2. La transmission et la réception : phonétique acoustique (suite)

 

2.1. Généralités

2.1.1. Physiologie et acoustique

2.1.2. L’étude proprement dite.

2.2. Caractéristiques acoustiques des voyelles.

2.2.1. Visualisation.

2.2.2. Étude de l’amplitude des sons non entravés.

2.2.3. Étude du temps d’émission des sons non entravés.

2.2.4. Remarques sur les fréquences et conclusion.

2.3. Caractéristiques acoustiques des consonnes.

2.3.1. Visualisation et premières remarques.

2.3.2. Étude de l’amplitude des sons entravés et interprétation des visualisations précédentes.

__________________________________________________________________________

 


2.2.4. Remarques sur les fréquences et conclusion.

Une étude des fréquences ne peut se faire que sur les voyelles et éventuellement quelques consonnes ou semi-consonnes comme [m], [j], etc.

Rappelons qu’une fréquence est égale au nombre d’oscillations par seconde. La plupart des consonnes n’ont pas de périodes bien définies et sont considérées comme des bruits. Après analyse de ces fréquences, aucune remarque significative n’a pu être faite comme on a pu procéder avec les amplitudes et les temps. On n’a pu opérer de classement des voyelles. Les courbes de Gauss sont non significatives, en dents de scie et il n’y a pas de maximum net. Ce qui est normal puisqu’une fréquence augmente ou diminue en fonction des aigus ou des graves. Pour une même voyelle, on peut avoir théoriquement toutes les fréquences possibles.

La moyenne générale des fréquences est de 140 hertz. Elles varient de 70 à 250 hertz. C’est une des caractéristiques de François. Si notre informateur avait été une femme ou un enfant, la moyenne des fréquences aurait été plus forte.

En conclusion, les caractéristiques acoustiques des voyelles sont : vocalique (par opposition au caractère consonantique), continu, sonore ou sourd, périodique avec des amplitudes et fréquences variables. Une étude des formants de ces sons, fort complexe, ne peut être entreprise dans le cadre de cet ouvrage.

2.3. Caractéristiques acoustiques des consonnes.

2.3.1. Visualisation et premières remarques.

On appelle consonne ou son entravé tout son qui subit une entrave à un endroit de la colonne d’air.

[k]

amplitude 0

 

 

 

 

 

 

[i]-[e]

[a]-[w]

[a]-[u]

[a]-[e]

[e]-[w]

[i]-[w]

[i]-[w]

[i]-[i]

[e]-[a]

[i]-[a]

[i]-[a]

[a]-[e]

[a]-[i]

[i]-[e]

[æ]-[e]

[a]-[w]

[i]-[e]

[i]-[r]

[a]-[a]

[a]-[a]

[a]-[a]

 

 

 

 

 

-[a]

[a]-[a]

 

 

 

 

 

amplitude 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

[a]-[w]

[e]-[w]

 

 

 

 

 

amplitude 0,5 : / amplitude 2 : / amplitude 3 : / amplitude 4 : / amplitude 5 : / amplitude 6 : /  
amplitude 7 : / amplitude 8 : / amplitude 9 : / amplitude 10 : /      

Ce son est sourd et la plupart du temps, l’amplitude est nulle. Une explosion plus ou moins brève et plus ou moins importante a lieu en fin d’émission.

[p]

amplitude 0
 
 
 
 
 
 

 

 

 

 

 

 

[a]-[a]

 

 

 

 

 

 

amplitude 0,5 : /
amplitude 1 : /
amplitude 2 : /
amplitude 3 : /
amplitude 4 : /
amplitude 5 : /
amplitude 6 : /
amplitude 7 : /
amplitude 8 : /
amplitude 9 : /
amplitude 10 : /

Les remarques sont identiques à celles de [k]. C’est un son qui apparaît rarement dans l’idiolecte étudié.

