Retour aux chapitres

Retour à la page principale

La Bible en fongbe

Hwɛɖɔtɔ́ 9 - Juges 9
Abimɛlɛ́ki Yelubáalu e è nɔ lɛ́ ylɔ́ ɖɔ Jedenyɔ́ɔ ɔ́ sín vǐ ɔ́ yi Sikɛ́mu, bó ɖɔ xó nú nylɔ tɔn lɛ́ɛ kpó nɔ tɔn sín hɛ̌nnu ɔ́ bǐ kpó. É ɖɔ nú yě ɖɔ:
9.1 Abimélec, fils de Jerubbaal, se rendit à Sichem vers les frères de sa mère, et voici comment il leur parla, ainsi qu'à toute la famille de la maison du père de sa mère :

“Mi yi kanbyɔ́ tonukún lɛ́ɛ ɖɔ yě ba ɖɔ Yelubáalu sín vǐ kanɖé gban (70) lɛ́ɛ ní kpa acɛ nú yě a jí, abǐ mɛ ɖokpó géé ní kpa acɛ nú yě? Mi ní ka flín ɖɔ hun mitɔn wɛ un nyí.”
9.2 Dites, je vous prie, aux oreilles de tous les habitants de Sichem: Vaut- il mieux pour vous que soixante-dix hommes, tous fils de Jerubbaal, dominent sur vous, ou qu'un seul homme domine sur vous ? Et souvenez- vous que je suis votre os et votre chair.

Nylɔ tɔn lɛ́ɛ ka wlí xó ɔ́ ɖɔ nú tonukún Sikɛ́mu tɔn lɛ́ɛ, bɔ yědɛɛ ɖe gbeta tɔ́n ɖɔ émí ná nɔ Abimɛlɛ́ki jí ɖó mɛ émítɔn wɛ é nyí.
9.3 Les frères de sa mère répétèrent pour lui toutes ces paroles aux oreilles de tous les habitants de Sichem, et leur coeur inclina en faveur d'Abimélec, car ils se disaient : C'est notre frère.

Yě ná ɛ gankwɛ́ kanɖé gban (70) e yě bɛ̌ tɔ́n sín Baalu-Bɛlíti sín xɔ mɛ lɛ́ɛ. Abimɛlɛ́ki zé akwɛ́ énɛ́ ɔ́ dó da nǔvɔ́nɔ lɛ́ɛ kpó gběvún lɛ́ɛ kpó, bónú yě ná xwedó e.
9.4 Ils lui donnèrent soixante-dix sicles d'argent, qu'ils enlevèrent de la maison de Baal Berith. Abimélec s'en servit pour acheter des misérables et  des turbulents, qui allèrent après lui.

Abimɛlɛ́ki yi tɔ́ tɔn xwé ɖo Ɔfla, bó hu nɔví tɔn kanɖé gban (70) e nyí vǐ súnnu Yelubáalu tɔn lɛ́ɛ, ɖo awǐnnya ɖokpó ɔ́ jí. Yotámu e nyí yɔkpɔ́vú bǐ ɖo yě mɛ ɔ́ kɛ́ɖɛ́ wɛ gán ɖ'é mɛ, ɖó é hɔn hwlá.
9.5 Il vint dans la maison de son père à Ophra, et il tua ses frères, fils de Jerubbaal, soixante-dix hommes, sur une même pierre. Il n'échappa que  Jotham, le plus jeune fils de Jerubbaal, car il s'était caché.

Tonukún Sikɛ́mu tɔn lɛ́ɛ kpó mɛ e ɖo Bɛti-Milóo lɛ́ɛ bǐ kpó sɛ ta kplé. Yě yi cɛ́nitín e ɖo Sikɛ́mu ɔ́ kɔn, ɖo awǐnnya e é tun te ɔ́ kpá, bó sɔ́ Abimɛlɛ́ki axɔ́sú.
9.6 Tous les habitants de Sichem et toute la maison de Millo se rassemblèrent ; ils vinrent, et proclamèrent roi Abimélec, près du chêne planté dans Sichem.

