Un poème vezo

 

Fiaiña

Ndra ia ndra ia
Lafa samby olo iaby
Samby miamby fahafatesa

Ndra ñy zaza ndra ñy be
Tsy mifily ra fahafatesa
Fa añy iaby ro iafara

Ndra ñy ory ndra ñy mana
Tsy mifily ñy fahafatesa
Samby ho lo añy am-pasa

Izay vao ro tsy irengerenge
Fa ndra ia ndra ia
Samby hatery añy am-pasa

Ny fiaiña laha mbo velo
Ro ahita samby fihafa
Fa lafa maty samby lo

Io hoy ñy hira
Ka mirengirengy
Fa samby miamby fahafatesa

Anjoany iha mirehareha
Hamaray mbo ho lavo
Ka hanjary fihomeheza

Ndra ñy mana
Ndra ñy mahantra
Tsy mifily ñy fahafatesa

Io ñy fara ñy fiaiña
Fa ñy tohiny ro tsy hay
Fa ñy marina samby miamby fahafatesa

Añy andro añy vola
Añy koa ñy tao
Tsy mifily ñy fahafatesa

Lo ñy faran'ñy fiaina
Lo ny fara fijalia
Lo ny fara hafalia

Ndre ñy mana
Ndra ñy mijaly
Lafa maty samby aria

Hare nilà fahavelo
Le enga ho an'ñy velo
Ka ñy maty maty lo

Ny hatsemboha ?
Ny filà mbon'ñy velo
Le enga !

 

Tovo

La vie

Qui que nous soyons
Humanité toute entière
Chacun attend la mort

Enfant ou adulte
La mort frappe aveuglément
Pour chacun, c’est le but ultime

Pauve ou riche
La mort prend indifféremment
Et chacun au tombeau deviendra pourriture

C'est pourquoi ne te vante pas
Car comme tout un chacun
On te portera au tombeau

Vivant
Tout n'est que différence
Mort pour tous, rien que poussière

Ainsi dit la chanson
Ne sois pas orgueilleux
Car comme tout un chacun tu attends la mort

Aujourd'hui, tu te vantes
Mais demain, ce sera la chute
Et on se moquera de toi

Etre riche
Etre pauvre
La mort ne choisit pas

La vie, un jour, s'interrompt
La suite, on ne la connaît pas
Ce dont on est sûr, c'est mourir

Peut-être dans un jour
Dans un mois, dans un an
Au hasard, la mort frappera

Au crépuscule de notre existence
Finies les souffrances
Finies les joies

Ceux qui possèdent
Ceux qui souffrent
On les abandonnera morts dans un tombeau

Vivants, on thésaurisait
Nos descendants ont tout pris
Morts, il nous reste la décomposition

La sueur ?
C'est pour les vivants
Alors ! Laisse tomber.