖabaɖa ɖé sin xá ɛ ó.
19.23 Lemaître de la maison, se présentant à eux, leur dit : Non, mes  frères, ne faites pas le mal, je vous prie ; puisque cet homme est entré dans  ma maison, ne commettez pas cette infamie.

Mi ɖótó! Un ɖó nyɔ̌nuví ɖokpó, é tunwun súnnu kpɔ́n ǎ, bɔ nya élɔ́ ɖó asi ɖokpó. Un ná kplá yě wá nú mi bɔ nǔɖé jló mi ɔ́, mi ná sɔ́ yě dó wá ná. Lo ɔ́, mi ma dó nǔ nyanya ɖé sin xá dǎwe élɔ́ ó.”
19.24 Voici, j'ai une fille vierge, et cet homme a une concubine ; je vous les amènerai dehors ; vous les déshonorerez, et vous leur ferez ce qu'il  vous plaira. Mais ne commettez pas sur cet homme une action aussi  infâme.

É ɖɔ mɔ̌ có, mɛ lɛ́ɛ jló ná se étɔn ǎ. Énɛ́ ɔ́, Levíi ví ɔ́ kplá asi tɔn yi jó nú yě ɖo kɔ́xo. Yě ɖó xó xá ɛ zɛ jlɛ̌ wú ɖo zǎn ɔ́ mɛ káká bó wa jó e dó ɖo ayǐtéhɔ̌nnu.
19.25 Ces gens ne voulurent point l'écouter. Alors l'homme prit sa concubine, et la leur amena dehors. Ils la connurent, et ils abusèrent d'elle  toute la nuit jusqu'au matin ; puis ils la renvoyèrent au lever de l'aurore.

Ée wun jɛ kinkɛn jí ɔ́, nyɔ̌nu ɔ́ wa jɛ ayǐ jɛ dǎwe degénɔ e xwé gbe asú tɔn ɖe ɔ́ sín hɔn jí. É nɔ fínɛ́ káká bɔ ayǐ hɔ́n.
19.26 Vers le matin, cette femme alla tomber à l'entrée de la maison de  l'homme chez qui était son mari, et elle resta là jusqu'au jour.

Ée é wá su zǎnzǎn ɔ́, asú tɔn yi hun hɔn, bó tɔ́n bó ná wlí ali tɔn. É mɔ asi tɔn ɖo ayǐmlɔ́mlɔ́ ɖo xwé ɔ́ nukɔn, bɔ alɔ tɔn lɛ́ɛ ɖo kpekán ɔ́ jí.
19.27 Et le matin, son mari se leva, ouvrit la porte de la maison, et sortit  pour continuer son chemin. Mais voici, la femme, sa concubine, était  étendue à l'entrée de la maison, les mains sur le seuil.

Bɔ asú tɔn ɖɔ n'i ɖɔ: “Sí te, mǐ ɖo yiyi wɛ.” Lo ɔ́, nyɔ̌nu ɔ́ kɛ nu ǎ. Énɛ́ ɔ́, nya ɔ́ zé asi tɔn ɖó tócí tɔn jí, bó ɖidó xwé.
19.28 Il lui dit : Lève-toi, et allons-nous-en. Elle ne répondit pas. Alors le  mari la mit sur un âne, et partit pour aller dans sa demeure.

Ée é wá jɛ xwé gbe ɔ́, é zé jǐví bó já asi tɔn sín cyɔ ɖó donu wěwe, bó sɛ́ dó akɔta Izlayɛ́li tɔn wěwe lɛ́ɛ ɖokpó ɖokpó.
19.29 Arrivé chez lui, il prit un couteau, saisit sa concubine, et la coupa membre par membre en douze morceaux, qu'il envoya dans tout le  territoire d'Israël. 

Mɛ e mɔ nǔ énɛ́ ɔ́ lɛ́ɛ bǐ ɖɔ: “Sín hwenu e Izlayɛ́li ví lɛ́ɛ ko tɔ́n sín Ejípu ɔ́ káká wá jɛ égbé ɔ́, nǔ lěhunkɔtɔn jɛ kpɔ́n gbeɖé ǎ, è ka mɔ kpɔ́n gbeɖé ǎ. Mi gbéjé xó énɛ́ ɔ́ kpɔ́n, bó mɔ miɖée lobo ɖe gbeta ɖé tɔ́n.”
19.30 Tous ceux qui virent cela dirent: Jamais rien de pareil n'est arrivé et  ne s'est vu depuis que les enfants d'Israël sont montés du pays d'Egypte jusqu’a ce jour ; prenez la chose à coeur, consultez-vous, et parlez !