È wǎ ɖɔ lě e Abimɛlɛ́ki nyí axɔ́sú gbɔn ɔ́ nú Yotámu. É ka yi Galizímu só ɔ́ ta aga bó sú xó lélé ɖɔ: “Sikɛ́munu lɛ́ɛ mi, ényí mi jló ɖɔ Mawu ní ɖótó émí hǔn, mi bo ɖótó nyɛ.
9.7 Jotham en fut informé. Il alla se placer sur le sommet de la montagne  de Garizim, et voici ce qu'il leur cria à haute voix : Écoutez-moi, habitants  de Sichem, et que Dieu vous écoute !

“Gbe ɖokpó wɛ tíin, bɔ atín lɛ́ɛ ɖe gbeta tɔ́n ɖɔ émí na sɔ́ axɔ́sú ɖokpó. Yě ɖɔ nú olívutín ɖɔ é ní ɖu axɔ́sú ɖo émí nu.
9.8 Les arbres partirent pour aller oindre un roi et le mettre à leur tête. Ils  dirent à l'olivier : Règne sur nous.

Lo ɔ́, olívutín ɖɔ nú yě ɖɔ: ‘Mi lin ɖɔ nyɛ ná jó ami e un nɔ ná, bɔ Mawu kpó gbɛtɔ́ kpó bǐ nɔ kpa ɔ́ dó, bó ná dó ya nú nyɛɖée bó ɖɔ un ɖo axɔ́sú ɖu wɛ ɖo atín ɖě lɛ́ɛ nu a?’
9.9 Mais l'olivier leur répondit : Renoncerais-je à mon huile, qui m'assure les hommages de Dieu et des hommes, pour aller planer sur les arbres ?

Énɛ́ ɔ́, atín lɛ́ɛ ɖɔ nú fígitín ɖɔ éyɛ́ ní wá ɖu axɔ́sú ɖo émí nu.
9.10 Et les arbres dirent au figuier : Viens, toi, règne sur nous.

Lo ɔ́, fígitín ɖɔ nú yě ɖɔ: ‘Mi lin ɖɔ nyɛ na jó sínsɛ́n víví e un nɔ ná ɔ́ dó, bó ná dó ya nú nyɛɖée, bó ɖɔ un ɖo axɔ́sú ɖu nú atín ɖě lɛ́ɛ wɛ a?’
9.11 Mais le figuier leur répondit : Renoncerais-je à ma douceur et à mon excellent fruit, pour aller planer sur les arbres ?

Yě wa ɖɔ nú vǐwuntín ɖɔ é ní wá ɖu axɔ́sú ɖo émí nu.
9.12 Et les arbres dirent à la vigne : Viens, toi, règne sur nous.

Lo ɔ́, vǐwuntín ɖɔ nú yě ɖɔ: ‘Mi lin ɖɔ nyɛ ná jó vɛ̌ɛn e un nɔ ná, bɔ é nɔ dó xomɛhunhun nú Mawu kpó gbɛtɔ́ kpó ɔ́ dó, bó ná dó ya nú nyɛɖée ɖɔ un ɖo axɔ́sú ɖu nú atín lɛ́ɛ wɛ a?’
9.13 Mais la vigne leur répondit : Renoncerais-je à mon vin, qui réjouit  Dieu et les hommes, pour aller planer sur les arbres ?

Wǎgbɔ tɔn ɔ́, atín lɛ́ɛ ɖó gbe kpɔ́ bó ɖɔ nú wunkan ɖɔ é ní wá ɖu axɔ́sú ɖo émí nu.
9.14 Alors tous les arbres dirent au buisson d'épines : Viens, toi, règne sur nous.