[t]

amplitude 0
 
 
 
 
 
 

[i]-[s]

[a]-[i]

[i]-[s]

[n]-[s]

[e]-[s]

[e]-[s]

[i]-[i]

[e]-[s]

[n]-[a]

[u]-[s]

[a]-[i]

[i]-[s]

[a]-[i]

[n]-[a]

[e]-[s]

-[i]

[n]-[e]

[i]-[s]

[i]-[s]

-[s]

[a]-[y]

 

[e]-[u]

[i]-[i]

[ u]-[i]

[a]-[a]

-[a]

[a]-[i]

 

amplitude 0,5
amplitude 2
[n]-[s]
[a]-[s]
amplitude 1 : /
amplitude 3 : /
amplitude 4 : /
amplitude 5 : /
amplitude 6 : /
amplitude 7 : /
amplitude 8 : /
amplitude 9 : /
amplitude 10 : /

 

 

 

 

 


 

 

 


Les remarques sont identiques à celles de [k] et [p].

[b]

amplitude 0

 

 

 

 

 

 

 

 

[a]-[ r ]

[a]- [r]

-[a]

[m]- [e]

-[a]

 

 

amplitude 0,5 : /
amplitude 1 : /
amplitude 2 : /

amplitude 3

 

amplitude 6

 

 

 

 

 

[m]- [e]

 

[m]- [a]

 

 

amplitude 4 : /
amplitude 5 : /
amplitude 7 : /
amplitude 8 : /
amplitude 9 : /
amplitude 10 : /

Comme pour les sons précédents, on note une ou plus moins forte explosion. Le caractère normalement sonore de [b] apparaît peu franchement car peu de sons ont pu être visualisés.

[d]

amplitude 0

 

 

 

 

 

 

 

 

[n]-[z]

[ i ]-[u]

[u]-[u]

[u]-[u]

[u]-[u]

 

 

amplitude 0,5

 

 

 

 

amplitude 2

 

 

 

[n]-[z]

[n]-[z]

[n]-[z]

[n]-[a]

 

[n]-[a]

 

amplitude 1 : /
amplitude 3 : /
amplitude 4 : /
amplitude 5 : /
amplitude 6 : /
amplitude 7 : /
amplitude 8 : /
amplitude 9 : /
amplitude 10 : /

Mêmes remarques que pour [b].

[l]

amplitude 0

 

 

 

amplitude 0,5

 

 

 

 

 

[a]-[i]

[a]-[a]

[u]-[e]

 

[u]-[e]

[i]-[i]

[i]-[a]

-[a]

amplitude 1

 

 

amplitude 2

 

 

 

 

 

[e]-[i]

[i]-[e]

 

[a]-[ i ]

[a]-[i]

[i]-[a]

amplitude 3

 

 

amplitude 4

 

 

amplitude 6

 

 

-[a]

-[a]

 

[a]-[a]

[a]-[u]

 

[i]-[a]

amplitude 5 : /
amplitude 7 : /
amplitude 8 : /
amplitude 9 : /
amplitude 10 : /

Pour [l], des phases sourdes alternent avec une ou plusieurs explosions. Ce son est appelé normalement « liquide ». Est-ce qu’une succession d’explosions déterminent ce caractère ?

[f]

amplitude 0,5

 

amplitude 1

 

 

 

 

 

 

[a]-[â]

 

[w]-[a]

[a]-[a]

-[a]

amplitude 2

 

amplitude 4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-[a]
[a]-[a]
amplitude 0 : /
amplitude 3 : /
amplitude 5 : /
amplitude 6 : /

amplitude 7 : /

amplitude 8 : /

amplitude 9 : /

amplitude 10 : /

 

 

 

 

[f] est un son sourd. Le caractère fricatif est visible : périodes très brèves et irrégulières.

[h]

amplitude 0 : /          

amplitude 0,5

 

 

amplitude 1

 

 

 

 

[a]-[u]

[w]-[u]

 

[i]-[e]

[i]-[i]

[u]-[i]

amplitude 2

 

 

 

amplitude 3

 

 

 

 

 

 

[æ]-[æ]

[a]-[a]

[e]-[e]

 

[a]-[æ]

 

amplitude 4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-[a]

[a]-[æ]

[a]-[i]

[a]-[r]

 

 

 

amplitude 5

 

 

amplitude 6

 

 

 

 

 

 

[a]-[a]
[a]-[ a]
[a]-[a]

amplitude 7 : /

amplitude 8 : /

amplitude 9 : /

amplitude 10 : /

 

Ce son laisse apparaître quelques régularités dans les ondes correspondantes rappelant ainsi un trait vocalique. Mais étant souvent émis faiblement, on pense qu’il est coloré par les voyelles qui l’entourent surtout quand ce sont deux [a].

ACCUEIL
PREMIERE PAGE