Bɔ wunkan ɖɔ nú yě ɖɔ: ‘Ényí mi jló ná sɔ́ mì axɔ́sú nǔgbó hǔn, mi wá bɛ yɛ ɖo glɔ̌ ce. É má nyí mɔ̌ ǎ ɔ́, myɔ ná tɔ́n sín wun ce lɛ́ɛ mɛ, bó ná fyɔ́ sɛ́dlutín Libáan tɔn lɛ́ɛ ɖésúnɔ.’ ”
9.15 Et le buisson d'épines répondit aux arbres : Si c'est de bonne foi que  vous voulez m'oindre pour votre roi, venez, réfugiez-vous sous mon  ombrage ; sinon, un feu sortira du buisson d'épines, et dévorera les cèdres  du Liban.

Yotámu lɛ́ ɖɔ: “Midɛɛ lɛ́ɛ ɔ́, ée mi sɔ́ axɔ́sú Abimɛlɛ́ki ɔ́, mi bló kpó ayijlɔ́jlɔ́ kpó a? Mi zán zǐnzán ɖagbe xá Yelubáalu kpó hɛ̌nnu tɔn kpó a? Nǔ ɖagbe e é wa nú mi lɛ́ɛ ɔ́, mi tunwun n'i a?
9.16 Maintenant, est-ce de bonne foi et avec intégrité que vous avez agi en proclamant roi Abimélec? avez-vous eu de la bienveillance pour Jerubbaal et sa maison ? l'avez-vous traité selon les services qu'il a rendus ? -

Đó tɔ́ ce fun ahwan nú mi; é ɖibla kú bó dó hwlɛ́n mi sín Madiáani ví lɛ́ɛ sí.
9.17 Car mon père a combattu pour vous, il a exposé sa vie, et il vous a délivrés de la main de Madian ;

Din ɔ́ ɖíe mi ka fɔ́n gǔ dó hɛ̌nnu tɔn jí e; mi hu vǐ tɔn súnnu kanɖé gban (70) lɛ́ɛ ɖo awǐnnya ɖokpó ɔ́ jí, bó sɔ́ Abimɛlɛ́ki e é ji ɖo mɛsɛntɔ́ tɔn xomɛ ɔ́, bɔ é nyí Sikɛ́mu xɔ́sú, ɖó nɔví mitɔn e é nyí ɔ́ wú.
9.18 et vous, vous vous êtes levés contre la maison de mon père, vous avez  tué ses fils, soixante-dix hommes, sur une même pierre, et vous avez proclamé roi sur les habitants de Sichem, Abimélec, fils de sa servante,  parce qu'il est votre frère. -

Égbé din ɔ́, ényí kpó ayijlɔ́jlɔ́ kpó wɛ mi wa nǔ mɔ̌ nú Yelubáalu kpó hɛ̌nnu tɔn kpó hǔn, Abimɛlɛ́ki ní bó nyí awǎjijɛ mitɔn, bónú mi lɔmɔ̌ ní nyí awǎjijɛ éyɛ́ tɔn.
9.19 Si c'est de bonne foi et avec intégrité qu'en ce jour vous avez agi envers Jerubbaal et sa maison, eh bien ! qu'Abimélec fasse votre joie, et que vous fassiez aussi la sienne !

É má nyí mɔ̌ ǎ hǔn, myɔ ná tɔ́n sín Abimɛlɛ́ki mɛ, bó wá fyɔ́ Sikɛ́munu lɛ́ɛ kpó Bɛti-Milóonu lɛ́ɛ kpo; bó ná tɔ́n sín Sikɛ́munu lɛ́ɛ kpó Bɛti-Milóonu lɛ́ɛ kpó mɛ, bó ná fyɔ́ Abimɛlɛ́ki.”
9.20 Sinon, qu'un feu sorte d'Abimélec et dévore les habitants de Sichemet la maison de Millo, et qu'un feu sorte des habitants de Sichem et de la maison de Millo et dévore Abimélec !

Énɛ́ ɔ́ gúdo ɔ́, Yotámu hɔn yi hwlá cí Bɛ̌, ɖó é ɖo xɛsi ɖi nú fofó tɔn Abimɛlɛ́ki wɛ. Sikɛ́munu lɛ́ɛ fɔ́n gǔ dó Abimɛlɛ́ki jí
9.21 Jotham se retira et prit la fuite ; il s'en alla à Beer, où il demeura loin d'Abimélec, son frère.

Abimɛlɛ́ki ɖu axɔ́sú ɖo Izlayɛ́li xɔ xwe atɔn.
9.22 Abimélec avait dominé trois ans sur Israël.

Énɛ́ ɔ́ gúdo ɔ́, Mawu sɛ́ yɛ nyanya ɖé dó bɔ é dɔn hunnyahunnya byɔ́ axɔ́sú Abimɛlɛ́ki kpó Sikɛ́munu lɛ́ɛ kpó tɛ́ntin, bɔ yě fɔ́n gǔ dó jǐ tɔn.
9.23 Alors Dieu envoya un mauvais esprit entre Abimélec et les habitants  de Sichem, et les habitants de Sichem furent infidèles à Abimélec,

Énɛ́ ɔ́, adǎka e è xo Yelubáalu sín vǐ súnnu kanɖé gban (70) lɛ́ɛ wú ɔ́, yě bǐ ná sú axɔ́ tɔn; Abimɛlɛ́ki ná sú axɔ́ tɔn, ɖó é hu nɔví tɔn lɛ́ɛ, Sikɛ́munu lɛ́ɛ ná sú axɔ́ tɔn, ɖó yě wɛ dó alɔ ɛ, bɔ é hu nɔví tɔn lɛ́ɛ.
9.24 afin que la violence commise sur les soixante-dix fils de Jerubbaal  reçût son châtiment, et que leur sang retombât sur Abimélec, leur frère, qui  les avait tués, et sur les habitants de Sichem, qui l'avaient aidé à tuer ses frères.

Sikɛ́munu lɛ́ɛ sɔ́ mɛ lɛ́ɛ ɖó só lɛ́ɛ ta bɔ yě tɔ wu nú Abimɛlɛ́ki; mɛ ɖěbǔ ɖo ali jí wá xweyǐgbe, bó gbɔn akpá yětɔn ɔ́, yě nɔ́ yí mɛ ɔ́ sín nǔ lɛ́ɛ bǐ. È yi ɖɔ nǔ e ɖo jijɛ wɛ nɛ́ lɛ́ɛ nú Abimɛlɛ́ki.
9.25 Les habitants de Sichem placèrent en embuscade contre lui, sur les sommets des montagnes, des gens qui dépouillaient tous ceux qui passaient près d'eux sur le chemin. Et cela fut rapporté à Abimélec.

Gaali Evɛ́di ví ɔ́, wá Sikɛ́mu kpó nɔví tɔn lɛ́ɛ kpó gbe ɖokpó. Sikɛ́munu lɛ́ɛ ka ɖeji dó wǔtu tɔn.
9.26 Gaal, fils d'Ébed, vint avec ses frères, et ils passèrent à Sichem. Les  habitants de Siche meurent confiance en lui.

Yě yi vǐwungbo yětɔn lɛ́ɛ mɛ, bó gbɛ vǐwun, bó li; énɛ́ ɔ́ gúdo ɔ́, yě ylɔ́ agɔ̌. Yě yi vodún yětɔn xwé, bó ɖu agɔ̌, lobo dó nu Abimɛlɛ́ki.
9.27 Ils sortirent dans la campagne, vendangèrent leurs vignes, foulèrent  les raisins, et se livrèrent à des réjouissances ; ils entrèrent dans la maison de leur dieu, ils mangèrent et burent, et ils maudirent Abimélec.

Gaali, Evɛ́di ví ɔ́ kanbyɔ́ yě ɖɔ: “Mɛ̌ wɛ nɔ nyí Abimɛlɛ́ki? Étɛ́ wɛ Sikɛ́mu toxo ɔ́ nyí bɔ mǐ na nɔ Abimɛlɛ́ki sín acɛ mɛ? Yelubáalu ví ɔ́ wɛ ǎ cé? Bɔ Zevúlu ka nyí azɔ̌gán tɔn ǎ cé? Mi nɔ Hamɔ́ɔ mɛ lɛ́ɛ sín acɛ mɛ; ɖó Hamɔ́ɔ wɛ ɖó Sikɛ́mu toxo ɔ́ ayǐ. Amɔ̌, mǐdɛɛ lɛ́ɛ ɔ́, aniwú mǐ ná nɔ Abimɛlɛ́ki sín acɛ mɛ?
9.28 Et Gaal, fils d'Ébed, disait : Qui est Abimélec, et qu'est Sichem, pour que nous servions Abimélec ? N'est-il pas fils de Jerubbaal, et Zebul n'est-il  pas son commissaire? Servez les hommes de Hamor, père de Sichem;  mais nous, pourquoi servirions-nous Abimélec ?

Nyɛ ɔ́, nú alɔ ce mɛ wɛ Sikɛ́mu toxo ɔ́ ko ɖe ɔ́, un ná flí Abimɛlɛ́ki sín acɛkpikpa ɔ́ xwe.” Énɛ́ ɔ́ gúdo ɔ́, Gaali sú xó bó ɖɔ: “Abimɛlɛ́ki e, yǐ gbɛtɔ́ gɔ́ nú ahwangɔnu towe, bó wá fun ahwan xá mì.”
9.29 Oh ! si j'étais le maître de ce peuple, je renverserais Abimélec. Et il  disait d'Abimélec : Renforce ton armée, mets-toi en marche !

Ée Zevúlu, tokpɔngán e ɖo toxo ɔ́ mɛ ɔ́ se xó e Gaali, Evɛ́di ví ɔ́ ɖɔ lɛ́ɛ ɔ́, é sin xomɛ.
9.30 Zebul, gouverneur de la ville, apprit ce que disait Gaal, fils d'Ébed, et  sa colère s'enflamma.

É sɛ́ mɛ dó Abimɛlɛ́ki ɖo nǔglɔ́, bó ɖɔ yě ní yi ɖɔ n'i ɖɔ: “Gaali, Evɛ́di ví ɔ́ kpó nɔví tɔn lɛ́ɛ kpó wá Sikɛ́mu din bó ɖo to ɔ́ mɛ nu lɛ́ɛ fɔ́n dó jǐ towe wɛ.
9.31 Il envoya secrètement des messagers à Abimélec, pour lui dire: Voici, Gaal, fils d'Ébed, et ses frères, sont venus à Sichem, et ils soulèvent la ville contre toi.

Din ɔ́, hwi kpó ahwan towe lɛ́ɛ kpó ní tɔ́n zǎn mɛ din bó yi tɔ wu ɖo zunkan mɛ.
9.32 Maintenant, pars de nuit, toi et le peuple qui est avec toi, et mets-toi en embuscade dans la campagne.

Sɔ zǎnzǎn hwenu e hwe ná tɔ́n ɔ́, a nǎ wá tɔ́n ahwan toxo ɔ́, bɔ hwenu e Gaali kpó ahwan tɔn lɛ́ɛ kpó ná tɔ́n wá kpé we ɔ́, a nǎ wa nǔ xá yě lě e hlɔ̌nhlɔ́n towe kpé wú gbɔn é.”
9.33 Le matin, au lever du soleil, tu fondras avec impétuosité sur la ville.  Et lorsque Gaal et le peuple qui est avec lui sortiront contre toi, tu lui feras  ce que tes forces permettront.

Ée é jɛ zǎn mɛ ɔ́, Abimɛlɛ́ki kpó ahwan tɔn lɛ́ɛ kpó má yěɖée ɖó gɔnu ɛnɛ, lobo yi tɔ wu ɖo Sikɛ́mu kpá.
9.34 Abimélec et tout le peuple qui était avec lui partirent de nuit, et ils se  mirent en embuscade près de Sichem, divisés en quatre corps.

Ée Gaali tɔ́n sín toxo ɔ́ mɛ, bó yi nɔ te ɖo hɔntogbó ɔ́ kpá ɔ́, Abimɛlɛ́ki kpó gbɛ̌ta tɔn bǐ kpó tɔ́n sín fí e yě tɔ wu ɖó é.
9.35 Gaal, fils d'Ébed, sortit, et il se tint à l'entrée de la porte de la ville.  Abimélec et tout le peuple qui était avec lui se levèrent alors de  l'embuscade.

Bɔ Gaali mɔ yě, bó ɖɔ nú Zevúlu ɖɔ: “Vɛ̌ kpɔ́n! Mɛ ɖé lɛ́ɛ ɖo te jɛ sín só lɛ́ɛ jí wɛ.” Zevúlu ka ɖɔ: “Éeǒ mɛ! Só lɛ́ɛ sín yɛ dó mɔ gbɛtɔ́ ná wɛ a ɖe.”
9.36 Gaal aperçut le peuple, et il dit à Zebul : Voici un peuple qui descend  du sommet des montagnes. Zebul lui répondit : C'est l'ombre des montagnes que tu prends pour des hommes.

Gaali lɛ́ yí xó, bó ɖɔ: “Kpɔ́n! Gbɛtɔ́ wɛ ɖo te jɛ sín só e ɖo to ɔ́ tɛ́ntin ɔ́ jí wɛ ganjí; bɔ gbɛ̌ta ɖěvo gbɔn nǔkantɔ́ lɛ́ɛ sín cɛ́nitín sín ali jǎwe.”
9.37 Gaal, reprenant la parole, dit : C'est bien un peuple qui descend des hauteurs du pays, et une troupe arrive par le chemin du chêne des devins.

Zevúlu ka ɖɔ n'i ɖɔ: “Nu e flé wɛ a nɔ ɖe lɛ́ɛ lo? A ma ko ɖɔ mɛ̌ wɛ nɔ́ nyí Abimɛlɛ́ki ɔ́, bɔ mǐ ná jó mǐɖée dó, bɔ é ná kpa acɛ ná a jí a? Din ɔ́, énɛ́ é ja kpó mɛ e a gbɛ́ wǎn ná lɛ́ɛ kpó nɛ́; bo yi fun ahwan xá ɛ bo!”
9.38 Zebul lui répondit : Où donc est ta bouche, toi qui disais : Qui est  Abimélec, pour que nous le servions ? N'est-ce point là le peuple que tu méprisais ? Marche maintenant, livre-lui bataille !

Énɛ́ ɔ́, Gaali nɔ Sikɛ́munu lɛ́ɛ nu, bó yi tɔ́n ahwan Abimɛlɛ́ki.
9.39 Gaal s'avança à la tête des habitants de Sichem, et livra bataille à  Abimélec.

Abimɛlɛ́ki hú gǎn ɛ bɔ é hɔn, bɔ Abimɛlɛ́ki jɛ gúdo tɔn; gbɛtɔ́ gěgé kú kɔn nyi ayǐ káká yi toxo ɔ́ sín hɔntogbó ta.
9.40 Poursuivi par Abimélec, il prit la fuite devant lui, et beaucoup  d'hommes tombèrent morts jusqu'à l'entrée de la porte.

Abimɛlɛ́ki yi jɛ agban ɖó Aluma, bɔ Zevúlu nya Gaali kpó nɔví tɔn lɛ́ɛ kpó sín Sikɛ́mu, lobo dó sɛ́n nú yě ɖɔ yě ní má lɛ́ kɔ wá toxo ɔ́ mɛ ó.
9.41 Abimélec s'arrêta à Aruma. Et Zebul chassa Gaal et ses frères, qui ne purent rester à Sichem.

Ayǐhɔ́ngbe tɔn ɔ́, Sikɛ́munu lɛ́ɛ ɖo nǔ sɔ́ wɛ, bó ná yi gle mɛ, bɔ è wǎ ɖɔ nú Abimɛlɛ́ki.
9.42 Le lendemain, le peuple sortit dans la campagne. Abimélec, qui en fut informé,

Abimɛlɛ́ki ka kplá ahwan tɔn lɛ́ɛ, bó má yě ɖó gɔnu atɔn, lobo tɔ wu nú yě ɖo gle ɔ́ mɛ. Bɔ ée é mɔ Sikɛ́munu lɛ́ɛ tɔ́n sín toxo ɔ́ mɛ ɔ́, é kpó mɛ tɔn lɛ́ɛ kpó zun dó yě jí bó ná hu yě.
9.43 prit sa troupe, la partagea en trois corps, et se mit en embuscade dans  la campagne. Ayant vu que le peuple sortait de la ville, il se leva contre  eux, et les battit.

Abimɛlɛ́ki kpó gbɛ̌ta e nu é ɖe é kpó bɛ́ wezun bó yi sí ahwan te ɖo toxo ɔ́ sín hɔntogbó jí; bɔ gbɛ̌ta we ɖě lɛ́ɛ zɔn mɛ e ɖo gle ɔ́ mɛ lɛ́ɛ jí bó hu yě.
9.44 Abimélec et les corps qui étaient avec lui se portèrent en avant, et se  placèrent à l'entrée de la porte de la ville ; deux de ces corps se jetèrent sur  tous ceux qui étaient dans la campagne, et les battirent.

Abimɛlɛ́ki fun ahwan xá mɛ e ɖo toxo ɔ́ mɛ lɛ́ɛ ɖo kéze ɔ́ bǐ mɛ, bó yí toxo ɔ́; é hu to ɔ́ mɛ nu lɛ́ɛ, bó gba toxo ɔ́ bǐ sésé, lobo fúnfún jɛ do tɔn nu bó hɛn ayǐkúngban ɔ́ gblé bɔ mɛ ɖé sɔ́ sixú nɔ jí ǎ.
9.45 Abimélec attaqua la ville pendant toute la journée ; il s'en empara, et  tua le peuple qui s'y trouvait. Puis il rasa la ville, et y sema du sel.

Ée Migidalu-Sikɛ́munu lɛ́ɛ se mɔ̌ ɔ́, yě bǐ yi byɔ́ do e è kun dó vodún Baalu-Bɛlíti xɔ glɔ́ ɔ́ mɛ.
9.46 A cette nouvelle, tous les habitants de la tour de Sichem se rendirent  dans la forteresse de la maison du dieu Berith.

È wǎ ɖɔ nú Abimɛlɛ́ki ɖɔ yě hɔn hwlá cí tɛn énɛ́ ɔ́ mɛ.
9.47 On avertit Abimélec que tous les habitants de la tour de Sichem s'y  étaient rassemblés.

Énɛ́ ɔ́, é yi Salumɔ́ni só ta kpó ahwan tɔn lɛ́ɛ kpó. É zé asyɔ́ví, bó sɛ́n atínla ɖokpó, bó sɔ́ ɖó abɔ̌ta. É ɖe gbe nú ahwan tɔn lɛ́ɛ ɖɔ yě nǐ yá wǔ bló nǔ ɖokpó ɔ́.
9.48 Alors Abimélec monta sur la montagne de Tsalmon, lui et tout le  peuple qui était avec lui. Il prit en main une hache, coupa une branche  d'arbre, l'enleva et la mit sur son épaule. Ensuite il dit au peuple qui était  avec lui : Vous avez vu ce que j'ai fait, hâtez-vous de faire comme moi.

Bɔ mɛ ɖokpó ɖokpó sɛ́n atínla ɖokpó ɖokpó, bó xwedó Abimɛlɛ́ki. Yě yi xo atínla lɛ́ɛ kplé ɖó do ɔ́ nu, bó dó zo kpó mɛ e ɖ'é mɛ lɛ́ɛ bǐ kpó. Lě e Migidalu-Sikɛ́munu lɛ́ɛ bǐ kú gbɔn é nɛ́; súnnu kpó nyɔ̌nu kpó e kú lɛ́ɛ yi afatɔ́n (1.000) mɔ̌.
9.49 Et ils coupèrent chacun une branche, et suivirent Abimélec ; ils placèrent les branches contre la forteresse, et l'incendièrent avec ceux qui y  étaient. Ainsi périrent tous les gens de la tour de Sichem, au nombre d'environ mille, hommes et femmes.

Abimɛlɛ́ki gosín fínɛ́, bó yi Tevesi. É xá toxo ɔ́ bó yí.
9.50 Abimélec marcha contre Thébets. Il assiégea Thébets, et s'en empara.

Tocɔ́xɔ ɖé ka ɖo toxo ɔ́ tɛ́ntin, bɔ è mɛ dǒ lɛ́ lɛ̌ dó. Fínɛ́ wɛ mɛ e ɖo toxo ɔ́ mɛ lɛ́ɛ, súnnu kpó nyɔ̌nu kpó, kpódó tonukún lɛ́ɛ kpó bǐ yi hɔn hwlá cí. Yě sú hɔn dó ta, bó yi cí xɔ ɔ́ ta aga.
9.51 Il y avait au milieu de la ville une forte tour, où se réfugièrent tous les habitants de la ville, hommes et femmes ; ils fermèrent sur eux, et  montèrent sur le toit de la tour.

Abimɛlɛ́ki wá ahohó ɔ́ kɔn, bó ná tɔ́n ahwan yě. É sɛ yi ahohó ɔ́ sín hɔnlinu, bó ná dó xɔ ɔ́ zo.
9.52 Abimélec parvint jusqu'à la tour; il l'attaqua, et s'approcha de la porte  pour y mettre le feu.

Lo ɔ́, nǎwe ɖé nyi sé ɖaxó ɖé dó ta tɔn bó fɛ́n ahɔnká ɛ.
9.53 Alors une femme lança sur la tête d'Abimélec un morceau de meule de moulin, et lui brisa le crâne.

Tlóló ɔ́, Abimɛlɛ́ki ylɔ́ dɔ̌nkpɛvú e hɛn ahwanfunnú tɔn lɛ́ɛ ɔ́, bó ɖe gbe n'i ɖɔ: “Zě hwǐ towe bó hu mì kpé bónú è ma wá ɖɔ nyɔ̌nu wɛ hu mì ó.” Énɛ́ ɔ́, dɔ̌nkpɛvú ɔ́ lun hwǐ ɔ́ dó lan tɔn mɛ bɔ Abimɛlɛ́ki kú.
9.54 Aussitôt il appela le jeune homme qui portait ses armes, et lui dit : Tire ton épée, et donne-moi la mort, de peur qu'on ne dise de moi : C'est  une femme qui l'a tué. Le jeune homme le perça, et il mourut.

Ée Izlayɛ́li ví lɛ́ɛ mɔ ɖɔ é kú ɔ́, yě mɛ ɖokpó ɖokpó lɛ́ kɔ yi xwé yětɔn lɛ́ɛ gbe.
9.55 Quand les hommes d'Israël virent qu'Abimélec était mort, ils s'en allèrent chacun chez soi.

Énɛ́ ɔ́, Abimɛlɛ́ki ɔ́, nɔví tɔn kanɖé gban (70) e é hu, bó dó wa nǔ nyanya dó tɔ́ tɔn wú ɔ́, Mawu sú axɔ́ tɔn ɛ.
9.56 Ainsi Dieu fit retomber sur Abimélec le mal qu'il avait fait à son père,  en tuant ses soixante-dix frères,

Nǔ nyanya e Sikɛ́munu lɛ́ɛ wa ɔ́ bǐ sín axɔ́ wɛ Mawu sú yě lɔmɔ̌. Nu e Yotámu Yelubáalu ví ɔ́ dó yě lɛ́ɛ bí wɛ ɖi yě wú.
9.57 et Dieu fit retomber sur la tête des gens de Sichem tout le mal qu'ils  avaient fait. Ainsi s'accomplit sur eux la malédiction de Jotham, fils de  Jerubbaal.